République centrafricaine : des mercenaires russes accusés d’avoir tué des civils


Video player

Des mercenaires russes ont été accusés d’avoir exécuté, torturé et battu des civils en République centrafricaine (RCA).

Des témoins ont déclaré à Human Rights Watch (HRW) qu’au moins 12 hommes non armés avaient été abattus par des combattants russophones à un barrage routier lors d’un incident en juillet dernier.

La plupart des victimes ont été enterrées dans un trou peu profond en bordure de route près de Bossangoa.

Le gouvernement centrafricain nie avoir engagé des mercenaires du groupe privé russe Wagner pour combattre les rebelles.

Des experts de l’ONU ont également accusé des mercenaires russes de violations systématiques et flagrantes des droits de l’homme en République centrafricaine, l’un des pays les plus pauvres du monde mais riche en diamants, en or et en uranium.

 

Le groupe Wagner aurait déployé des troupes ailleurs en Afrique – au Mali et en Libye – et aurait joué un rôle majeur dans les conflits en Syrie et en Ukraine.

Le mois dernier, Human Rights Watch a rapporté que des mercenaires russes avaient exécuté environ 300 personnes dans le centre du Mali.

Cette semaine, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a réitéré la position officielle de Moscou selon laquelle Wagner n’a rien à voir avec l’État russe.

Dans son rapport, Human Rights Watch a déclaré avoir recueilli des preuves convaincantes que des militants russes avaient commis de graves exactions en toute impunité contre des civils en République centrafricaine depuis 2019.

Entre février 2019 et novembre 2021, l’équipe de campagne a interrogé 40 personnes, dont 10 victimes et 15 témoins, sur les abus commis par des hommes russophones.

Des témoins ont déclaré que les hommes étaient armés d’armes de qualité militaire et vêtus de vêtements kaki avec des foulards couvrant le visage, des bottes militaires et des lunettes de soleil.

HRW a déclaré que 12 personnes interrogées avaient été témoins du meurtre du 21 juillet 2021, près de la ville occidentale de Bossangoa.

Le jeune homme non armé qui est décédé a quitté Bossangoa à moto peu après 6 heures du matin, heure locale. Ils ont passé un poste de contrôle en sortant de la ville avant d’être arrêtés à un barrage routier à environ 12 kilomètres de Bossangoa, une route qui, selon les autorités, est régulièrement patrouillée par des combattants russes.

On leur a demandé de sortir de la voiture, de mettre les mains sur la tête et de remettre leur téléphone.

Selon Human Rights Watch, quatre à six hommes russophones leur ont donné des coups de poing et de pied alors qu’ils étaient allongés sur le sol. Un par un, ils ont été tirés de la foule, forcés de s’agenouiller et d’une balle dans la tête.

Les spectateurs auraient commencé à prier bruyamment – au milieu du bruit et de la confusion, les deux captifs ont réussi à s’échapper.

Human Rights Watch a également documenté la détention et la torture de combattants russes à Bambari en 2019.

Un commerçant détenu pour suspicion de rébellion affirme que ses doigts ont été coupés par des ravisseurs russes en janvier 2019.

“Ils m’ont durement frappé les jambes avec des barres de fer et des couteaux. J’avais les chevilles menottées. L’un d’eux a dit par l’intermédiaire d’un interprète : ‘On va te couper les doigts'”, a déclaré Mohammad Nur Mamadou lorsqu’il était en captivité.

 

 

gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw== - République centrafricaine : des mercenaires russes accusés d’avoir tué des civils

« Je criais ; ça faisait tellement mal. Ils ont ensuite sorti une chaîne, l’ont enroulée autour de mon cou et l’ont serrée.

« Je criais ; ça faisait mal. Puis ils ont pris une chaîne et l’ont mise autour de mon cou et l’ont serrée. Je suis tombé. Un Russe a mis une brique dans ma bouche et l’a frappé. Ça m’a fait perdre une dent. »

Il a ensuite raconté aux journalistes son calvaire et l’affirmation de Human Rights Watch selon laquelle il avait ensuite été tué dans des circonstances inconnues en septembre 2019.

Les relations de la Russie avec la République centrafricaine ont été connues pour la première fois en 2018, lorsqu’un accord a été conclu selon lequel d’anciens officiers militaires russes viendraient dispenser une formation militaire.

Le 30 juillet 2018, trois journalistes russes réalisant un documentaire enquêtant sur l’implication de Wagner dans le pays ont été abattus – et les auteurs des meurtres n’ont jamais été retrouvés.

La République centrafricaine a souffert de conflits depuis son indépendance en 1960. En 2013, des insurgés majoritairement musulmans ont pris le contrôle du pays majoritairement chrétien. Des milices d’autodéfense se sont organisées pour riposter, entraînant des tueries généralisées dans les cercles religieux.

Après l’arrivée au pouvoir du président Faustin-Archange Touadella en 2016, le pays a commencé à déplacer son alliance stratégique de l’ancienne puissance coloniale française vers la Russie.

Human Rights Watch a déclaré que l’absence de responsabilité alimente une grande partie de la violence et a appelé le gouvernement à enquêter et à poursuivre tous les responsables de meurtres, de détentions illégales et de torture, y compris les militaires étrangers.

Crédit photo : bbc

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire