Santé : une étonnante découverte sur la lutte contre le Paludisme

Santé, une étonnante découverte sur la lutte contre le Paludisme. Il y a de cela quelques jours, des chercheurs ont révélé avoir découvert un microbe qui avait pour caractéristique de bloquer la parasite du paludisme. C’est en effet au Royaume-Uni que la découverte étonnante a été faite, faisant état d’un microbe chez les moustiques, capable de bloquer la transmission de la maladie des insectes aux humains.

 

Santé : une étonnante découverte sur la lutte contre le Paludisme

 

 

Le Paludisme, un mal toujours pas éradiqué

Retrouvé principalement en Afrique subsaharienne le paludisme est une maladie provoquée par des parasites du genre Plasmodium. Il s’agit ainsi d’une maladie qui selon l’OMS, fait environ un million de victimes par an dans le monde.

 

Lire aussi : Avant la chloroquine, il y a eu l’artemisia, un médicament contre le paludisme refusé par les scientifiques

Environ 40% de la population mondiale est exposée à la maladie et 500 millions de cas cliniques sont observés chaque année. C’est un bilan qui s’avère être plus préoccupante d’autant plus que depuis plusieurs années, les parasites développent des résistances aux molécules antipaludiques et les moustiques craignent de moins en moins les insecticides. Aujourd’hui, aucun vaccin n’est disponible.

À lire aussi :
La mort du Premier ministre Hamed Bakayoko annoncée sur les réseaux sociaux

 

 

Ainsi, les recherches n’ont jamais été totalement arrêtées dans le but de trouver le remède infaillible et définitif contre la maladie dans le monde entier. C’est dans cette perspective que les chercheurs du Centre International de Physiologie et d’Écologie des Insectes ( Icipe ), et de l’Université de Glasgow au Royaume-Uni sont parvenus à cette conclusion édifiante.

 

Lire aussi : Des drones pour lutter contre le paludisme au Rwanda

 

 

Le Paludisme, des recherches faites sur les rives du lac Victoria

Les scientifiques ont alors annoncé avoir trouvé un microbe chez les moustiques vecteurs du Paludisme, capable de faire barrière à la transmission de la maladie des insectes aux humains.

 

 

L’étude a en réalité été menée dans les conditions et environnement naturels des moustiques, principalement sur les rives du Lac Victoria au Kenya. Probablement ravis des avancements observés à la suite de cette étude, les scientifiques ont fait publier les résultats dans la revue scientifique  » Nature Communications« , au Royaume-Uni.

 

Santé : une étonnante découverte sur la lutte contre le Paludisme

Frottis sanguin révélant la présence du parasite Plasmodium falciparum ayant la forme d’anneaux à l’intérieur d’hématies humains

 

À lire aussi :
Covid-19 : « Le Sénégal a perdu plus de 400 personnels de santé »

C’est la découverte de ce microbe qui immunise les insectes contre le parasite qu’eux même portent qui intéresse les chercheurs. Pour ces derniers, cette nouvelle découverte sera un pas de géant dans la lutte contre la propagation du Paludisme qui tue plus de 400.000 personnes dont la plupart des enfants de moins de 5 ans, chaque année.

 

Lire aussi : L’OMS pousse les enfants à l’homosexualité et à la masturbation, selon Jair Bolsonaro

Cependant, l’OMS craint une large augmentation de ce nombre de décès dans une période où de multiples forces, pour ne pas dire toutes, sont concentrées sur sur la lutte contre la pandémie à Covid-19. Déjà, la disponibilité des médicaments antipaludiques est sous un coup de réduction de 75%. L’Organisation Mondiale de la Santé craint ainsi un risque d’accroissement jusqu’à 769 morts par an.

 

 

Dénommé Microsporidia MB,, le microbe présent chez les moustiques serait le blocus qui préserverait les insectes d’être atteints de la maladie. Selon les scientifiques, les moustiques porteurs du Microsporidia MB n’hébergeaient pas de parasites du Paludisme dans la nature, ni même après une infection expérimentale en laboratoire.

À lire aussi :
recrutement pour Officier de Santé et Sécurité

 

 

La recherche a également révélé que le Microsporidia MB était transmis des moustiques femelles à leur progéniture à des taux très élevés sans toutefois causer de dommage à l’insecte hôte.

 

Lire aussi : « Pas de temps à perdre » : la réaction sèche de l’OMS suite à la décision de Donald Trump

Tout en tentant de comprendre comment le microbe bloque réellement le parasite du Paludisme, les chercheurs prétendent que le Microsporidia pourrait stimuler le système immunitaire du moustique pour lutter contre le Paludisme. Une autre éventualité pourrait être le fait que le microbe affecte le métabolisme de l’insecte, au point de le rendre inhospitalier pour le parasite.

 

 

En attendant de poursuivre les études et d’en savoir plus concrètement, le Docteur Segenet Kelemu, directeur de l’ Icipe estime que « l’importance du progrès scientifique n’a jamais été aussi réelle ». Le Dr Segenet reconnaît tout de même que les recherches devront être poussées plus loin pour savoir comment le Microsporidia pourrait être utilisé pour servir à l’homme.

 

Lire aussi : L’Afrique subsaharienne devrait connaître son pire résultat de l’histoire

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire