Sénégal : Noël approche, le problème du porc est tendu


Video player

Le seul grand marché de porc de Dakar, Bignona sis Grand-Yoff, est généralement festif. Cependant, à moins de deux semaines de la fête de Noël, les commerçants craignent déjà que le marché du porc ne soit en rupture de stock.

Certaines personnes disent croire que de nombreuses familles chrétiennes au Sénégal peuvent passer Noël sans manger de porc. La nourriture devient plus rare et très chère. D’autres ont même accusé les Bissau-Guinéens d’être à l’origine de cette tension, venus au pays de Téranga pour acheter des animaux.

« Un décembre sans porc, n’est pas un mois de décembre », a déclaré François, un éleveur qui a également prédit une pénurie de porc au Sénégal cette année.

Au marché de Bignona, le jeune Antoine nous a accompagnés, et nous avons constaté qu’assis près de son étal se trouvait Jean Robert Diatta, le responsable moral du marché. Il a accepté de nous présenter la filière porcine au Sénégal, ce qui n’est pas sans difficultés.

« Nous nous approvisionnons à partir des éleveurs, qui sont un peu partout au Sénégal, dans les régions de Fatick, Kaolack, Diourbel, Louga, et même jusqu’à Tambacounda. Mais, aussi dans la région de Thiès ou même Saint-Louis, à partir de Richard-Toll. c’est notre métier : acheter le porc et le vendre abattu ou vivant, en gros ou en détail », a déclaré Jean Robert Diata.

Marche de porc - Sénégal : Noël approche, le problème du porc est tendu

Le sage du marché de Bignona ont également révélé que le prix du porc varie selon la taille de l’animal, de 20 000 à 200 000 FCFA. « Pour Noël, les familles achètent généralement en entier, mais c’est très souvent des petits porcs, qu’on appelle « porcelins ». C’est pour les mettre au four », a-t-il déclaré avant d’énumérer les difficultés dans le département :

« nous rencontrons d’énormes difficultés, parce qu’il y a une conjoncture qui ne nous permet pas d’avoir suffisamment de porcs. Si nous avions l’occasion de rencontrer le ministre de l’Elevage, nous allions lui expliquer comment travailler, pour que nous puissions avoir suffisamment de porcs dans nos marchés ».

Une grande commerçante, Madame Gomis née Correa Nicole estime qu’en raison de la pénétration bissau-guinéenne, le porc sénégalais est rare et cher, et l’industrie fait face à des difficultés.

« Nous avons de sérieux problèmes pour satisfaire nos clients, parce que les porcs sont de plus en plus chers. Nos fournisseurs n font que monter les prix. la conséquence est là : avant, on nettoyait en enlevant la graisse et la peau, mais maintenant puisque les bêtes nous reviennent trop chères, on ne peut se le permettre. Dès lors, nous vendons le tout. On pèse la viande telle quelle, avec peau et graisse.

On vend actuellement le kilogramme à 2 500 FCFA et les clients ont tendance à se plaindre du prix et de la qualité. Mais, nous n’avons pas le choix, car tout est devenu cher. C’est comme si le cochon est en voie de disparition au Sénégal », a-t-elle prévenu.

« Notre problème actuellement, ce sont les Bissau-guinéens, qui nous empêchent de progresser. C’est au Sénégal qu’ils viennent se ravitailler en porc. Ils vont d’ailleurs partout dans le Sénégal, maintenant. Nous avons du mal à disposer de ces animaux, car de plus en plus les éleveurs préfèrent vendre aux Bissau-guinéens, qui mettent plus d’argent que nous.

Les réalités diffèrent, parce que moi je connais la Guinée-Bissau et je sais comment ils vendent leur produit par rapport à nous. Eux ils commercialisent tout le porc, alors que nous on nettoie d’abord avant de proposer aux clients. Ces Bissau-guinéens ont complètement gâché le marché sénégalais de porc», s’est exclamée Mme Gomis.

1 300x251 - Sénégal : Noël approche, le problème du porc est tendu2 300x253 - Sénégal : Noël approche, le problème du porc est tendu

 

« Regardez par exemple, la semaine dernière, j’ai été à Tambacounda (Est du Sénégal). J’ai passé une semaine là-bas, je ne peux pas vous dire combien j’ai galéré là-bas. Le transport Tamba – Dakar coûte excessivement cher. On était quatre et nous n’avons pu mettre la main que sur 52 porcs. Nous avons casqué plus de 300 000 FCFA pour acheminer ces bêtes sur Dakar.

Aller jusqu’à Tamba et revenir avec seulement une cinquantaine de porcs ! Vous voyez ce que ça fait . Tu as ton argent, mais on préfère plus vendre à un étranger. C’est une fierté de voir des étrangers venir acheter des porcs chez nous, mais lorsque l’offre est inférieure à la demande, je pense que les règles du jeu doivent changer », déclare Correa Nicolle Gomis;

« C’est une fierté de voir des étrangers venir chez nous pour acheter des porcs, mais lorsque l’offre est inférieure à la demande, je pense que les règles du jeu doivent changer.  »

En réponse à cette situation, elle a demandé au gouvernement sénégalais de fermer la frontière d’exportation de porc pendant un an afin que l’espèce puisse se reproduire normalement.

Je crains que les familles sénégalaises ne pourront pas avoir assez de porc pour la fête de Noël à venir. Je ne pense pas que ce sera comme les autres fêtes de Noël. Nous les vendeurs de Bignona et Pikine, nous sommes incapables de solutionner ce problème. Seul l’Etat peut régler ce problème et mettant fin à l’exportation de porc, pour un moment bien déterminé », a-t-elle suggéré.

Nathalie Mendy, qui vend des brochettes, du jambon et du porc braisé, ne se plaint pas comme les autres. Elle a réussi à subvenir aux besoins de sa famille, même si elle a également admis qu’elle avait rencontré quelques difficultés.

« Nous faisons des brochettes, des jambons et de la viande braisée de porc… Les prix varient entre 250 et 1 000 FCFA. Nous rendons grâce à Dieu, on se débrouille pour parvenir à joindre les deux bouts », a-t-elle déclaré.

 

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Sénégal : Noël approche, le problème du porc est tendu Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire