Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Présidentielle en Côte d’Ivoire : un nouveau mort lors de manifestations
21/10/2020 à 23h11 par La redaction

La tension monte dans le pays à l’approche de l’élection du 31 octobre. D’autant que l’opposition a appelé ses militants à boycotter le scrutin.

Une personne est morte et plusieurs ont été blessées lors de manifestations de l’opposition à deux semaines de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, où une mission diplomatique ouest-africaine a appelé pouvoir et opposants à faire des « efforts considérables ».

« Il y a eu un mort (…) et une dizaine de blessés graves » à Bounoua (60 km à l’est d’Abidjan), ancien fief de l’ex-première dame Simone Gbagbo, a affirmé à l’AFP Jean-Paul Améthier, maire (opposition) de cette ville, accusant les forces de l’ordre d’en être responsable.

Les manifestants, jeunes pour la plupart, avaient bloqué la route qui relie Abidjan au Ghana pour « respecter le mot d’ordre de boycott » de l’opposition, a poursuivi le maire. Ils ont été dispersés par les forces de l’ordre. « La situation est revenue au calme en début d’après-midi », selon le maire.

A Abidjan, des échauffourées ont eu lieu dans la matinée entre les forces de l’ordre et des étudiants en grève qui manifestaient à l’appel de la puissante Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), proche de l’opposition, pour protester contre des frais scolaires et universitaires, a constaté un journaliste de l’AFP. Les étudiants ont incendié un bus et deux voitures dans le quartier de Riviera 2. Des incidents ont aussi eu lieu à Dabou (50 km d’Abidjan), Divo (200 km d’Abidjan) et à Yamoussoukro, selon des témoins et une source sécuritaire.

Boycott de l’opposition

Ces nouvelles violences surviennent après qu’au moins deux personnes sont mortes ce week-end dans des affrontements intercommunautaires liés à la situation politique à Bongouanou (200 km au nord d’Abidjan), fief d’un des candidats de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan, ancien premier ministre de Laurent Gbagbo.

L’opposition a appelé le 15 octobre ses militants à boycotter les opérations électorales et la campagne, en affirmant ne pas être « concernée » par le « processus électoral ». L’opposition n’a toutefois pas encore retiré formellement ses candidats pour le scrutin présidentiel du 31 octobre.

Laissant planer le doute sur un boycott de l’élection depuis des semaines, elle demande une réforme du Conseil constitutionnel et de la Commission électorale indépendante, « inféodés » au pouvoir selon elle.

Une mission diplomatique de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), qui a rencontré dimanche et lundi le pouvoir et l’opposition, « a exhorté candidats et les partis politiques à faire des efforts considérables pour parvenir à un accord concernant l’élection ».

Une quinzaine de morts depuis août

Dirigée par la ministre ghanéenne des affaires étrangères Shirley Botchway, la délégation de la Cédéao, en mission à Abidjan pour la deuxième fois en une semaine, a aussi « exhorté les candidats [d’opposition] à reconsidérer sérieusement leur décision de boycotter l’élection et l’appel à leurs partisans à se lancer dans la désobéissance civile pour protester contre le processus électoral ».

L’opposition estime que le président Alassane Ouattara n’a pas le droit de se présenter à un troisième mandat et conteste le rejet des candidatures de poids lourds de la politique ivoirienne, notamment celles de l’ancien président Laurent Gbagbo et de l’ancien chef rebelle et ex-premier ministre Guillaume Soro.

Elu en 2010 et réélu en 2015, Ouattara avait annoncé en mars qu’il renonçait à briguer un troisième mandat, avant de changer d’avis en août, après le décès de son dauphin désigné, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

La loi fondamentale ivoirienne prévoit un maximum de deux mandats, mais le Conseil constitutionnel a estimé qu’avec la nouvelle Constitution adoptée en 2016, le compteur des mandats de M. Ouattara a été remis à

Une quinzaine de personnes sont mortes en août dans des violences survenues dans le sillage de l’annonce de sa candidature et des échauffourées ont eu lieu dans plusieurs localités après l’annonce par le Conseil constitutionnel de la liste des candidats retenus pour le scrutin.

Les craintes de violences sont grandes pour la présidentielle du 31 octobre, dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011, née du refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale face à Alassane Ouattara, qui avait fait quelque 3 000 morts et qui était survenue après une décennie de tensions.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Sénégal : Le Concours "Leumbeul" qui enflamme la Toile (Vidéo)

16/11/2020

Sénégal :...

Poser ou se filmer à moitié nue...
Hamed Bakayoko :"Cette transition est la preuve qu'ils voulaient faire un coup d'État"

16/11/2020

Hamed Bakayoko...

Pour Hamed Bakayoko  Ministre d’Etat, ministre de...
(COVID-19) L’Algérie enregistre un nouveau record d’infections en dépassant la barre des 900 cas

16/11/2020

(COVID-19) L’Algérie...

ACTUALITES ALGER, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Le Kenya a perdu 8 médecins à cause du COVID-19 en novembre

16/11/2020

Le Kenya...

ACTUALITES NAIROBI, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Le nombre de cas de COVID-19 au Myanmar dépasse 70.000 et 1.599 décès au total

16/11/2020

Le nombre...

ACTUALITES RANGOUN, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Violence en Guinée ,Alpha Condé tend la main à l’opposition

16/11/2020

Violence en...

Violence en Guinée : le Président de...
Le dernier rapport d’Amnesty International sur la Côte d’Ivoire qui enfonce Ouattara

16/11/2020

Le dernier...

Amnesty International invite ce 16 novembre 2020,...
Violences à Saioua : les populations invitées à œuvrer pour la paix

16/11/2020

Violences à...

Violences à Saioua : le sous-préfet Baba...
La gendarmerie lance un avis de recherche pour le meurtre d’un gendarme et oublie le jeune Koffi Toussaint décapité à Daoukro

16/11/2020

La gendarmerie...

La gendarmerie a lancé un avis de...
Décapitation du jeune Koffi Toussaint à Daoukro : un cadre du PDCI lance un avis de recherche pour retrouver le meurtrier

16/11/2020

Décapitation du...

Jean-Yves Esso du PDCI, lance un avis...
Côte d’Ivoire / Crise politique : l’international Didier Drogba livre un important message

16/11/2020

Côte d’Ivoire...

Didier Drogba, ancien capitaine de l’Equipe nationale...
Côte d’Ivoire/M’Batto : la grotte de la vierge Marie détruite à Assaouffoué par des individus non identifiés !

16/11/2020

Côte d’Ivoire/M’Batto...

La grotte de la vierge Marie profanée...
Félicitation de Macron à Ouattara/ Soro:” ça serait pire que de l’ingérence”

16/11/2020

Félicitation de...

Avant qu’il se prononce convenablement, Guillaume Soro...
Abdou K. Guèye s'attaque à Oustaz A. Sall: « Il reçoit toujours l'argent de...»

16/11/2020

Abdou K....

Invité de l’émission « Yes Week-end »...
Franklin Nyamsi, conseiller de Soro: “Le Drian est un raciste. Il considère que les Nègres sont des sous-hommes”

16/11/2020

Franklin Nyamsi,...

Franklin Nyamsi, Conseiller Spécial de Guillaume Soro...
Nigeria : un ex-international enlevé par des hommes armés !

16/11/2020

Nigeria :...

Christian Obodo (21 sélections, 4 buts), ancien joueur de...
Michel Larive, député français, sur l’élection de Ouattara: “C’est un coup de force anticonstitutionnel”

16/11/2020

Michel Larive,...

“En dépit des règles constitutionnelles en vigueur...
Soro découvre la lettre complète de Macron à Ouattara et s’écrie: “Féliciter quelqu’un qui vient de violer une Constitution avec plus de 100 morts dont un décapité”

16/11/2020

Soro découvre...

Guillaume Soro a exprimé une énorme déception...
Marichou fait sa premiere apparition après son problème avec Touba (Photos)

16/11/2020

Marichou fait...

Après son histoire de selfie faite à...
Annoncé mort par Rfi, l'ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade donne signe de vie

16/11/2020

Annoncé mort...

Annoncé mort par le site de Rfi,...

La tension monte dans le pays à l’approche de l’élection du 31 octobre. D’autant que l’opposition a appelé ses militants à boycotter le scrutin.

Une personne est morte et plusieurs ont été blessées lors de manifestations de l’opposition à deux semaines de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, où une mission diplomatique ouest-africaine a appelé pouvoir et opposants à faire des « efforts considérables ».

« Il y a eu un mort (…) et une dizaine de blessés graves » à Bounoua (60 km à l’est d’Abidjan), ancien fief de l’ex-première dame Simone Gbagbo, a affirmé à l’AFP Jean-Paul Améthier, maire (opposition) de cette ville, accusant les forces de l’ordre d’en être responsable.

Les manifestants, jeunes pour la plupart, avaient bloqué la route qui relie Abidjan au Ghana pour « respecter le mot d’ordre de boycott » de l’opposition, a poursuivi le maire. Ils ont été dispersés par les forces de l’ordre. « La situation est revenue au calme en début d’après-midi », selon le maire.

A Abidjan, des échauffourées ont eu lieu dans la matinée entre les forces de l’ordre et des étudiants en grève qui manifestaient à l’appel de la puissante Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), proche de l’opposition, pour protester contre des frais scolaires et universitaires, a constaté un journaliste de l’AFP. Les étudiants ont incendié un bus et deux voitures dans le quartier de Riviera 2. Des incidents ont aussi eu lieu à Dabou (50 km d’Abidjan), Divo (200 km d’Abidjan) et à Yamoussoukro, selon des témoins et une source sécuritaire.

Boycott de l’opposition

Ces nouvelles violences surviennent après qu’au moins deux personnes sont mortes ce week-end dans des affrontements intercommunautaires liés à la situation politique à Bongouanou (200 km au nord d’Abidjan), fief d’un des candidats de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan, ancien premier ministre de Laurent Gbagbo.

L’opposition a appelé le 15 octobre ses militants à boycotter les opérations électorales et la campagne, en affirmant ne pas être « concernée » par le « processus électoral ». L’opposition n’a toutefois pas encore retiré formellement ses candidats pour le scrutin présidentiel du 31 octobre.

Laissant planer le doute sur un boycott de l’élection depuis des semaines, elle demande une réforme du Conseil constitutionnel et de la Commission électorale indépendante, « inféodés » au pouvoir selon elle.

Une mission diplomatique de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), qui a rencontré dimanche et lundi le pouvoir et l’opposition, « a exhorté candidats et les partis politiques à faire des efforts considérables pour parvenir à un accord concernant l’élection ».

Une quinzaine de morts depuis août

Dirigée par la ministre ghanéenne des affaires étrangères Shirley Botchway, la délégation de la Cédéao, en mission à Abidjan pour la deuxième fois en une semaine, a aussi « exhorté les candidats [d’opposition] à reconsidérer sérieusement leur décision de boycotter l’élection et l’appel à leurs partisans à se lancer dans la désobéissance civile pour protester contre le processus électoral ».

L’opposition estime que le président Alassane Ouattara n’a pas le droit de se présenter à un troisième mandat et conteste le rejet des candidatures de poids lourds de la politique ivoirienne, notamment celles de l’ancien président Laurent Gbagbo et de l’ancien chef rebelle et ex-premier ministre Guillaume Soro.

Elu en 2010 et réélu en 2015, Ouattara avait annoncé en mars qu’il renonçait à briguer un troisième mandat, avant de changer d’avis en août, après le décès de son dauphin désigné, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

La loi fondamentale ivoirienne prévoit un maximum de deux mandats, mais le Conseil constitutionnel a estimé qu’avec la nouvelle Constitution adoptée en 2016, le compteur des mandats de M. Ouattara a été remis à

Une quinzaine de personnes sont mortes en août dans des violences survenues dans le sillage de l’annonce de sa candidature et des échauffourées ont eu lieu dans plusieurs localités après l’annonce par le Conseil constitutionnel de la liste des candidats retenus pour le scrutin.

Les craintes de violences sont grandes pour la présidentielle du 31 octobre, dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011, née du refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale face à Alassane Ouattara, qui avait fait quelque 3 000 morts et qui était survenue après une décennie de tensions.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire