Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Togo : Suspension des médias , un journaliste clashe les organisations de presse
31/03/2020 à 12h22 par Georges Traore

 

La suspension des médias et tout le silence qui s'en suit est la faute des organisations de presse. Il est très rare de les voir tenter de défendre ou mieux plaider pour la cause de leurs propres confrères. Cet avis est celui d'un journaliste togolais, qui, outré par les suspensions à tout va a décidé de réagir.

Le journaliste qui a préféré utiliser un nom de plume, Sans Rancune n'a pas été tendre avec les organisations de presse. Il faut déjà rappeler qu'en l'espace d'un mois, 3 journaux ont été sanctionnés.

Voici un extrait du message du journaliste

Suspension des journaux Liberté, L'Alternative et Fraternité : le silence intriguant des organisations de la Presse

Au Togo alors que le COVID-19 suit son cours et se propage, un nouveau virus est né au Togo. C'est la suspension des presses. La HAAC a aiguisé sa hache et décime tout sur son passage. Dans ma dernière sortie je disais que c'était une mauvaise décision en pleine pandémie. Déjà que la communication de crise qui devrait se faire pour la circonstance n'est pas au point. Mais bon ça c'est un autre débat. Les cellules s'activent comme elles peuvent. À nous de les aider aussi en suivant les gestes barrières. Anyway.

Après Liberté et L'Alternative, c'est autour de Joël Egah, de Fraternité de goûter à la hache. Et pour cause, à cause d'un article qu'il a écrit en soutien aux deux journaux suspendus. On est donc plus en droit par sa plume de défendre ses confrères face à une décision qui a été prise sans analyser tous les contours. Cette suspension de ce journal est tellement bizarre tant sur le fond que sur la forme. Car, en longueur de journée, ils sont nombreux ces ministres et DG, qui goûtent à la plume des journalistes suite à certaines décisions qu'ils prennent. Lisent et prennent ce qui est positif dans la critique et avancer. Mais la HAAC on, dirait que nos vénérés membres s'ennuient dans leurs locaux et qu'ils n'ont pas grand chose à faire actuellement où nous faisons face à la pandémie de COVID-19.

Pourquoi cette attitude de la HAAC qui refuse qu'on remette en cause ses décisions ? Le bilan des membres sera-t-il positif s'ils ferment ou suspendent beaucoup de presse ? Bizarre ! Deux mois de suspension pourquoi ? Pour avoir dit qu'une décision a été prise avec zèle et supposé qu'un groupe de de défense s'est formé. Ou est le fond? Rien que de la subjectivité.

Si l'attitude de la HAAC est intrigante, c'est le silence, de toutes ses organisations qui étonne. Même à la maison, dans certaines situation, les enfants font front commun et se soutiennent quitte à subir certaines conséquences. On dit souvent que les Kotokoli aiment se soutenir, sans souvent chercher à savoir ce que son frère ou sa sœur a fait. C'est ce qui devait prévaloir en ce moment. Cette attitude de nos cousins Kotokoli qui ne blaguent pas avec le soutien.

Mais dans le monde de la Presse au Togo, ce n'est pas ça. Rien que des groupuscules qui se forment, chacun cherchant son intérêt personnel. On est juste prêt à sortir des communiqués quand un confrère meurt. Mais pas capable de sortir un communiqué quand un confrère se fait fermer son journal ou quand celui-ci subit une suspension. L'expression qu'on aime utiliser c'est discussions de couloirs. Intéressant. Discuter donc en coulisses et revenez nous en public.

En pleine pandémie, la HAAC n'a pas fait grand chose pour mettre les médias en avant et qu'ils jouent pleinement leur rôle. Au contraire, on diminue le nombre de médias capable de pouvoir envoyer l'information plus loin. Dommage! Que faire !

Rien à faire. Sans Rancune

 

Lire aussi : Togo/ la HAAC suspend le journal Fraternité

 

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 490 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces/ site de vente et d'achat 100% Togo

togopapel Offre d'emploi et concours

 

La suspension des médias et tout le silence qui s'en suit est la faute des organisations de presse. Il est très rare de les voir tenter de défendre ou mieux plaider pour la cause de leurs propres confrères. Cet avis est celui d'un journaliste togolais, qui, outré par les suspensions à tout va a décidé de réagir.

Le journaliste qui a préféré utiliser un nom de plume, Sans Rancune n'a pas été tendre avec les organisations de presse. Il faut déjà rappeler qu'en l'espace d'un mois, 3 journaux ont été sanctionnés.

Voici un extrait du message du journaliste

Suspension des journaux Liberté, L'Alternative et Fraternité : le silence intriguant des organisations de la Presse

Au Togo alors que le COVID-19 suit son cours et se propage, un nouveau virus est né au Togo. C'est la suspension des presses. La HAAC a aiguisé sa hache et décime tout sur son passage. Dans ma dernière sortie je disais que c'était une mauvaise décision en pleine pandémie. Déjà que la communication de crise qui devrait se faire pour la circonstance n'est pas au point. Mais bon ça c'est un autre débat. Les cellules s'activent comme elles peuvent. À nous de les aider aussi en suivant les gestes barrières. Anyway.

Après Liberté et L'Alternative, c'est autour de Joël Egah, de Fraternité de goûter à la hache. Et pour cause, à cause d'un article qu'il a écrit en soutien aux deux journaux suspendus. On est donc plus en droit par sa plume de défendre ses confrères face à une décision qui a été prise sans analyser tous les contours. Cette suspension de ce journal est tellement bizarre tant sur le fond que sur la forme. Car, en longueur de journée, ils sont nombreux ces ministres et DG, qui goûtent à la plume des journalistes suite à certaines décisions qu'ils prennent. Lisent et prennent ce qui est positif dans la critique et avancer. Mais la HAAC on, dirait que nos vénérés membres s'ennuient dans leurs locaux et qu'ils n'ont pas grand chose à faire actuellement où nous faisons face à la pandémie de COVID-19.

Pourquoi cette attitude de la HAAC qui refuse qu'on remette en cause ses décisions ? Le bilan des membres sera-t-il positif s'ils ferment ou suspendent beaucoup de presse ? Bizarre ! Deux mois de suspension pourquoi ? Pour avoir dit qu'une décision a été prise avec zèle et supposé qu'un groupe de de défense s'est formé. Ou est le fond? Rien que de la subjectivité.

Si l'attitude de la HAAC est intrigante, c'est le silence, de toutes ses organisations qui étonne. Même à la maison, dans certaines situation, les enfants font front commun et se soutiennent quitte à subir certaines conséquences. On dit souvent que les Kotokoli aiment se soutenir, sans souvent chercher à savoir ce que son frère ou sa sœur a fait. C'est ce qui devait prévaloir en ce moment. Cette attitude de nos cousins Kotokoli qui ne blaguent pas avec le soutien.

Mais dans le monde de la Presse au Togo, ce n'est pas ça. Rien que des groupuscules qui se forment, chacun cherchant son intérêt personnel. On est juste prêt à sortir des communiqués quand un confrère meurt. Mais pas capable de sortir un communiqué quand un confrère se fait fermer son journal ou quand celui-ci subit une suspension. L'expression qu'on aime utiliser c'est discussions de couloirs. Intéressant. Discuter donc en coulisses et revenez nous en public.

En pleine pandémie, la HAAC n'a pas fait grand chose pour mettre les médias en avant et qu'ils jouent pleinement leur rôle. Au contraire, on diminue le nombre de médias capable de pouvoir envoyer l'information plus loin. Dommage! Que faire !

Rien à faire. Sans Rancune

 

Lire aussi : Togo/ la HAAC suspend le journal Fraternité

 

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 490 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire