Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Togo : Une revendeuse de tomates révèle comment elle a été malmenée par la Police
12/05/2020 à 13h26 par La redaction

Depuis l’arrivée de la maladie à coronavirus au Togo, les autorités ont pris des mesures afin de lutter contre la propagation du virus. Si certains sont autorisé par la loi de continuer à faire leur business (exemple les revendeuses des aliments de première nécessité),  d’autres sont obligé de respecter les règles.

 

Dans une note vocale qui circule sur la plateforme whatsApp, une revendeuse de tomates révèle comment elle a été malmenée par la Police à la frontière de  Cinkassé au nord du Togo.

 

Arrive à Cinkassé, j’étais dans la voiture avec le chauffeur et son apprenti. Les policiers nous font comprendre que nous ne pouvons pas passer  car selon eux, nous ne sommes pas arrivés au moment opportun et qu’ils ont déjà placé barrière. Le chauffeur les supplia de le laisser passer car il transportait des aliments de première nécessité à savoir, tomates et oignons.

 

«  S’il te plait laisse nous passer les tomates et les oignons sont des aliments qui se pourrissent vite. Et nous avons quitté le champ (marché de Tomate) depuis trois jours. Comme d’habitude elles seront déjà entrain de se  décomposer », disait le chauffeur.

 

A en croire la dame, le policier sort  son téléphone portable et fit un appel. Apres l’appel il nous ordonna d’aller voire les douaniers  qui sont eux aussi à quelques mètres. Chose qui a été fait. L’un des douaniers était même venu voire le policier afin de nous laisser passer. Le policier fit un second appel pour confirmer que nous avons rencontré les douaniers.

 

Le douanier demanda alors au chauffeur de ramener la voiture à la douane pour contrôle des marchandises. Le chauffeur entre dans la voiture et suit le douanier.   J’étais à pied moi et soudain un des policiers m’a appelé  eh eh eh madame revient ici. Où est ta carte ? Je lui ai montré ma carte puis  il me disait que je suis en état d’arrestation.  Le policier  me disait qu’il  n’a plus affaires avec les marchandises mais plutôt les passagers.  J’ai demandé pardon mais il haussait la voix sur moi. Il me demandait si je ne savais pas que les frontières sont fermées  à cause de la maladie de coronavirus.  Je tenais dans la main un papier que je devrais montrer aux douaniers. Il me disait d’aller remettre le papier et revenir. Façons il me parlait, je ne savais même pas le temps que les larmes se sont sortis de mes yeux.

 

J’ai rappelé le chauffeur lui disant qu’il y a encore un problème.  Nous avons commencé par supplier ce policier qui plus tard nous demande de verser 60 000 FCFA avant de quitter. A force de négocier il nous a dit de donner 40 000 c’était comme ci nous étions entrain de débattre le prix d’un mouton. Nerveux, le chauffeur sort l’argent de sa poche et règle le policier.

 

Nous avons régler nos comptes avec  la douane depuis 19 h mais nous étions avec ses policiers jusqu’à  1h du matin.  J’étais très nerveuse et malheureuse pour ce que j’ai vécu ses derniers jours à la frontière de  Cinkassé.

 

Ci-dessous, la note vocale de la dame

 

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de www.dailymotion.com.

Charger le contenu

 

 

Lire aussi : Hermann J. Cohen : « La pression militaire a contraint le président Faure Gnassingbé à fuir le pays »

 

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

U outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Émigration clandestine au Sénégal : 29 convoyeurs déférés en octobre

12/11/2020

Émigration clandestine...

Les chiffres renseignent sur l'ampleur du phénomène...
Sénégal : L’opposant Ousmane Sonko récupère des éléments d’Idrissa Seck

12/11/2020

Sénégal :...

Le leader du parti de l’opposition Pastef/Les-Patriotes,...
Sénégal - Union européenne : les dessous de l’accord de pêche polémique

12/11/2020

Sénégal –...

On en sait un peu plus sur...
Coup de tonnerre: Inquiétude en Guinée / Les gendarmes désormais autorisés à tirer à vue

12/11/2020

Coup de...

Les députés guinéens viennent d’adopter une loi...
Après ses félicitations à Ouattara / Guillaume Soro répond au président du Ghana

12/11/2020

Après ses...

Guillaume Soro n’a visiblement pas apprécié les...
Gnamien Konan persiste et signe : “Tôt ou tard, cette histoire finira par une TRANSITION”

12/11/2020

Gnamien Konan...

Pour le Président de la “Nouvelle Côte d’Ivoire“,...
Le Ministre Hamed Bakayoko victime d’usurpation d’identité

12/11/2020

Le Ministre...

Le premier ministre Ivoirien Hamed Bakayoko, victime...
Le Système des Nations-Unies va appuyer les nouvelles priorités du Gouvernement

12/11/2020

Le Système...

  Les agences du Système des Nations-Unies...
L’ancien président charismatique du Ghana, Jerry Rawlings, décède à 73 ans

12/11/2020

L’ancien président...

Le chef d’État le plus ancien du...
Manifestations à Koun-Fao : des édifices administratifs et un véhicule de transport détruits

12/11/2020

Manifestations à...

Manifestations à Koun-Fao : de nombreux dégâts...
Voici pourquoi l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont entrés en guerre

12/11/2020

Voici pourquoi...

Voici pourquoi l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont entrés...
Vincent Toh Bi pleure M’Batto, Bonoua… : « aucun accord politique ne réveillera ces dizaines de morts »

12/11/2020

Vincent Toh...

Pour Vincent Toh Bi Irié qui pleure...
Conflit politique en Ethiopie : plus de 11 000 Ethiopiens ont fui la guerre pour Soudan

12/11/2020

Conflit politique...

Conflit politique en Ethiopie : plus de...
Tanzanie : Kassim Majaliwa reconduit à la tête du gouvernement

12/11/2020

Tanzanie :...

Le président de la Tanzanie, John Magufuli...
Les dessous de la rencontre KKB et Ouattara

12/11/2020

Les dessous...

Kouadio Konan Bertin dit KKB a rencontré...
Les listes de quarantaine ont changé - quoi de neuf?

12/11/2020

Les listes...

Les listes de quarantaine ont changé -...
Pourquoi Ouattara cède à la négociation maintenant ?

12/11/2020

Pourquoi Ouattara...

Pourquoi le président Alassane Ouattara a accepté...
Burkina Faso: une embuscade dans le Sahel fait 7 morts

12/11/2020

Burkina Faso:...

u moins 7 militaires au Burkina Faso...
Rencontre Hamed Bakayoko Assoa Adou et Danon Djédjé : en images

12/11/2020

Rencontre Hamed...

Hamed Bakayoko a rencontré ce jeudi 12...
Respecter l’accord de cessez-le-feu au Haut-Karabakh profitera à toutes les parties, selon le chef de la diplomatie russe

12/11/2020

Respecter l’accord...

ACTUALITES MOSCOU, 12 novembre 2020 (Yeclo avec...

Depuis l’arrivée de la maladie à coronavirus au Togo, les autorités ont pris des mesures afin de lutter contre la propagation du virus. Si certains sont autorisé par la loi de continuer à faire leur business (exemple les revendeuses des aliments de première nécessité),  d’autres sont obligé de respecter les règles.

 

Dans une note vocale qui circule sur la plateforme whatsApp, une revendeuse de tomates révèle comment elle a été malmenée par la Police à la frontière de  Cinkassé au nord du Togo.

 

Arrive à Cinkassé, j’étais dans la voiture avec le chauffeur et son apprenti. Les policiers nous font comprendre que nous ne pouvons pas passer  car selon eux, nous ne sommes pas arrivés au moment opportun et qu’ils ont déjà placé barrière. Le chauffeur les supplia de le laisser passer car il transportait des aliments de première nécessité à savoir, tomates et oignons.

 

«  S’il te plait laisse nous passer les tomates et les oignons sont des aliments qui se pourrissent vite. Et nous avons quitté le champ (marché de Tomate) depuis trois jours. Comme d’habitude elles seront déjà entrain de se  décomposer », disait le chauffeur.

 

A en croire la dame, le policier sort  son téléphone portable et fit un appel. Apres l’appel il nous ordonna d’aller voire les douaniers  qui sont eux aussi à quelques mètres. Chose qui a été fait. L’un des douaniers était même venu voire le policier afin de nous laisser passer. Le policier fit un second appel pour confirmer que nous avons rencontré les douaniers.

 

Le douanier demanda alors au chauffeur de ramener la voiture à la douane pour contrôle des marchandises. Le chauffeur entre dans la voiture et suit le douanier.   J’étais à pied moi et soudain un des policiers m’a appelé  eh eh eh madame revient ici. Où est ta carte ? Je lui ai montré ma carte puis  il me disait que je suis en état d’arrestation.  Le policier  me disait qu’il  n’a plus affaires avec les marchandises mais plutôt les passagers.  J’ai demandé pardon mais il haussait la voix sur moi. Il me demandait si je ne savais pas que les frontières sont fermées  à cause de la maladie de coronavirus.  Je tenais dans la main un papier que je devrais montrer aux douaniers. Il me disait d’aller remettre le papier et revenir. Façons il me parlait, je ne savais même pas le temps que les larmes se sont sortis de mes yeux.

 

J’ai rappelé le chauffeur lui disant qu’il y a encore un problème.  Nous avons commencé par supplier ce policier qui plus tard nous demande de verser 60 000 FCFA avant de quitter. A force de négocier il nous a dit de donner 40 000 c’était comme ci nous étions entrain de débattre le prix d’un mouton. Nerveux, le chauffeur sort l’argent de sa poche et règle le policier.

 

Nous avons régler nos comptes avec  la douane depuis 19 h mais nous étions avec ses policiers jusqu’à  1h du matin.  J’étais très nerveuse et malheureuse pour ce que j’ai vécu ses derniers jours à la frontière de  Cinkassé.

 

Ci-dessous, la note vocale de la dame

 

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de www.dailymotion.com.

Charger le contenu

 

 

Lire aussi : Hermann J. Cohen : « La pression militaire a contraint le président Faure Gnassingbé à fuir le pays »

 

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire