Qui est François Compaoré, l’homme politique bientôt extradé vers le Burkina Faso ?


Video player

François Compaoré, né le 11 janvier 1954 à Ouagadougou, est un homme politique et frère de Blaise Compaoré, président du Burkina Faso de 1987 à 2014 .

En effet, Paul François Compaoré, de son nom complet est un agronome qui, après ses études a intégré, le FEER (Fonds de l’Eau et de l’Équipement Rural) en 1982. Il devient une année plus tard, chef de service des Unités Économiques au Ministère de l’Eau puis Conseiller Économique à la Présidence du Burkina-Faso avec pour mission d’investiguer auprès des Institutions Internationales tout en assumant les fonctions de Directeur du Bureau Économique et du Développement entre 1991 et 1993.

Alors qu’il devenait de plus en plus proche de son frère Blaise Compaoré en se mêlant publiquement de politique, notamment via la Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré (Fedap-BC) qu’il parraine, il était perçu comme un possible successeur de son frère à la tête de l’État burkinabé.
Mais à la suite du soulèvement populaire des 30 et 31 octobre 2014, qui chasse son frère Blaise Compaoré du pouvoir, François Compaoré se réfugie avec sa famille au Bénin. Lors du pillage de sa maison, des restes macabres ainsi que des accessoires occultes auraient été découverts. Ce qui fait de lui le principal suspect. Il a donc été interpellé le 29 octobre 2017 par la police française sur la base d’un mandat d’arrêt émis le 5 mai 2017 par les autorités du Burkina Faso.

On l’accuse d’être impliqué dans l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, tué en 1998. Pour rappel, la France a autorisé l’extradition de François Compaoré, frère cadet de Blaise Compaoré, poursuivi au Burkina faso, le 5 mars 2020 dernier tout en exigeant certaines conditions comme l’aménagement de la peine de M. Compaoré, s’il advenait qu’il soit  condamné à la prison à vie.
A cet effet, malgré la signature de ce décret, M.François peut ne pas être extradé dans l’immédiat car pouvant faire appel devant le conseil d’État français.

Lire aussi : Burkina/L’assassinat du journaliste Norbert Zongo toujours dans les mémoires

Pour rappel, Norbert Zongo, tué le 18 décembre 1998 à Sapouy, en même temps que trois de ses compagnons était le journaliste d’investigation qui enquêtait sur la mort du chauffeur de François Compaoré, torturé à mort par des éléments de l’ex-garde de sécurité présidentielle.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire