Tabac chauffé : Philip Morris France condamné pour avoir fait la pub


Video player

Le coup enfumé a provoqué un rebond enfumé. La filiale française du groupe de tabac Philip Morris a été condamnée ce vendredi à une amende de 75 000 euros par le tribunal correctionnel de Paris pour « publicité illégale » de son appareil à tabac chauffant IQOS, qui est l’un de ses produits alternatifs face à la baisse des ventes de cigarettes Philip Morris France et la filiale suisse Philip Morris Products doit également verser 50 000 euros de dommages et intérêts et 5 000 euros de frais juridiques aux deux associations anti-tabac qui les ont poursuivies respectivement en justice, car le dispositif IQOS viole la loi sur les produits du tabac.

Cette petite box électronique est commercialisée en France depuis 2017 et convient aux recharges tabac mélangées à de la glycérine. Sa technologie chauffe le tabac à haute température, mais ne le brûle pas. Philip Morris a avancé que ses produits sont « moins nocifs » que les cigarettes traditionnelles car ils ne produisent pas de goudron. Cependant, aucune recherche indépendante n’a confirmé cette réduction des risques, et les agents de lutte antitabac pensent que même ainsi, elle reste très nocive pour la santé.

 

Lors de l’audience du 23 septembre, la société a fait valoir qu’il était nécessaire de « distinguer les appareils électroniques des recharges ». Un argument qui n’a pas vraiment convaincu le tribunal.

Coup d’arrêt

Pour l’un des principaux fabricants mondiaux de cigarettes, « c’est un échec de toute la stratégie industrielle », Hugo Lévy, avocat de la Commission nationale antitabac (CNCT), s’est félicité de l’annonce du verdict et s’est dit « heureux » que les juges n’est pas tombé. Dans le piège de l’argumentation du cigarettier. » « C’est une décision très importante car elle peut empêcher » la promotion de ce type de matériel, encore peu répandu en France, mais en raison de la « publicité » de Philip Morris capacité », ce genre d’équipement « prend son envol ». Également respecté Gérard Audureau, le président de l’Association Demain sera un non-fumeur (DNF). Les deux associations ont réclamé 1,73 million d’euros de dommages et intérêts à deux filiales pour « pertes souffert en luttant contre le tabagisme ».

« Nous avons pris acte de la décision d’aujourd’hui et étudions la possibilité de faire appel de cette décision », a répondu la présidente de Philip Morris France, Jeanne Pollès. Nous pensons que les accusations portées par le CNCT sont sans fondement. Nous espérons que le résultat final de l’affaire reconnaîtra la légalité de nos pratiques commerciales (utilisées dans) nos produits alternatifs pour chauffer le tabac au lieu de brûler du tabac.  »

 

Le CNCT a également poursuivi BFM Business pour un reportage intitulé « IQOS : Philip Morris’ Less Harmful Cigarettes » diffusé sur son site Internet le 6 mars 2017. Dans cette seconde affaire, le tribunal correctionnel a infligé une amende de 50 000 euros aux produits de Philip Morris, et une suspension de 50 000 euros à NextInteractive, une société qui regroupe les activités numériques du groupe NextRadioTV. Les deux sociétés ont également été condamnées à verser conjointement à la CNCT 50 000 euros de dommages et intérêts et 5 000 euros de frais de justice.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Tabac chauffé : Philip Morris France condamné pour avoir fait la pub Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire