Qui est vraiment Jean Pierre Fabre, l’opposant numéro 1 de Faure Gnassingbé ?


Video player

 

Jean-Pierre Fabre est son nom, il est né le 2 juin 1952 à Lomé. Homme politique togolais et économiste de formation, il est président de l’Alliance nationale pour le changement(ANC), principal parti d’opposition au Togo depuis plusieurs années.

 

Militant des l’aube de la Ligue togolaise des droits de l’homme, Jean Pierre Fabre fait partie des hommes qui ont résisté sur place et ont été pourchassés par l’inchangeable régime de Gnassingbé Eyadema.

 

Anciennement à la tête de l’Union des forces de changement (UFC) en tant que Secrétaire Général depuis la création de ce parti en 1992, Jean-Pierre Fabre a organisé le parti et s’est assuré de bien enfoncer ses racines d’autant plus qu’il était le seul parti d’opposition à l’époque. Il s’est présenté à l’élection présidentielle de mars 2010 au Togo en remplacement au président du parti, Gilchrist Olympio qui n’avait pu déposer sa candidature dans les délais prescrits, en raison de problèmes de santé. Suite à de divergences de points vue avec le président de son parti Gilchrist Olympio qui décida de se rallier au pouvoir après l’élection présidentielle, il crée l’Alliance nationale pour le changement (ANC) dont il est l’actuel Président.

Comme pour tenter encore une fois sa chance aux élections présidentielles qui s’annoncent à pas de géant au Togo, le chef de fil de l’opposition a annoncé tout récemment lors d’un congrès qu’il serait honoré de répondre aux demandes de ses partisans. Ces derniers lui auraient proposé de lutter en leur faveur face au patron de la présidence togolaise, SEM Faure E. Gnassingbé. Et à Fabre de répondre : «Oui, j’accepte d’être le porte-étendard de la victoire des Togolaises et des Togolais en 2020 », avant de poursuivre : «J’accepte la mission que vous me confiez. J’accepte de poursuivre avec vous, sans relâche, la lutte commune de libération du Togo et du peuple togolais ».

 

Selon des leaders de l’ ANC, cette tâche a été attribuée à Jean Pierre Fabre vu son « engagement politique, son dévouement total de longues années et ses efforts inlassables en vue de réaliser l’alternance au Togo ».

Il est à noter que l’opposant de 67 ans compte ainsi se présenter pour un troisième essai au fauteuil présidentiel. En 2010 et 2015 il avait déjà participé aux élections et a toujours occupé la deuxième place avec respectivement 33,93 et 35,19% des voix.

 

Lors de se congrès, l’opposant farouche de Lomé a essayé de montrer quelques faits qui devraient aléatoirement réduire les chances d’éligibilité du président sortant qui est à ce poste depuis 2005. « Pour des raisons de contexte politique national aussi bien que d’éthique politique, le chef de l’État, qui aura accompli en 2020 trois mandats de cinq ans chacun à la tête de l’État, ne peut plus briguer un 4e mandat présidentiel, sans créer un climat de tensions socio-politiques et d’insécurité pour les populations », avait-il prévenu.

 

Peut-être aurait-il oublié qu’en début du mois de mai, les députés togolais avaient voté une révision constitutionnelle qui permet non seulement au président Faure Gnassingbé de se représenter en 2020 et 2025, mais aussi de bénéficier d’une immunité à vie « pour les actes posés pendant les mandats présidentiels ».

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire