Un chef séparatiste tué dans le sud-ouest du Cameroun


Video player

A Kumba, dans le sud-ouest du Cameroun, le calme était trompeur, vendredi. Un convoi de la force militaire d’élite camerounaise connue sous le nom de BIR a attiré environ un millier de personnes en quelques minutes. Les forces spéciales exhibaient le corps du chef séparatiste, connu sous le nom de Field Marshall.

Le combattant avait donné du fil à retordre à l’armée. Il était recherché pour ses crimes contre les militaires et les habitants du département du Lebialem en région anglophone. Il a finalement été tué lors d’un raid de l’armée camerounaise sur son camp.
Les autorités insistent sur le fait que ce succès militaire démontre le changement radical dans l’équilibre des forces pendant la guerre.
« Si nous avons pu le neutraliser, soyez assurés que ceux qui restent, à savoir « No Pity » et « Ten Kobo » seront également neutralisés dans un avenir très proche », rassure Chamberlin Ntou’ou Ndong, le préfet du département de la Mémé.
Les habitants se disent soulagés et peuvent rentrer chez eux car pendant longtemps ils ont vécu en enfer.
Ces derniers mois, un calme relatif de jour comme de nuit a permis aux habitants de reprendre leurs activités. L’analyste politique Suleiman Mohammed insiste sur le fait que la victoire ne doit pas être réclamée trop rapidement. Pour lui, la mort d’un homme ne ramènera pas instantanément la sécurité.
Selon le Nowergian Refugee Counsel NRC, la guerre dans les régions anglophones du Cameroun est l’une des crises les plus négligées au monde. Le conflit a mis plus de 60 000 personnes sur la route de l’exil vers le Nigeria voisin. 700 000 Camerounais sont désormais déplacés à l’intérieur du pays.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire