R. Kelly : une de ses victimes affirme avoir menti en 2019 pour le protéger (vidéo)

La victime de R. Kelly, Azriel Clary, a révélé qu’elle avait menti sur « tout » lors de son interview de 2019 avec Gayle King après que le chanteur lui avait dit comment répondre aux questions.

La jeune femme de 23 ans a déclaré à Gayle King sur CBS News : « Avant l’interview, il nous a fait nous entraîner tous les jours… à répondre à des questions. Et s’il n’aimait pas notre réponse, il nous disait exactement quoi dire et comment le dire ».  Chaque fois que vous mentionnez quoi que ce soit sur la préférence sexuelle, nous savons déjà qu’il fallait dire : ‘Je ne suis pas là pour parler de tout ça. »

Lors de la précédente interview, lorsqu’elle est apparue pour la première fois dans l’émission en mars 2019, la jeune femme alors âgée de 21 ans avait déclaré : « Tout d’abord, je ne suis pas ici pour parler de ma vie personnelle et je ne partagerais jamais avec personne ce que je fais dans ou en dehors de la chambre à coucher. »

À l’époque, elle vivait avec R. Kelly. Elle se considérait comme sa petite amie et était une défenseuse loyale affirmant que les allégations d’agression sexuelle contre son amant n’étaient pas vraies.

À lire aussi :
R. Kelly, la superstar risque la prison à vie

« Vous ne connaissez pas la vérité. Vous croyez à cette putain de façade que disent nos parents. Ce sont des mensonges pour de l’argent », a déclaré Clary, il y a deux ans.

Elle a affirmé qu’après l’interview de 2019, lorsqu’elle est retournée à l’appartement de Kelly, ‘il était si heureux’. « Tu as été incroyable… tu t’en es sortie si bien, tu t’es si bien comportée », s’est souvenue Clary des propos de R. Kelly. « Je crois qu’il a même pris de la nourriture et a voulu faire la fête, c’est dire à quel point il était heureux de cette interview », a-t-elle ajouté.

Mais lors de sa nouvelle interview avec King depuis qu’elle a témoigné contre son ex-amant au tribunal, elle a déclaré que leur relation était abusive. « Il était très doué pour manipuler la situation », a déclaré Clary. « Tout ce que nous avions vécu était devenu très normal et j’ai dû m’en détacher. Je devais réaliser que c’était en fait anormal.«

À lire aussi :
R. Kelly complètement ruiné ? le montant de sa valeur nette est catastrophique

Elle a témoigné que les agressions ont commencé alors qu’elle n’avait que 17 ans et que le chanteur de R&B l’a agressée sexuellement et physiquement, notamment en la contraignant à avorter.

Clary a déclaré qu’elle a normalisé les abus parce qu’elle a vu d’autres femmes plus âgées, ainsi que les assistants, les travailleurs et l’équipe de sécurité de Kelly, vivre la même chose et ne pas en parler. Elle a déclaré que Kelly avait quatre autres petites amies alors qu’ils étaient en couple.

« Alors moi, étant très jeune à l’époque, j’ai appris à normaliser la situation », se souvient-elle, ajoutant que personne n’aurait pu dire ou faire quoi que ce soit pour l’aider à échapper plus tôt à cette situation abusive.« J’ai l’impression que c’est quelque chose dont j’aurais dû prendre conscience moi-même. Quelque chose que j’aurais dû réaliser par moi-même. Beaucoup de gens ne réalisent pas qu’avec les victimes, plus vous essayez de les aider, plus cela les bouleverse parfois », a-t-elle ajouté.

À lire aussi :
Gabon : mairie de Libreville/ plus de 27 milliards de FCFA dépensés en 2019

Le lundi 27 septembre, le chanteur a été reconnu coupable des neuf chefs d’accusation de racket et de trafic sexuel par un jury fédéral. Les procureurs l’accusaient d’avoir exploité sa célébrité pendant un quart de siècle pour attirer des femmes et des jeunes filles mineures dans son orbite à des fins sexuelles.

 

Crédit photo : oxygen

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire