Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Trump se venge de Twitter en signant un décret pour « la liberté d’expression »
29/05/2020 à 13h40 par La redaction
"Nous sommes ici pour défendre la liberté d'expression face à un des pires dangers qui soit", assure Donald Trump dont deux tweets ont été signalés comme "trompeurs".
 
ÉTATS-UNIS - Le président américain a signé ce jeudi 28 mai un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus, ulcéré par l'attitude de Twitter à son égard.
"Nous sommes ici pour défendre la liberté d'expression face à un des pires dangers qui soit", a déclaré Donald Trump dans le Bureau ovale, en référence à ce qu'il a appelé le "monopole" des géants des technologies.
"Ils ont le pouvoir non contrôlé de censurer, éditer, dissimuler ou modifier toute forme de communication entre des individus et de larges audiences publiques", a-t-il élaboré en signant le décret qui devrait être le point de départ d'une longue bataille en justice.
Très actif sur Twitter où il mêle, à un rythme effréné, annonces politiques, attaques personnelles, théories du complot et propos de campagne, le locataire de la Maison Blanche dénonce de longue date ce qu'il estime être un biais idéologique et politique de la part des géants de la Silicon Valley. "Nous ne pouvons laisser cela se poursuivre, c'est très très injuste", a-t-il martelé.
Immunité contre les poursuites
Le décret est censé donner la possibilité de réguler la célèbre section 230 du "Communications Decency Act", une loi de 1996, pilier du fonctionnement des plateformes numériques.
Elle offre à Facebook, Twitter, YouTube ou Google une immunité contre toute poursuite judiciaire liée aux contenus publiés par des tiers et leur donne la liberté d'intervenir sur les plateformes à leur guise.
Le décret modifierait le champ d'application de cette loi et permettrait aux autorités de régulation de se prononcer sur les politiques de modération des contenus.
L'ancien homme d'affaires accuse Twitter de prendre "des décisions éditoriales" et de faire preuve "d'activisme politique" dans le choix des messages qu'il décide de soumettre à vérification. Ce jeudi, il a même menacé de "fermer" la plateforme s'il trouvait "un moyen légal" de le faire. "Il faudrait que je demande à mes avocats".
"Vérifiez les faits"
Souvent accusé de laxisme dans son traitement des propos tenus par des dirigeants, Twitter a signalé pour la première fois mardi des messages du président, en ajoutant la mention: "Vérifiez les faits."
Il s'agissait de tweets du milliardaire affirmant que le vote par correspondance était forcément "frauduleux" car sujet aux manipulations.
La question est particulièrement sensible en pleine année électorale bouleversée par la pandémie de coronavirus, qui fait peser le doute sur les modalités de l'organisation de la présidentielle américaine du 3 novembre.
"Ces tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus de vote et ont été signalés", a justifié un porte-parole de la plateforme.
Censurer… contre la censure ?
Ses détracteurs estiment que le président n'agit pas au nom de la liberté d'expression mais de son propre intérêt. Donald Trump menace la Section 230 pour "intimider" les réseaux sociaux, a réagi le sénateur démocrate Ron Wyden. "Je pense que ces entreprises, et tous les Américains qui exercent leur droit à s'exprimer en ligne, vont résister à ce décret illégal de toutes les façons possibles".
Le débat sur le sacro-saint statut d'hébergeur des plateformes en ligne fait rage depuis des mois et dépasse largement le contentieux entre Donald Trump et Twitter. A gauche comme à droite, des voix s'élèvent depuis quelques années pour forcer les réseaux à prendre plus de responsabilités - et donc à mieux filtrer les contenus.
Mark Zuckerberg, le fondateur et patron de Facebook, est entré dans la bataille en rappelant sur Fox News jeudi matin qu'à son avis les plateformes devraient pas se poser en "arbitres de la vérité sur tout ce que les gens disent en ligne".
Mais "un gouvernement qui choisit de censurer une plateforme parce qu'il s'inquiète au sujet de la censure ne me semble pas exactement être le bon réflexe", a-t-il ajouté.
Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

U outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

“A mon cadet Ousmane Sonko : Un conseil !” (Par Adama Gaye)

09/11/2020

“A mon...

J’ai toujours noté chez toi une attitude...
Laurent Gbagbo : "Je pouvais tout donner à la France et profiter de la vie comme certains, mais..."

09/11/2020

Laurent Gbagbo...

Est-ce que la Côte d’Ivoire aura quelqu’un...
Ces clichés de Modou Lo qui doivent hanter les sommeils de son prochain adversaire Ama Baldé

09/11/2020

Ces clichés...

Le Roi des arènes sénégalaises Modou Lo...
Brouille avec Wally Seck - El Hadji Diouf apporte son soutien à Sidy Diop : "Boul ragal Dara..."

09/11/2020

Brouille avec...

Vendredi dernier, le chanteur de Guédiawaye Sidy...
Côte d’Ivoire : l’artiste chanteuse Josey fait une promesse à un fan sur Instagram

09/11/2020

Côte d’Ivoire...

Si la belle Josey a ravi ses...
Interrogé sur un probable feat avec MC One, la réponse d’Elow’n choque

09/11/2020

Interrogé sur...

Ce matin, Elow’n (membre du groupe kiff...
Double confrontation contre la Guinée : Habib Diallo veut les "six points"

09/11/2020

Double confrontation...

Le Sénégal va disputer deux matchs de...
Aya Nakamura tacle M.Pokora sur Twitter après son sacre de meilleur artiste français !

09/11/2020

Aya Nakamura...

Désigné pour la première fois de sa...
Présidence de la CAF : Jacques Anouma pour défier Ahmad Ahmad

09/11/2020

Présidence de...

La Fédération Ivoirienne de Football (FIF) a annoncé dans...
Présidentielle du 31 octobre/ Ouattara déclaré vainqueur par le Conseil Constitutionnel

09/11/2020

Présidentielle du...

Le Conseil Constitutionnel ivoirien a déclaré Ouattara...
Atteinte d’Alopécie : une femme révèle le calvaire qu’elle a vécu

09/11/2020

Atteinte d’Alopécie...

”La sorcière” voilà comment on l’a nommée...
Porté disparu / Jean-Louis Billon réapparait et parle : ” nous sommes présents et débout”

09/11/2020

Porté disparu...

Le Ministre Jean-Louis Billon n’est ni en...
Franklin Nyamsi, Conseiller de Soro: “Ouattara est un amateur de côtelettes de porc grillé”

09/11/2020

Franklin Nyamsi,...

Le Conseiller Spécial de Guillaume Soro s’est...
Henri Konan Bédié: “Aujourd’hui, les forces de l’ordre agissent comme des milices”

09/11/2020

Henri Konan...

Le Président Bédié, président du Conseil National...
Hospitalisé, Diego Maradona récupère de façon incroyable, selon son médecin !

09/11/2020

Hospitalisé, Diego...

Hospitalisé dans l’hôpital de Buenos Aires depuis...
Présidentielle du 31 octobre/ Ouattara déclaré vainqueur par le Conseil Constitutionnel

09/11/2020

Présidentielle du...

Le Conseil Constitutionnel ivoirien a déclaré Ouattara...
Bénin : Roger Gbégnonvi aurait souhaité canoniser P. Talon s’il était le Pape

09/11/2020

Bénin :...

Si seulement Roger Gbégnonvi, l’ancien ministre de...
Crise ivoirienne / Blocus autour du domicile de Bédié : le Roi des Baoulé lance un cri de cœur à Alassane Ouattara

09/11/2020

Crise ivoirienne...

Sa Majesté Nanan Kassi ANVO, roi des...
Découvrez en images la très belle femme de l'humoriste sénégalais Jaaw Ketchup...

09/11/2020

Découvrez en...

L'humoriste Jaaw Ketchup a fini par montrer...
L'humoriste Jaaw Ketchup s'est marié… Tout ce que vous n'avez pas vu en Images !

09/11/2020

L’humoriste Jaaw...

L'humoriste Jaaw Ketchup a fini par montrer...
"Nous sommes ici pour défendre la liberté d'expression face à un des pires dangers qui soit", assure Donald Trump dont deux tweets ont été signalés comme "trompeurs".
 
ÉTATS-UNIS - Le président américain a signé ce jeudi 28 mai un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus, ulcéré par l'attitude de Twitter à son égard.
"Nous sommes ici pour défendre la liberté d'expression face à un des pires dangers qui soit", a déclaré Donald Trump dans le Bureau ovale, en référence à ce qu'il a appelé le "monopole" des géants des technologies.
"Ils ont le pouvoir non contrôlé de censurer, éditer, dissimuler ou modifier toute forme de communication entre des individus et de larges audiences publiques", a-t-il élaboré en signant le décret qui devrait être le point de départ d'une longue bataille en justice.
Très actif sur Twitter où il mêle, à un rythme effréné, annonces politiques, attaques personnelles, théories du complot et propos de campagne, le locataire de la Maison Blanche dénonce de longue date ce qu'il estime être un biais idéologique et politique de la part des géants de la Silicon Valley. "Nous ne pouvons laisser cela se poursuivre, c'est très très injuste", a-t-il martelé.
Immunité contre les poursuites
Le décret est censé donner la possibilité de réguler la célèbre section 230 du "Communications Decency Act", une loi de 1996, pilier du fonctionnement des plateformes numériques.
Elle offre à Facebook, Twitter, YouTube ou Google une immunité contre toute poursuite judiciaire liée aux contenus publiés par des tiers et leur donne la liberté d'intervenir sur les plateformes à leur guise.
Le décret modifierait le champ d'application de cette loi et permettrait aux autorités de régulation de se prononcer sur les politiques de modération des contenus.
L'ancien homme d'affaires accuse Twitter de prendre "des décisions éditoriales" et de faire preuve "d'activisme politique" dans le choix des messages qu'il décide de soumettre à vérification. Ce jeudi, il a même menacé de "fermer" la plateforme s'il trouvait "un moyen légal" de le faire. "Il faudrait que je demande à mes avocats".
"Vérifiez les faits"
Souvent accusé de laxisme dans son traitement des propos tenus par des dirigeants, Twitter a signalé pour la première fois mardi des messages du président, en ajoutant la mention: "Vérifiez les faits."
Il s'agissait de tweets du milliardaire affirmant que le vote par correspondance était forcément "frauduleux" car sujet aux manipulations.
La question est particulièrement sensible en pleine année électorale bouleversée par la pandémie de coronavirus, qui fait peser le doute sur les modalités de l'organisation de la présidentielle américaine du 3 novembre.
"Ces tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus de vote et ont été signalés", a justifié un porte-parole de la plateforme.
Censurer… contre la censure ?
Ses détracteurs estiment que le président n'agit pas au nom de la liberté d'expression mais de son propre intérêt. Donald Trump menace la Section 230 pour "intimider" les réseaux sociaux, a réagi le sénateur démocrate Ron Wyden. "Je pense que ces entreprises, et tous les Américains qui exercent leur droit à s'exprimer en ligne, vont résister à ce décret illégal de toutes les façons possibles".
Le débat sur le sacro-saint statut d'hébergeur des plateformes en ligne fait rage depuis des mois et dépasse largement le contentieux entre Donald Trump et Twitter. A gauche comme à droite, des voix s'élèvent depuis quelques années pour forcer les réseaux à prendre plus de responsabilités - et donc à mieux filtrer les contenus.
Mark Zuckerberg, le fondateur et patron de Facebook, est entré dans la bataille en rappelant sur Fox News jeudi matin qu'à son avis les plateformes devraient pas se poser en "arbitres de la vérité sur tout ce que les gens disent en ligne".
Mais "un gouvernement qui choisit de censurer une plateforme parce qu'il s'inquiète au sujet de la censure ne me semble pas exactement être le bon réflexe", a-t-il ajouté.
Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire