Tentative de coup d’État en Guinée Bissau: Voici la nouvelle déclaration du président Embalo


Video player

Le président de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, affirme avoir survécu à une tentative de coup d’État ce mardi 1er février 2022. Des assaillants armés de mitrailleuses et d’AK-47 ont attaqué le palais du gouvernement pendant des heures. L’attaque a eu lieu alors que le président et le premier ministre se trouvaient à l’intérieur du local.

Le président Embalo s’est adressé aux journalistes tard dans la journée de mardi, déclarant que “l’attaque contre la démocratie” avait eu lieu pendant une réunion du gouvernement dans le bâtiment. “Nos forces de défense et de sécurité républicaines ont pu arrêter ce mal”, a-t-il ajouté, soulignant que les tirs ont duré cinq heures et que de nombreuses personnes avaient été tuées ou blessées.

D’après le chef de l’Etat bissau-guinéen, cette attaque ne visait pas uniquement le pouvoir, mais il s’agissait également d’une “tentative de tuer le président, le premier ministre et tout le cabinet”. L’identité des auteurs de l’agression n’a pas été précisée dans l’immédiat, mais le président a déclaré que cela “a également à voir avec notre lutte contre le narcotrafic“.

Umaro Sissoco Embalo a déclaré que certaines des personnes impliquées avaient été arrêtées, mais il ne savait pas combien. Le radio public a indiqué que la fusillade avait endommagé le palais du gouvernement.

Les réactions de la communauté internationale

La CEDEAO déjà inquiétée par trois coups d’État dans des États membres au cours des 18 derniers mois, a qualifié la violence de mardi de tentative de coup d’État et a déclaré qu’elle suivait la situation à Bissau “avec une grande préoccupation”.

Le chef des Nations Unies, Antonio Guterres, s’est dit “profondément préoccupé” par ce qui se passe dans la capitale Bissau. Il a appelé “à la fin immédiate des combats et au plein respect des institutions démocratiques du pays”.

Pour sa part, l’Union africaine s’est dite très préoccupée par ce qu’elle a également décrit comme une tentative de coup d’État et a appelé les militaires à libérer les membres du gouvernement détenus.

Le ministère portugais des affaires étrangères a déclaré dans un tweet qu’il condamnait fermement l’attaque dans son ancienne colonie.

 

L’attaque déjouée mardi dans la capitale de ce pays d’Afrique de l’Ouest est survenue environ deux semaines seulement après que l’armée a renversé le dirigeant démocratiquement élu du Burkina Faso. La communauté internationale craint qu’une récente série de coups d’État en inspire d’autres dans la région.

Trois pays d’Afrique de l’Ouest, notamment le Mali, la Guinée et le Burkina Faso, ont connu des prises de pouvoir militaires en moins de 18 mois. Quant à la Guinée-Bissau, elle avait subi quatre coups d’État militaires depuis son indépendance en 1974, dont le plus récent en 2012.

 

Avec France24

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire