Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Togo : Quelques pistes de solutions pour contenir les braquages répétitifs
20/07/2020 à 22h12 par La redaction

La situation sécuritaire dans la sous-région ouest-africaine est préoccupante. Des attaques terroristes aux braquages, il y a lieu de mobiliser des acteurs de premier plan. Si la bataille contre le terrorisme revient principalement aux armées des pays concernés, la lutte contre les braquages peut se faire en symbiose avec des structures privées.

Ce week-end du 19 juin a été marquée par un nouveau braquage à Lomé. A quelques centaines de mètres du ministère de la sécurité, des braqueurs ont fait une nouvelle opération qui laisse tout le monde pantois. Ils ont, à l’aide d’armes et d’une moto emporté plusieurs millions de FCFA. Même si le montant volé n’est pas dévoilé, la scène fait peur.

Après ce dernier épisode, les commentaires sont allés dans tous les sens. De plus en plus de personnes disent craindre pour leur sécurité. Ils ont du mal à concevoir que des braqueurs aient le courage d’opérer dans les parages du ministère de la sécurité et de la protection civile. De surcroît, le fait que la scène se soit déroulée au beau milieu de la journée a donné lieu à d’autres interrogations.

Quelques pistes de solutions

Dans une pareille situation, il faut que de réelles pistes puissent être explorées par le gouvernement togolais et partant le ministère de la sécurité qui s’occupent justement de ce volet. Dans ce sens, la lutte contre ce fléau qui fait des victimes à tout moment même en ces temps de pandémie doit être faite autrement. Les populations, évitant les atrouppements par respect de mesures de distanciation physique créent une certaine situation favorable aux braquages et aux fuites des fauteurs de troubles.

Pour preuve, des braqueurs ont été déjà molestés. Le cas du grand marché de Lomé reste dans les mémoires. L’affaire remonte à octobre 2017. La population s’est mobilisée pour lyncher trois civils et deux assaillants selon nos informations. Néanmoins, 4 autres malfaiteurs ont réussi à prendre la fuite. C’est dire qu’il y a nécessité de travailler encore plus avec la population.

Le ministère de la sécurité pourrait dédier une ligne téléphonique à cette lutte. Pour se faire, il peut mettre à la disposition du public un numéro vert et gratuit pour signaler en temps réel tout cas de braquage. Ici, il ne sera pas question d’intervenir après braquage et faire les constats mais de voir comment encercler plutôt les braqueurs et engager un rapport de force au besoin.

Collaborer avec les entreprises privées

Cette collaboration doit se faire à deux niveaux. D’abord entre le ministère de la sécurité et les entreprises privées de gardiennage. Ensuite entre ces entreprises dont le rôle est d’assurer la sécurité puis toute entité qu’il s’agisse de personnalités ou de personnes morales (entreprises).

Ce faisant, les entreprises de gardiennage peuvent installer des caméras de surveillance dans les structures en faisant la demande. Si jamais, un braquage a lieu, des vidéos témoins pourraient être mises à la disposition des forces de l’ordre en vue de faire les investigations dans les règles de l’art et arrêter les auteurs. En dehors de cela, des technologies de bouton panic, portes blindées entre autres pourraient être utilisées.

Voici quelques pistes de solutions à adopter. La sécurité est un sujet préoccupant car la sous-région ouest-africaine est plus que jamais menacée par le terrorisme.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 501 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

La situation sécuritaire dans la sous-région ouest-africaine est préoccupante. Des attaques terroristes aux braquages, il y a lieu de mobiliser des acteurs de premier plan. Si la bataille contre le terrorisme revient principalement aux armées des pays concernés, la lutte contre les braquages peut se faire en symbiose avec des structures privées.

Ce week-end du 19 juin a été marquée par un nouveau braquage à Lomé. A quelques centaines de mètres du ministère de la sécurité, des braqueurs ont fait une nouvelle opération qui laisse tout le monde pantois. Ils ont, à l’aide d’armes et d’une moto emporté plusieurs millions de FCFA. Même si le montant volé n’est pas dévoilé, la scène fait peur.

Après ce dernier épisode, les commentaires sont allés dans tous les sens. De plus en plus de personnes disent craindre pour leur sécurité. Ils ont du mal à concevoir que des braqueurs aient le courage d’opérer dans les parages du ministère de la sécurité et de la protection civile. De surcroît, le fait que la scène se soit déroulée au beau milieu de la journée a donné lieu à d’autres interrogations.

Quelques pistes de solutions

Dans une pareille situation, il faut que de réelles pistes puissent être explorées par le gouvernement togolais et partant le ministère de la sécurité qui s’occupent justement de ce volet. Dans ce sens, la lutte contre ce fléau qui fait des victimes à tout moment même en ces temps de pandémie doit être faite autrement. Les populations, évitant les atrouppements par respect de mesures de distanciation physique créent une certaine situation favorable aux braquages et aux fuites des fauteurs de troubles.

Pour preuve, des braqueurs ont été déjà molestés. Le cas du grand marché de Lomé reste dans les mémoires. L’affaire remonte à octobre 2017. La population s’est mobilisée pour lyncher trois civils et deux assaillants selon nos informations. Néanmoins, 4 autres malfaiteurs ont réussi à prendre la fuite. C’est dire qu’il y a nécessité de travailler encore plus avec la population.

Le ministère de la sécurité pourrait dédier une ligne téléphonique à cette lutte. Pour se faire, il peut mettre à la disposition du public un numéro vert et gratuit pour signaler en temps réel tout cas de braquage. Ici, il ne sera pas question d’intervenir après braquage et faire les constats mais de voir comment encercler plutôt les braqueurs et engager un rapport de force au besoin.

Collaborer avec les entreprises privées

Cette collaboration doit se faire à deux niveaux. D’abord entre le ministère de la sécurité et les entreprises privées de gardiennage. Ensuite entre ces entreprises dont le rôle est d’assurer la sécurité puis toute entité qu’il s’agisse de personnalités ou de personnes morales (entreprises).

Ce faisant, les entreprises de gardiennage peuvent installer des caméras de surveillance dans les structures en faisant la demande. Si jamais, un braquage a lieu, des vidéos témoins pourraient être mises à la disposition des forces de l’ordre en vue de faire les investigations dans les règles de l’art et arrêter les auteurs. En dehors de cela, des technologies de bouton panic, portes blindées entre autres pourraient être utilisées.

Voici quelques pistes de solutions à adopter. La sécurité est un sujet préoccupant car la sous-région ouest-africaine est plus que jamais menacée par le terrorisme.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 501 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire