Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Sénégal: Qui est etait réellement Serigne Touba ?
17/05/2020 à 09h08 par La redaction

Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké (Aḥmad ibn Muḥammad ibn Ḥabīb Allāh) dit Khadimou al-Rassoul (en arabe : « serviteur du Prophète » et Serigne Touba (chef religieux, fondateur de Touba), né vers 1853 à Mbacké (anciennement Mbacké-Baol), décédé le  à Diourbel au Sénégal, est un théologien, juriste musulman et soufi. Il est l’une des figures les plus importantes de l'islam de la région en qualité de fondateur de la confrérie des Mourides. Il fut également un grand poète. Il marqua l'histoire de son pays de par sa résistance pacifique face à la colonisation.

 

 

De son vrai nom Ahmad Ibn Mohammad Ibn-Habiboullah al Bekki est né dans un village du nord-est du Sénégal nommé Mbacké-Baol, ville fondée par son arrière-grand-père Maharame Mbacké dans le royaume de Baol. Il fut plus connu sous l'appelation de Cheikh Ahmadou Bamba du nom de son homonyme Cheikh Ahmadou Bamba Sall qui était un saint du Saloum. Son père Momar Anta Sali Mbacké, était un savant respecté par les rois de son époque car son enseignement était de très haut niveau. Sa mère Mame Diarra Bousso, plus connue sous le nom de "Diarratou Allah" (la protégée d'Allah) était une sainte aussi reconnue par les sénégalais que par les mauritaniens. A l'âge de 7 ans il fut confié à son oncle Serigne Mboussobé par son père afin d'apprendre le Coran. Ce dernier le confiera à Serigne Tafsir Mbacké Ndoumbé l'oncle de sa mère, afin de compléter ses études coraniques. Lorsque Tafsir Mbacké mourût Cheikh Ahmadou Bamba retourna à l'école de son père qu'il ne quitta plus. Du vivant de son père, il versifia les écrits sur le Tawhid notamment Oum al barahim de Cheikh Abdallah Senoussi qu'il intitula Mawahib al Qoddous. Cet Ouvrage de 600 vers écrit avec clarté et précision pousse son père Momar Anta Saly à l'introduire dans le programme de son école. Le Cheikh écrira d'autres livres parmi lesquels "Tazawudou Cikhar" (Le viatique des jeunes) et "Jawharou Nafis" (Le joyau précieux) qui est un commentaire en vers de l'imam Al Akhdari. Dans le soufisme Cheikh Ahmadou Bamba versifia Bidayat al Hidaya petit traité de l'Imam Ghazâli qu'il intitula Moulayyinou Soudour. Il composa également des odes et des panégyriques exclusivement dédiés à Allah et au Prophète Mahomet. Son père quitta en 1880 Patar pour aller fonder un autre village appelé Mbacké Cayor ou il mourût trois ans plus tard en 1883

Ahmadou Bamba resta donc à Mbacké Cayor pendant 2 ans dans le dessein d'aider les disciples de son regretté père à approfondir leurs connaissances. Il déclare quelque temps après devant les discipes d'avoir reçu l'apparition du prophète qui lui indique de ne plus éduquer ses disciples par l'étude mais par la ferveur islamique. Après ces propos beaucoup des disciples s'en allèrent et d'autres décident de rester. On assiste ainsi à la naissance de la Mouridiyyah qui signifie la voie qui mène vers Allah. Il fonde Touba (Sénégal) en 1887, un lieu isolé situé à l'intérieur de la forêt de Mbaffar.

Début des épreuves[modifier | modifier le code]

En 1889, après avoir constaté que trop de personnes lui vouaient un serment d'allégeance, le gouverneur français Clément Thomas donna l'ordre à Cheikh Ahmadou Bamba de renvoyer ses disciples chez eux, mais ses directives demeurèrent sans effet. Une persécution générale s'ensuivit et les mourides furent dépossédés de leurs biens, si bien qu'un exode vers Touba fut organisé afin de rejoindre le Cheikh et trouver accueil et réconfort.

Après plusieurs tentatives infructueuses pour inviter le Cheikh à se présenter à Saint-Louis, les convocations devinrent menaçantes mais ne donnèrent aucune suite. Ahmadou Bamba quitta Touba, pour s'installer à Mbacké Bari dans le Djolof à 50 km au nord de Touba en avril 1895. Il décide le 10 août 1895 d'aller répondre à la convocation du gouverneur en quittant Mbacké Bari et rencontre sur le chemin l'armée coloniale à Djéwol. Il est arrêté par cette dernière qui l'amène à Coki puis à Louga afin de prendre le train en direction de Saint-Louis. A Saint-Louis il est placé au siège du gouverneur de l'Afrique-Occidentale française (AOF). Le Jeudi 5 Septembre 1895, le conseil privé dirigé par le gouverneur général Louis Mouttet convoqua une assemblée à l'issue de laquelle la décision d'envoyer Cheikh Ahmadou Bamba vers le Gabon fut adoptée. Son frère Mame Thierno Birahim Mbacké supplée à son absence auprès de sa famille et de la communauté mouride. L'administration coloniale justifie alors sa décision en affirmant :

« Il ressort clairement du rapport que l'on n'a pu relever contre Ahmadou Bamba aucun fait de prédication de guerre sainte, mais son attitude, ses agissements, et surtout ceux de ses principaux élèves sont en tous points suspects »

Il fut embarqué le 21 Septembre 1895 dans un paquebot brésilien appelé Pernambuc à destination du Gabon où il passa 7 années dont 5 ans à Mayumba et 2 ans à Lambaréné. A Mayumba, il fut pratiquement livré à la nature dans des endroits inhabités, sans abri, ni nourriture, à la merci des bêtes sauvages, des intempéries des saisons de la région. L'objectif visé par l'autorité coloniale était sa suppression pure et simple3. »

Retour d'exil[modifier | modifier le code]

Le , le navire "Ville de Maceio" que Cheikh Ahmadou Bamba avait pris arriva à Dakar au bout de 15jours. Il fut accueilli chaleureusement par ses disciples et acclamé par la foule, alors que beaucoup pensaient qu'il y était décédé. Il décida ensuite d'aller rendre visite à certains de ses disciples. Il fonda avec eux le village de Darou Marnane. Sa principale préoccupation dans cette zone était l'éducation spirituelle de ses talibés. A Darou Marnane beaucoup de gens vinrent lui rendre visite, de tous les coins du pays et de la sous région. Ces mouvements de foule inquiétèrent à nouveau l'administration coloniale qui décida de l'arrêter, et de l'exiler en Mauritanie auprès d'un érudit Maure, Cheikh Sidia Baba. En 1904 à Sarsara, Cheikh Ahmadou Bamba affirma avoir vu le prophète en veille et que ce dernier lui aurait remis son propre Wird. Cheikh Ahmadou Bamba resta en Mauritanie jusqu'au  soit 4 ans et reçut de l'administration coloniale l'autorisation de revenir au Sénégal. Dès son retour il fut assigné en résidence surveillée à Thiéyène. Dans cet endroit Ahmadou Bamba et son entourage sont discrètement surveillés et les visites de ses disciples limitées4.

Après avoir obtenu l'autorisation de retourner au baol suite à une lettre que le gouverneur général du Sénégal COR avait adressé au gouverneur de l'AOF William Ponty, Cheikh Ahmadou Bamba quitte Thiéyène le  pour arriver à Diourbel le . Il s'installa en février 1913 sur un site choisi par lui même qu'il nommera la maison bénite (buuq'at al-mubâraka), ou en Wolof "Keur gou Mak"". Les autorités françaises réalisent que cheikh Ahmadou Bamba ne désire pas la guerre. Dès lors, puisque la doctrine de Cheikh Ahmadou Bamba les sert, elles décident de collaborer avec lui. Pour sa contribution à la première guerre mondiale Ahmadou Bamba est honoré par le gouverneur, qui lui décerne en Janvier 1919, le diplôme et la croix de chevalier de la légion d'honneur. Admis dans l'ordre de la chevalerie, le marabout-légionnaire accepta le diplôme, mais refusa de porter la Croix de la légion d'honneur dans la mesure où ses principes religieux s'y opposaient. En 1921, le Cheikh organisa publiquement pour la première fois l'anniversaire de son départ en exil. Il recommanda ensuite aux mourides de rendre grâce à Dieu chaque année à cette date par l'adoration de Dieu, la lecture du Coran et la distribution des repas. Cheikh Ahmadou Bamba quitta ce monde le mardi  dans son domicile à Diourbel. Son corps fut transporté par voiture le lendemain à Touba et fut inhumé dans sa maison, rattachée aujourd'hui à la grande mosquée de Touba. Il fut remplacé officiellement par son fils aîné Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké à la tête de la confrérie mouride. Son tombeau est un lieu de pèlerinage..

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 543 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké (Aḥmad ibn Muḥammad ibn Ḥabīb Allāh) dit Khadimou al-Rassoul (en arabe : « serviteur du Prophète » et Serigne Touba (chef religieux, fondateur de Touba), né vers 1853 à Mbacké (anciennement Mbacké-Baol), décédé le  à Diourbel au Sénégal, est un théologien, juriste musulman et soufi. Il est l’une des figures les plus importantes de l'islam de la région en qualité de fondateur de la confrérie des Mourides. Il fut également un grand poète. Il marqua l'histoire de son pays de par sa résistance pacifique face à la colonisation.

 

 

De son vrai nom Ahmad Ibn Mohammad Ibn-Habiboullah al Bekki est né dans un village du nord-est du Sénégal nommé Mbacké-Baol, ville fondée par son arrière-grand-père Maharame Mbacké dans le royaume de Baol. Il fut plus connu sous l'appelation de Cheikh Ahmadou Bamba du nom de son homonyme Cheikh Ahmadou Bamba Sall qui était un saint du Saloum. Son père Momar Anta Sali Mbacké, était un savant respecté par les rois de son époque car son enseignement était de très haut niveau. Sa mère Mame Diarra Bousso, plus connue sous le nom de "Diarratou Allah" (la protégée d'Allah) était une sainte aussi reconnue par les sénégalais que par les mauritaniens. A l'âge de 7 ans il fut confié à son oncle Serigne Mboussobé par son père afin d'apprendre le Coran. Ce dernier le confiera à Serigne Tafsir Mbacké Ndoumbé l'oncle de sa mère, afin de compléter ses études coraniques. Lorsque Tafsir Mbacké mourût Cheikh Ahmadou Bamba retourna à l'école de son père qu'il ne quitta plus. Du vivant de son père, il versifia les écrits sur le Tawhid notamment Oum al barahim de Cheikh Abdallah Senoussi qu'il intitula Mawahib al Qoddous. Cet Ouvrage de 600 vers écrit avec clarté et précision pousse son père Momar Anta Saly à l'introduire dans le programme de son école. Le Cheikh écrira d'autres livres parmi lesquels "Tazawudou Cikhar" (Le viatique des jeunes) et "Jawharou Nafis" (Le joyau précieux) qui est un commentaire en vers de l'imam Al Akhdari. Dans le soufisme Cheikh Ahmadou Bamba versifia Bidayat al Hidaya petit traité de l'Imam Ghazâli qu'il intitula Moulayyinou Soudour. Il composa également des odes et des panégyriques exclusivement dédiés à Allah et au Prophète Mahomet. Son père quitta en 1880 Patar pour aller fonder un autre village appelé Mbacké Cayor ou il mourût trois ans plus tard en 1883

Ahmadou Bamba resta donc à Mbacké Cayor pendant 2 ans dans le dessein d'aider les disciples de son regretté père à approfondir leurs connaissances. Il déclare quelque temps après devant les discipes d'avoir reçu l'apparition du prophète qui lui indique de ne plus éduquer ses disciples par l'étude mais par la ferveur islamique. Après ces propos beaucoup des disciples s'en allèrent et d'autres décident de rester. On assiste ainsi à la naissance de la Mouridiyyah qui signifie la voie qui mène vers Allah. Il fonde Touba (Sénégal) en 1887, un lieu isolé situé à l'intérieur de la forêt de Mbaffar.

Début des épreuves[modifier | modifier le code]

En 1889, après avoir constaté que trop de personnes lui vouaient un serment d'allégeance, le gouverneur français Clément Thomas donna l'ordre à Cheikh Ahmadou Bamba de renvoyer ses disciples chez eux, mais ses directives demeurèrent sans effet. Une persécution générale s'ensuivit et les mourides furent dépossédés de leurs biens, si bien qu'un exode vers Touba fut organisé afin de rejoindre le Cheikh et trouver accueil et réconfort.

Après plusieurs tentatives infructueuses pour inviter le Cheikh à se présenter à Saint-Louis, les convocations devinrent menaçantes mais ne donnèrent aucune suite. Ahmadou Bamba quitta Touba, pour s'installer à Mbacké Bari dans le Djolof à 50 km au nord de Touba en avril 1895. Il décide le 10 août 1895 d'aller répondre à la convocation du gouverneur en quittant Mbacké Bari et rencontre sur le chemin l'armée coloniale à Djéwol. Il est arrêté par cette dernière qui l'amène à Coki puis à Louga afin de prendre le train en direction de Saint-Louis. A Saint-Louis il est placé au siège du gouverneur de l'Afrique-Occidentale française (AOF). Le Jeudi 5 Septembre 1895, le conseil privé dirigé par le gouverneur général Louis Mouttet convoqua une assemblée à l'issue de laquelle la décision d'envoyer Cheikh Ahmadou Bamba vers le Gabon fut adoptée. Son frère Mame Thierno Birahim Mbacké supplée à son absence auprès de sa famille et de la communauté mouride. L'administration coloniale justifie alors sa décision en affirmant :

« Il ressort clairement du rapport que l'on n'a pu relever contre Ahmadou Bamba aucun fait de prédication de guerre sainte, mais son attitude, ses agissements, et surtout ceux de ses principaux élèves sont en tous points suspects »

Il fut embarqué le 21 Septembre 1895 dans un paquebot brésilien appelé Pernambuc à destination du Gabon où il passa 7 années dont 5 ans à Mayumba et 2 ans à Lambaréné. A Mayumba, il fut pratiquement livré à la nature dans des endroits inhabités, sans abri, ni nourriture, à la merci des bêtes sauvages, des intempéries des saisons de la région. L'objectif visé par l'autorité coloniale était sa suppression pure et simple3. »

Retour d'exil[modifier | modifier le code]

Le , le navire "Ville de Maceio" que Cheikh Ahmadou Bamba avait pris arriva à Dakar au bout de 15jours. Il fut accueilli chaleureusement par ses disciples et acclamé par la foule, alors que beaucoup pensaient qu'il y était décédé. Il décida ensuite d'aller rendre visite à certains de ses disciples. Il fonda avec eux le village de Darou Marnane. Sa principale préoccupation dans cette zone était l'éducation spirituelle de ses talibés. A Darou Marnane beaucoup de gens vinrent lui rendre visite, de tous les coins du pays et de la sous région. Ces mouvements de foule inquiétèrent à nouveau l'administration coloniale qui décida de l'arrêter, et de l'exiler en Mauritanie auprès d'un érudit Maure, Cheikh Sidia Baba. En 1904 à Sarsara, Cheikh Ahmadou Bamba affirma avoir vu le prophète en veille et que ce dernier lui aurait remis son propre Wird. Cheikh Ahmadou Bamba resta en Mauritanie jusqu'au  soit 4 ans et reçut de l'administration coloniale l'autorisation de revenir au Sénégal. Dès son retour il fut assigné en résidence surveillée à Thiéyène. Dans cet endroit Ahmadou Bamba et son entourage sont discrètement surveillés et les visites de ses disciples limitées4.

Après avoir obtenu l'autorisation de retourner au baol suite à une lettre que le gouverneur général du Sénégal COR avait adressé au gouverneur de l'AOF William Ponty, Cheikh Ahmadou Bamba quitte Thiéyène le  pour arriver à Diourbel le . Il s'installa en février 1913 sur un site choisi par lui même qu'il nommera la maison bénite (buuq'at al-mubâraka), ou en Wolof "Keur gou Mak"". Les autorités françaises réalisent que cheikh Ahmadou Bamba ne désire pas la guerre. Dès lors, puisque la doctrine de Cheikh Ahmadou Bamba les sert, elles décident de collaborer avec lui. Pour sa contribution à la première guerre mondiale Ahmadou Bamba est honoré par le gouverneur, qui lui décerne en Janvier 1919, le diplôme et la croix de chevalier de la légion d'honneur. Admis dans l'ordre de la chevalerie, le marabout-légionnaire accepta le diplôme, mais refusa de porter la Croix de la légion d'honneur dans la mesure où ses principes religieux s'y opposaient. En 1921, le Cheikh organisa publiquement pour la première fois l'anniversaire de son départ en exil. Il recommanda ensuite aux mourides de rendre grâce à Dieu chaque année à cette date par l'adoration de Dieu, la lecture du Coran et la distribution des repas. Cheikh Ahmadou Bamba quitta ce monde le mardi  dans son domicile à Diourbel. Son corps fut transporté par voiture le lendemain à Touba et fut inhumé dans sa maison, rattachée aujourd'hui à la grande mosquée de Touba. Il fut remplacé officiellement par son fils aîné Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké à la tête de la confrérie mouride. Son tombeau est un lieu de pèlerinage..

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 543 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire