Actualités

Se droguer pour oublier ses peines, récit poignant d’un jeune toxicomane de Kinshasa

Se droguer pour oublier ses peines récit poignant un jeune toxicomane Kinshasa

Jeanpy est un jeune vivant dans la commune de Barumbu, dans la façade Nord de Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo. Agé de 26 ans, ce fils d’un militaire et orphelin de mère consomme régulièrement de la drogue, dont le « Bombé », pour dit-il oublier ses peines.

Orphelin de mère, Jeanpy est un dépendant des stupéfiants, dont le tristement célèbre « Bombé ». Agé de 26 ans, ce jeune a commencé la consommation de drogues après le décès de sa mère des suites d’une crise cardiaque. « La disparition de Maman m’a beaucoup affecté. Sa mort a mis fin à nos espoirs vu que notre père n’était pas à la hauteur de ses responsabilités familiales du fait de sa dépendance à l’alcool », raconte-t-il.

À lire aussi :   RDC : à la rencontre des vendeurs de petit-déjeuner dans les rues de Kinshasa

« Elle ne nous aimaient pas du tout »

Tout commence en 2017, après le décès de son être cher, sa mère. Jeanpy ne sait plus à quel saint se vouer. Son père, militaire-sergent (un grade de sous-officier au sein des forces armées de la RDC) épouse une autre femme. Malheureusement, les rapports sont très tendus entre celle-ci et les enfants issus du premier mariage. « Elle ne nous aimaient pas du tout. Elle accusait mes sœurs et moi de sorcellerie », déclare-t-il avec mélancolie.

Se sentant abandonné, calomnié et humilié par le traitement de sa marâtre, Jeanpy, ainé d’une famille de quatre enfants, dont deux filles et deux garçons, se tourne vers la drogue et l’alcool. « A l’époque, j’avais 21 ans et je venais de rater mon diplôme d’Etat », se souvient-il. « J’ai commencé la consommation de drogues pour oublier mes peines, noyer mon chagrin et changer d’humeur », témoigne-t-il avec une étrange hésitation. Nous ment-il ? Difficile de l’affirmer!

À lire aussi :   RDC: à Kinshasa, Laurent Gbagbo retrouve ses anciens compagnons prisonniers de la CPI

L’addiction aux drogues

C’est avec ses amis d’un camp militaire situé dans la commune de Barumbu, dans la façade nord de Kinshasa qu’il découvre « la drogue et les boissons fortement alcoolisées », précise-t-il, abandonnant les études, suite « au manque de moyens et de soutien parental », note-t-il. Et l’addiction aux stupéfiants s’en est suivie. « C’est difficile pour moi de passer une journée sans consommer soit les médicaments, l’herbe (cannabis) et autres drogues», affirme-t-il en balbutiant.

Aide-maçon et habitué des jeux de hasard, ce jeune utilise ses revenus pour s’acheter de la drogue. Cependant, contrairement à de certains toxicomanes, la consommation de drogues ne conduit pas Jeanpy dans les débauches. « Quand je suis ivre, je me retire dans mon coin pour dormir ». Après près de quatre ans dans la toxicomanie, ce jeune de 26 ans affiche une mine toute fragile et non sans poussière. Visage sillonné de rides et dents jaunâtres, la consommation excessive des drogues lui ravit, à petit feu, sa vitalité.

--
Publicité 3vision-group
groupe emploi whatsapp doingbuzz> Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire