Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
Togo : La lutte contre prostitution des jeunes filles est activée
3Vision-Group
02/05/2021 à 08h44 par Tritech Raheem

L’Association Petite Sœur à Sœur (PSAS) ne veut pas laisser le phénomène de la prostitution prendre du terrain au Togo. Voulant garantir un avenir serein pour les jeunes filles togolaises, l’association décide de mettre fin à cette pratique qui prend de l’ampleur. Ce jeudi 29 avril, l’organisation a tenu une rencontre avec les autorités administratives et traditionnelles de la commune de Lomé pour trouver des solutions.

 

Cette réunion avec les autorités de la commune s’est déroulée sous le thème: « La contribution des autorités étatiques et traditionnelles à la lutte contre la prostitution des jeunes filles ». L’objectif de cette rencontre initiée par la PSAS est de convaincre les jeunes filles qui s’adonnent à la prostitution à abandonner cette pratique obscène en leur proposant des alternatives équivalentes pour subvenir à leur besoins dignement.

Lire aussi : Ned Nwoko : "J'ai épousé plusieurs femmes pour leur éviter la prostitution "

Cette initiative qui vise à éradiquer la prostitution s’inscrit dans le cadre du projet porté « Amélioration des conditions de vie et de la santé des filles et des jeunes femmes vulnérables et leurs familles » par la PSAS. Financé par l’Action Medeor et le Ministère Fédéral Allemand chargé de la coopération économique et du développement (BMZ), ce programme compte changer la mentalité des jeunes filles grâce à des actions de leurs dirigeants.

 

« Nous allons faire des présentations sur l’ampleur du phénomène, les conséquences et les endroits où ces activités se déroulent. Ensuite, nous allons identifier avec ces leaders des actions concrètes qu’ils peuvent mener dans leur localité respective », a rappelé Mme Ama Yawo-Akokotse, Directrice exécutive de l’Association PSAS.

Lire aussi : Togo : Voici ce que dit la Loi sur le proxénétisme et la prostitution

Parmi, ces propositions faites aux autorités présentes à la rencontre, la PSAS a évoqué le renforcement économique de ces jeunes filles par des formations à des activités génératrices de revenus. Mais dans certaines parties de la commune, des efforts sont déjà consentis pour résoudre le fléau.

 

C’est l’exemple du quartier Kodjoviakope où les autorités traditionnelles vont sur le terrain dans le cadre de cette lutte. « Nous allons de temps en temps dans les ghettos pour les moraliser, les conscientiser », a souligné Silete-Tsitsia Bamezon III, Chef du quartier de Kodjoviakope.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 451 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :
togopapel APPLICATION MOBILE  ABONNEZ à Google news

L’Association Petite Sœur à Sœur (PSAS) ne veut pas laisser le phénomène de la prostitution prendre du terrain au Togo. Voulant garantir un avenir serein pour les jeunes filles togolaises, l’association décide de mettre fin à cette pratique qui prend de l’ampleur. Ce jeudi 29 avril, l’organisation a tenu une rencontre avec les autorités administratives et traditionnelles de la commune de Lomé pour trouver des solutions.

 

Cette réunion avec les autorités de la commune s’est déroulée sous le thème: « La contribution des autorités étatiques et traditionnelles à la lutte contre la prostitution des jeunes filles ». L’objectif de cette rencontre initiée par la PSAS est de convaincre les jeunes filles qui s’adonnent à la prostitution à abandonner cette pratique obscène en leur proposant des alternatives équivalentes pour subvenir à leur besoins dignement.

Lire aussi : Ned Nwoko : "J'ai épousé plusieurs femmes pour leur éviter la prostitution "

Cette initiative qui vise à éradiquer la prostitution s’inscrit dans le cadre du projet porté « Amélioration des conditions de vie et de la santé des filles et des jeunes femmes vulnérables et leurs familles » par la PSAS. Financé par l’Action Medeor et le Ministère Fédéral Allemand chargé de la coopération économique et du développement (BMZ), ce programme compte changer la mentalité des jeunes filles grâce à des actions de leurs dirigeants.

 

« Nous allons faire des présentations sur l’ampleur du phénomène, les conséquences et les endroits où ces activités se déroulent. Ensuite, nous allons identifier avec ces leaders des actions concrètes qu’ils peuvent mener dans leur localité respective », a rappelé Mme Ama Yawo-Akokotse, Directrice exécutive de l’Association PSAS.

Lire aussi : Togo : Voici ce que dit la Loi sur le proxénétisme et la prostitution

Parmi, ces propositions faites aux autorités présentes à la rencontre, la PSAS a évoqué le renforcement économique de ces jeunes filles par des formations à des activités génératrices de revenus. Mais dans certaines parties de la commune, des efforts sont déjà consentis pour résoudre le fléau.

 

C’est l’exemple du quartier Kodjoviakope où les autorités traditionnelles vont sur le terrain dans le cadre de cette lutte. « Nous allons de temps en temps dans les ghettos pour les moraliser, les conscientiser », a souligné Silete-Tsitsia Bamezon III, Chef du quartier de Kodjoviakope.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 451 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire