Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
RDC : l’attaque une secte politico-religieuse fait 14 morts à Kongo
23/04/2020 à 15h20 par La redaction

Au moins 14 personnes ont été tuées le 22 avril 2020, lors d’une attaque des adeptes de Bundu dia Mayala, une secte politico-religieuse, à Kongo en RDC.

D’après ces dernières, les affrontements entre la police et BDM ont duré près de deux heures dans le chef-lieu du territoire de Songololo.

Les responsables des forces de l’ordre ont précisé que les adeptes avaient pris pour cible la résidence de l’administration du territoire et les agents œuvrant notamment au poste de Lufu, à la frontière avec l’Angola.

Depuis plusieurs semaines, Ne Muanda Nsemi, le chef du mouvement BDM, menace les autorités dans des vidéos enregistrées et des rassemblements qu’il organise depuis sa résidence à Kinshasa.

LIRE AUSSI:Ouattara est en train d’être lâché par la communauté internationale au profit de Soro

A la fin du mois dernier, les affrontements à Kinshasa entre ses adeptes et la police nationale ont fait au moins trois morts et plusieurs blessés. Dans une correspondance du ministre d’Etat en charge des affaires intérieures, le gouvernement de la RDC a adressé une dernière mise en garde à Ne Muanda Nsemi dont les activités sont source de troubles à l’ordre public à Kinshasa et à travers la province du Kongo central.

LIRE AUSSI: Une professeure abuse de sa fille de 6 mois, filme la scène, et se rend à la police

Ne Mwanda Nsemi s’est évadé de la prison centrale de Kinshasa au mois de mai 2017, lorsque ses adeptes ont attaqué le site pénitentiaire en pleine nuit. Depuis lors, le leader du mouvement BDM est resté introuvable jusqu’à l’année dernière où il est réapparu dans la ville de Kinshasa et a été amnistié par le président Félix Tshisekedi dans le cadre de la décrispation politique, plusieurs prisonniers ayant à ce titre été libérés ou ayant bénéficié de réduction de peines.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Au moins 14 personnes ont été tuées le 22 avril 2020, lors d’une attaque des adeptes de Bundu dia Mayala, une secte politico-religieuse, à Kongo en RDC.

D’après ces dernières, les affrontements entre la police et BDM ont duré près de deux heures dans le chef-lieu du territoire de Songololo.

Les responsables des forces de l’ordre ont précisé que les adeptes avaient pris pour cible la résidence de l’administration du territoire et les agents œuvrant notamment au poste de Lufu, à la frontière avec l’Angola.

Depuis plusieurs semaines, Ne Muanda Nsemi, le chef du mouvement BDM, menace les autorités dans des vidéos enregistrées et des rassemblements qu’il organise depuis sa résidence à Kinshasa.

LIRE AUSSI:Ouattara est en train d’être lâché par la communauté internationale au profit de Soro

A la fin du mois dernier, les affrontements à Kinshasa entre ses adeptes et la police nationale ont fait au moins trois morts et plusieurs blessés. Dans une correspondance du ministre d’Etat en charge des affaires intérieures, le gouvernement de la RDC a adressé une dernière mise en garde à Ne Muanda Nsemi dont les activités sont source de troubles à l’ordre public à Kinshasa et à travers la province du Kongo central.

LIRE AUSSI: Une professeure abuse de sa fille de 6 mois, filme la scène, et se rend à la police

Ne Mwanda Nsemi s’est évadé de la prison centrale de Kinshasa au mois de mai 2017, lorsque ses adeptes ont attaqué le site pénitentiaire en pleine nuit. Depuis lors, le leader du mouvement BDM est resté introuvable jusqu’à l’année dernière où il est réapparu dans la ville de Kinshasa et a été amnistié par le président Félix Tshisekedi dans le cadre de la décrispation politique, plusieurs prisonniers ayant à ce titre été libérés ou ayant bénéficié de réduction de peines.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire