Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Le président guinéen Sissoco Embaló remet Alassane Ouattara à sa place
01/09/2020 à 08h18 par Le Boy

Sissoco Embaló remet Alassane Ouattara à sa place. Le vendredi dernier, lors de la réunion par visioconférence des Chefs d’Etat de la communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), le Président  de Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló n’a pas été tendre avec Alassane Ouattara. Il a encore frappé durement.

Le vendredi 28 août 2020, s’est tenu une réunion virtuelle des chefs d’État de la CEDEAO sur la situation au Mali. Cette réunion avait pour objet d’entendre le rapport du groupe de médiation de haut niveau de la CEDEAO conduit par l’ancien Président Goodluck Jonathan.

Jean Claude Brou, le Président de la Commission de la CEDEAO a été appelé pour faire le point de l’application des sanctions contre le Mali. Dans ses propos, il a fait un amalgame qui a choqué le jeune président de Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló.

En effet, Brou était en train d’exposer sur les sanctions infligées par la BCEAO au Mali et s’apprêtait à présenter les nouvelles pistes de sanctions que la Banque centrale de l’UEMOA pourrait envisager pour durcir l’embargo, en cas non-accord avec la junte.

Lire aussi :  Côte d’ivoire: Alassane Ouattara tacle les opposants lors de son investiture

Quand il a voulu détailler lesdites mesures, Umaro Sissoco Embaló l’a freiné net. Il a pris la parole pour s’opposer énergiquement à ces mesures puisqu’elles étaient prises uniquement sous l’influence d’Alassane Ouattara qui semblait avoir un compte particulier à régler avec les Maliens.

Parlant fortement, il a lancé : « Je suis, et toute la Guinée-Bissau avec moi, fermement contre toute sanction vis-à-vis du Mali. Ce qui s’est passé au Mali n’est pas un coup d’État. Mieux, les sanctions économiques et financières qui ont été prises sont injustes et inappropriées, car elles sont d’inspiration UEMOA et ne concernent pas l’ensemble des pays de la CEDEAO, dont la Guinée-Bissau est membre. Il est même inconcevable qu’on puisse imposer de telles mesures à un pays qu’on considère comme un pays frère ».

Il  poursuit : « M. Jean-Claude Brou, je vous interpelle, vous personnellement. Quand vous parlez des mesures prises par la BCEAO, je vous signale qu’ici, ce n’est pas une réunion de l’UEMOA. Les mesures que vous évoquez relèvent de l’UEMOA. Ici, c’est une réunion de la CEDEAO. Je vous mets en garde de ne plus faire de confusion entre les instances délibératives. La CEDEAO n’a rien à voir avec la BCEAO ni avec l’UEMOA. N’oubliez pas de qui vous répondez. Je vous rappelle que vous ne répondez pas du président ivoirien, il n’est pas le président de la CEDEAO. Et jusqu’à preuve du contraire, c’est  Issoufou Mahamadou qui en est le président. À mon avis, notre homologue ivoirien est disqualifié pour exiger des sanctions contre un pays, alors que lui-même viole la Constitution de son pays pour avoir un troisième mandat ».

Jean Claude Brou, conscient de la situation, commença à s’excuser platement. La réunion s’est achevée sur un fond de tension et un certain nombre de mesures ont été adoptées.

Il s’agit notamment de la mise en place d’une transition civile immédiate, en consultation avec la Cour Constitutionnelle, les Partis Politiques et les organisations de la Société Civile, la nomination d’un président de transition civil ainsi que d’un premier ministre qui ne seront pas candidats à la prochaine élection présidentielle. Et enfin, la mise en place d’un gouvernement qui permettra de faire face aux différents défis, en particulier, celui de préparer les élections législatives et présidentielle dans un délai de douze (12) mois.

CHRIS YAPI NE MENT PAS

Lire aussi : CEDEAO: ALASSANE OUATTARA DÉSAVOUÉ PAR EMBALLO ET KABORÉ

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 495 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Sissoco Embaló remet Alassane Ouattara à sa place. Le vendredi dernier, lors de la réunion par visioconférence des Chefs d’Etat de la communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), le Président  de Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló n’a pas été tendre avec Alassane Ouattara. Il a encore frappé durement.

Le vendredi 28 août 2020, s’est tenu une réunion virtuelle des chefs d’État de la CEDEAO sur la situation au Mali. Cette réunion avait pour objet d’entendre le rapport du groupe de médiation de haut niveau de la CEDEAO conduit par l’ancien Président Goodluck Jonathan.

Jean Claude Brou, le Président de la Commission de la CEDEAO a été appelé pour faire le point de l’application des sanctions contre le Mali. Dans ses propos, il a fait un amalgame qui a choqué le jeune président de Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló.

En effet, Brou était en train d’exposer sur les sanctions infligées par la BCEAO au Mali et s’apprêtait à présenter les nouvelles pistes de sanctions que la Banque centrale de l’UEMOA pourrait envisager pour durcir l’embargo, en cas non-accord avec la junte.

Lire aussi :  Côte d’ivoire: Alassane Ouattara tacle les opposants lors de son investiture

Quand il a voulu détailler lesdites mesures, Umaro Sissoco Embaló l’a freiné net. Il a pris la parole pour s’opposer énergiquement à ces mesures puisqu’elles étaient prises uniquement sous l’influence d’Alassane Ouattara qui semblait avoir un compte particulier à régler avec les Maliens.

Parlant fortement, il a lancé : « Je suis, et toute la Guinée-Bissau avec moi, fermement contre toute sanction vis-à-vis du Mali. Ce qui s’est passé au Mali n’est pas un coup d’État. Mieux, les sanctions économiques et financières qui ont été prises sont injustes et inappropriées, car elles sont d’inspiration UEMOA et ne concernent pas l’ensemble des pays de la CEDEAO, dont la Guinée-Bissau est membre. Il est même inconcevable qu’on puisse imposer de telles mesures à un pays qu’on considère comme un pays frère ».

Il  poursuit : « M. Jean-Claude Brou, je vous interpelle, vous personnellement. Quand vous parlez des mesures prises par la BCEAO, je vous signale qu’ici, ce n’est pas une réunion de l’UEMOA. Les mesures que vous évoquez relèvent de l’UEMOA. Ici, c’est une réunion de la CEDEAO. Je vous mets en garde de ne plus faire de confusion entre les instances délibératives. La CEDEAO n’a rien à voir avec la BCEAO ni avec l’UEMOA. N’oubliez pas de qui vous répondez. Je vous rappelle que vous ne répondez pas du président ivoirien, il n’est pas le président de la CEDEAO. Et jusqu’à preuve du contraire, c’est  Issoufou Mahamadou qui en est le président. À mon avis, notre homologue ivoirien est disqualifié pour exiger des sanctions contre un pays, alors que lui-même viole la Constitution de son pays pour avoir un troisième mandat ».

Jean Claude Brou, conscient de la situation, commença à s’excuser platement. La réunion s’est achevée sur un fond de tension et un certain nombre de mesures ont été adoptées.

Il s’agit notamment de la mise en place d’une transition civile immédiate, en consultation avec la Cour Constitutionnelle, les Partis Politiques et les organisations de la Société Civile, la nomination d’un président de transition civil ainsi que d’un premier ministre qui ne seront pas candidats à la prochaine élection présidentielle. Et enfin, la mise en place d’un gouvernement qui permettra de faire face aux différents défis, en particulier, celui de préparer les élections législatives et présidentielle dans un délai de douze (12) mois.

CHRIS YAPI NE MENT PAS

Lire aussi : CEDEAO: ALASSANE OUATTARA DÉSAVOUÉ PAR EMBALLO ET KABORÉ

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 495 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire