Sénégal : Vraisemblablement arrosés à l’acide, les étudiants gabonais sont-ils victimes de xénophobie ?


Video player

Que se passe-t-il avec les élèves et étudiants gabonais du Sénégal ? C’est la question que l’on se pose depuis la publication, ce 31 mai, par l’Association des étudiants et élèves gabonais au Sénégal (AEEGS) d’un communiqué alarmiste. Il y est notamment aux étudiants gabonais au pays de “la Teranga” de «faire preuve de vigilance» et d’éviter les sorties en solitaire. Une vidéo amateur indique que certains d’entre eux ont été arrosés avec de l’acide.

Etudiant Gabonreview une - Sénégal : Vraisemblablement arrosés à l’acide, les étudiants gabonais sont-ils victimes de xénophobie ?

Les étudiants gabonais sont-ils victimes de xénophobie au pays de la Téranga ? (Image à titre illustratif). © Gabonreview/Shutterstock

 

Les étudiants et élèves gabonais sont-ils victimes d’actes de xénophobie au pays de la Téranga ? La question se pose ces derniers jours alors que des voix montent et affirment que des apprenants gabonais résidant au Sénégal seraient en proie à des actes d’agression. Dans une vidéo amateur en circulation sur les réseaux sociaux, un étudiant en pleurs se plaint d’avoir été arrosé à l’acide à son domicile. On comprend mieux l’appel à la prudence et à la vigilance, lancé ce 31 mai par le président de l’Association des étudiants et élèves gabonais au Sénégal (AEEGS), Rémy Endamane Ndoume.

A travers un communiqué, il exhorte la communauté estudiantine gabonaise à faire preuve de vigilance «au regard des multiples agressions dont font face certains compatriotes». L’association recommande à cet important contingent d’étudiants et d’élèves d’éviter «les sorties solitaires, les sorties nocturnes au-delà de 21h et les endroits isolés». Elle conseille par ailleurs aux étudiants de se barricader, une fois rentrés dans leurs maisons. «Fermez toutes les issues de sorties (portes, fenêtres, balcons) en attendant que tout soit mis au clair», suggère l’AEEGS. Invitant la communauté estudiantine gabonaise à ne pas se laisser envahir par la peur, l’association rappelle que «la sécurité débute par une prise de conscience».

Pour l’heure, aucune source de la représentation diplomatique gabonaise à Dakar ne s’est encore prononcée sur cette affaire d’agression. La communication de l’AEEGS interpelle et invite à des clarifications notamment des responsables de l’ambassade du Gabon au Sénégal. Ce, d’autant plus que les parents dont la progéniture a été envoyée dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest pour des études ne savent à quel saint se vouer.

 

 

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire