Pourquoi l’Algérie et le Maroc ont décidé de rouvrir leur frontière commune

Selon certaines informations, les autorités algériennes et marocaines sont parvenues à un accord pour rouvrir la frontière commune.

Dans quel but? Après un accord entre les autorités marocaines et algériennes, le poste frontière de Zouj Beghal à la périphérie d’Oujda sera ouvert pour reconnecter les deux pays.

Cependant, les deux pays ont convenu d’ouvrir temporairement le poste frontière pour poursuivre l’extradition de 11 ressortissants algériens et d’un autre individu qui apparaissait comme un Européen.

Selon les médias du Royaume du Chérif, ces personnes devraient quitter le Maroc pour l’Algérie. Ce seront donc 12 personnes, qui font toutes l’objet du mandat d’arrêt international que le Maroc vient d’exécuter, et le Maroc les a emprisonnés dans ses prisons.

À lire aussi :
L’Algérie annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc

Par conséquent, à la demande des autorités judiciaires algériennes, la Cour suprême d’appel marocaine se prononcera en faveur de leur extradition.

Sur la base du respect par les autorités marocaines de l’accord international de lutte contre la criminalité transnationale organisée, la frontière entre le Maroc et l’Algérie a été ouverte à temps, notamment la frontière de Zouj Beghal, ce qui a permis le transfert de ces 12 personnes.

À lire aussi :
PIB : le Maroc bientôt plus riche que l’Algérie, selon le FMI

Celle-ci s’effectue dans le cadre des procédures

d’extradition sur les questions de sécurité et de coopération judiciaire entre le Maroc et l’Algérie. Lorsque cette décision a été prise, le Maroc et l’Algérie vivaient une crise diplomatique sans précédent, et les conflits ont souvent dégénéré.

Outre la rupture des relations diplomatiques annoncée par Alger, les relations entre les deux pays voisins du Maghreb sont également menacées. Exercices navals près de la frontière marocaine et missiles dirigés vers le Royaume côté algérien.

À lire aussi :
Algérie : Tebboune évoque la sécurisation du sud libyen avec Al-Manfi

Du côté marocain, il s’agit d’achats d’armes complets.

Des hélicoptères de combat d’origine turque, des véhicules militaires des États-Unis, des drones israéliens et même des anti-missiles qui lui sont livrés par les pays hébreux.
En d’autres termes, le Maroc se prépare à tout ce qui pourrait arriver. La situation entre les deux pays est extrêmement tendue, et la communauté internationale s’en inquiète.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire