Tchad : Mahamat Idriss Déby : un exemplaire transition tchadienne


Video player

Sous la direction du président du Conseil militaire de transition, Mohamed Idris Deby, le Tchad a poursuivi sa transition vers un régime civil plus de six mois après la mort de l’ancien président Idris Deby.

Une approche inclusive contraste fortement avec la situation au Mali, où le gouvernement militaire est coincé chaque jour dans un isolement diplomatique.

En revanche, au Tchad, Mahamat Idriss Déby multiplie les signes d’ouverture à l’opposition politique et aux groupes armés, désormais prêts au dialogue. La nomination du parlement est un préalable nécessaire à la transition démocratique 18 mois. C’est la durée pendant laquelle Mahamat Idriss Déby a lui-même dirigé la transition vers un régime civil.

Vendredi 24 septembre, conformément au décret de Mahamat Idriss Déby, un parlement provisoire de 93 membres a été nommé pour refléter la diversité de la vie politique et sociale du Tchad. Son rôle? Le communiqué officiel du Tchad précise : « Tout en rétablissant les institutions juridiques de la République, faire fonction d’Assemblée nationale intérimaire (…) membre.

Au total, les 93 membres du parlement intérimaire du Tchad sont issus de 12 composantes, notamment les anciens partis de l’Assemblée nationale, les nouveaux membres des partis, les représentants des forces de défense et de sécurité, les personnalités de la société civile et même les autorités traditionnelles.

Forte intégration des femmes et opposition Dans la première leçon, le Parlement de transition donne une place aux femmes qui constituent un tiers de sa force de travail. « Les femmes notent le pourcentage le plus élevé au Tchad depuis 1960. Nous réussirons en termes d’égalité 50/50 », a déclaré Amina Priscille Longoh, ministre de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’enfance. La deuxième leçon est que l’opposition est loin de disparaître dans cette nouvelle institution.

Ainsi, la liste du parlement provisoire révèle quelques-unes des grandes figures de l’opposition tchadienne dans l’histoire, par exemple, Roman Tonga, l’un des principaux leaders de l’opposition parlementaire dirigée par Idriss Déby Itno·Félix (Romadoungar Félix). “Nous entendons jouer notre rôle en améliorant le plus profond de nous-mêmes”, a déclaré Théophile Bongoro, un jeune rival de la CNT, qui vient d’entrer dans l’arène politique nationale.

Parmi ses privilèges, les membres du CNT auront le droit spécial de poser des questions écrites ou orales au gouvernement, et le ministre sera tenu de répondre à ces questions. Une question épineuse pour la Commission militaire de transition est que l’opposition Wakit Tama Alliance refuse fermement de participer à la transition civile.

Depuis la création de la CMT, l’Alliance Wakit Tama a systématiquement résisté aux tentatives du gouvernement intérimaire d’engager le dialogue et la réconciliation. Un geste de rejet total a provoqué la colère du pouvoir. En juillet de l’année dernière, Albert Pahimi Padacké, Premier ministre du gouvernement de transition, a rappelé : « La volonté du gouvernement est de faire en sorte que chaque Tchadien se sente représentatif d’un dialogue inclusif, alors nous commençons par les préparatifs.

Prêtez simplement toute votre attention au dialogue inclusif. Des groupes rebelles prêts à discuter Parallèlement à la mise en place du parlement de transition, un dialogue national avec toutes les forces politiques du pays dans le cadre de la charte de transition se prépare. De plus, ici, le Conseil militaire de transition multiplie les signes d’ouverture à toutes les forces d’opposition. En octobre dernier, Albert Pahimi Padacké déclarait : « Aujourd’hui, il est naturel pour moi d’impliquer la plupart des Tchadiens dans le dialogue. le processus de paix. « Notre objectif n’est pas de remettre notre pays dans la guerre.

Ainsi, afin de déterminer les conditions pour que ces personnels politiques et militaires participent à ce dialogue inclusif, un comité discutera avec eux afin qu’ils participent au processus de paix. plutôt que la guerre », a poursuivi Albert Pahimi Padacké.

Dans une autre victoire symbolique pour le CMT, le principal groupe rebelle tchadien a déclaré mardi 2 novembre qu’après deux réunions techniques avec des représentants du régime à Doha et à Paris, ils étaient « prêts » à participer au dialogue national.

En signe d’apaisement et pour les inciter au dialogue, Mohamed Idris Deby a en effet promis de répondre à certaines demandes des groupes armés, notamment « des actions spécifiques en termes d’amnistie, de libération de prisonniers de guerre, de fret, et de réinsertion professionnelle. “. Le mouvement armé s’est retourné, sinon la mission a été couronnée de succès jusqu’à présent.

La Commission Militaire de Transition est toujours reconnue comme légale par l’Union Africaine, la plupart des pays de la région et l’Union Européenne, elle semble aujourd’hui répondre aux attentes des populations pour la période de transition.

Toujours dans un souci d’objectivité, pour garantir la tenue d’élections libres et démocratiques pour le peuple tchadien au plus tard fin 2022. La situation au Mali contraste fortement avec celle du Mali : après deux coups d’État, l’instabilité du Mali persiste, notamment dans les zones rurales où la violence armée a plongé le pays dans les incendies et les effusions de sang.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Tchad : Mahamat Idriss Déby : un exemplaire transition tchadienne Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire