Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Qui est Dr Marie Korsaga, la première femme astrophysicienne de l’Afrique de l’Ouest?
18/02/2020 à 14h44 par Le Boy

Titulaire d’un Doctorat en Astrophysique, Marie Korsaga devient depuis 19 avril 2019, la première astrophysicienne de son pays, le Burkina Faso. Cette jeune dame a fait la majeure partie de son cursus universitaire à l’Université de Ouagadougou, avant de s’envoler pour la France où elle a préparé son doctorat au laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM) puis à l’Université de Cape Town en Afrique du Sud.

Toute petite, Marie Korsaga se posaient les mêmes questions qui turlupinent tous les gamins de son âge : « De quoi l’univers est-il composé ? Comment la vie est-elle apparue sur terre ? » Marie Korsaga savait qu’elle n’aura pas les réponses à toutes ses questions au Burkina Faso. Dans son pays, l’astronomie n’était pas enseignée à l’époque. Elle décide alors d’embrasser la physique pour devenir ingénieure en génie civil. Son choix a été diversement apprécié par ses proches.

Qui est Dr Marie Korsaga,  la première femme astrophysicienne de l’Afrique de l’Ouest?

Arrivée en année de maitrise, l’astronomie venait d’être introduite au programme comme matière optionnelle. Marie Korsaga saisit la chance de sa vie pour réaliser ses rêves. « Je vous assure que j’ai tout de suite été éblouie par ce que j’avais appris pendant le cours et c’est là que j’ai découvert que notre connaissance de l’univers était encore jeune et évoluait avec le temps ».

Après l’obtention de son Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en Physique appliquée, elle poursuit ses études doctorales en France où elle intègre le programme « Physique des galaxies » (PDG) du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM).

Passionnée de sa matière, Marie Korsaga peut passer des heures à plonger ses interlocuteurs dans son univers. Et seuls les amoureux de l’astronomie arrivent à la suivre. « Je réduis les données brutes (données observationnelles) obtenues avec des grands télescopes observant dans le visible, je les analyse, j’obtiens des cubes de données et des champs de vitesse, j’en déduis des courbes de rotation ».

La désormais docteur Marie Korsaga devient ainsi la première femme astrophysicienne du Burkina et de l’Afrique de l’Ouest. Que de chemin parcouru dans un « univers » dit masculin ! Marie Korsaga a dû faire face aux stéréotypes de tous genres, dans un pays où seuls les hommes évoluent dans le domaine scientifique. « J’étais confrontée à des propos du genre, la Physique est trop compliquée pour une femme, tu ne pourras pas faire carrière dans le domaine, et même tu risques de devenir folle si tu continues », dénonce-t-elle. Et d’ajouter :

« J’ai toujours été optimiste. En plus, j’avais confiance en moi et j’avais aussi le soutien de ma famille, surtout mon père qui me faisait savoir que les femmes peuvent aussi faire carrière dans les domaines scientifiques ».

Aujourd’hui, Marie Korsaga compte participer à la formation des jeunes filles dans les matières scientifiques au Burkina Faso, en dispensant des cours dans les universités. Elle souhaite que son exemple inspire, surtout les jeunes filles afin de les inciter à embrasser les filières scientifiques.

A l’en croire, c’est aux filles de briser les barrières. Aussi, Dr Korsaga entend mener des actions de vulgarisation de l’astronomie dans son pays. En plus d’être fascinante comme discipline, elle estime que l’astronomie est un outil de développement. Prenant exemple sur l’Afrique du Sud, Dr Marie Korsaga explique que l’installation de télescopes a permis de créer des emplois pour les jeunes, de booster l’économie et de développer des infrastructures dans plusieurs localités. « Le Burkina pourrait bien s’inspirer de ces ‘’succes story’’, et se positionner comme pôle d’excellence dans la sous-région ouest africaine », soutient l’astrophysicienne.

 

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Titulaire d’un Doctorat en Astrophysique, Marie Korsaga devient depuis 19 avril 2019, la première astrophysicienne de son pays, le Burkina Faso. Cette jeune dame a fait la majeure partie de son cursus universitaire à l’Université de Ouagadougou, avant de s’envoler pour la France où elle a préparé son doctorat au laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM) puis à l’Université de Cape Town en Afrique du Sud.

Toute petite, Marie Korsaga se posaient les mêmes questions qui turlupinent tous les gamins de son âge : « De quoi l’univers est-il composé ? Comment la vie est-elle apparue sur terre ? » Marie Korsaga savait qu’elle n’aura pas les réponses à toutes ses questions au Burkina Faso. Dans son pays, l’astronomie n’était pas enseignée à l’époque. Elle décide alors d’embrasser la physique pour devenir ingénieure en génie civil. Son choix a été diversement apprécié par ses proches.

Qui est Dr Marie Korsaga,  la première femme astrophysicienne de l’Afrique de l’Ouest?

Arrivée en année de maitrise, l’astronomie venait d’être introduite au programme comme matière optionnelle. Marie Korsaga saisit la chance de sa vie pour réaliser ses rêves. « Je vous assure que j’ai tout de suite été éblouie par ce que j’avais appris pendant le cours et c’est là que j’ai découvert que notre connaissance de l’univers était encore jeune et évoluait avec le temps ».

Après l’obtention de son Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en Physique appliquée, elle poursuit ses études doctorales en France où elle intègre le programme « Physique des galaxies » (PDG) du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM).

Passionnée de sa matière, Marie Korsaga peut passer des heures à plonger ses interlocuteurs dans son univers. Et seuls les amoureux de l’astronomie arrivent à la suivre. « Je réduis les données brutes (données observationnelles) obtenues avec des grands télescopes observant dans le visible, je les analyse, j’obtiens des cubes de données et des champs de vitesse, j’en déduis des courbes de rotation ».

La désormais docteur Marie Korsaga devient ainsi la première femme astrophysicienne du Burkina et de l’Afrique de l’Ouest. Que de chemin parcouru dans un « univers » dit masculin ! Marie Korsaga a dû faire face aux stéréotypes de tous genres, dans un pays où seuls les hommes évoluent dans le domaine scientifique. « J’étais confrontée à des propos du genre, la Physique est trop compliquée pour une femme, tu ne pourras pas faire carrière dans le domaine, et même tu risques de devenir folle si tu continues », dénonce-t-elle. Et d’ajouter :

« J’ai toujours été optimiste. En plus, j’avais confiance en moi et j’avais aussi le soutien de ma famille, surtout mon père qui me faisait savoir que les femmes peuvent aussi faire carrière dans les domaines scientifiques ».

Aujourd’hui, Marie Korsaga compte participer à la formation des jeunes filles dans les matières scientifiques au Burkina Faso, en dispensant des cours dans les universités. Elle souhaite que son exemple inspire, surtout les jeunes filles afin de les inciter à embrasser les filières scientifiques.

A l’en croire, c’est aux filles de briser les barrières. Aussi, Dr Korsaga entend mener des actions de vulgarisation de l’astronomie dans son pays. En plus d’être fascinante comme discipline, elle estime que l’astronomie est un outil de développement. Prenant exemple sur l’Afrique du Sud, Dr Marie Korsaga explique que l’installation de télescopes a permis de créer des emplois pour les jeunes, de booster l’économie et de développer des infrastructures dans plusieurs localités. « Le Burkina pourrait bien s’inspirer de ces ‘’succes story’’, et se positionner comme pôle d’excellence dans la sous-région ouest africaine », soutient l’astrophysicienne.

 

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire