Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Pour Macky Sall « Interdire l’homosexualité n’a rien d’homophobe »
14/02/2020 à 01h07 par La redaction

Le président sénégalais, Macky Sall, maintient sa politique de non-légalisation de l’homosexualité dans son pays. C’est au cours de la visite de Justin Trudeau, Premier ministre canadien connu pour plaider en faveur de la cause homosexuelle, que Magny Sall a tenu à maintenir sa position qu’il qualifie en revanche de non-homophobe.

La présence du premier ministre canadien à Dakar mercredi 12 février, avait une connotation assez particulière. D’aucuns y voyaient une volonté pour le leader canadien de tenter de faire légaliser l’homosexualité au Sénégal. Une question qui demeure notamment au centre de débats. Pour ces griefs, ils pourront rester tranquilles. Pour le président sénégalais, c’est le statu quo: pas d’homosexualité au Sénégal.

Macky Sall: « Interdire l’homosexualité n’a rien d’homophobe »

La question de l’homosexualité au Sénégal n’est guère un sujet tabou. D’ordre culturel, elle concerne toutes les couches sociales, dont le président sénégalais qui en fait une affaire non moins importante. Pour Macky Sall, l’interdiction de l’homosexualité au Sénégal relève de la spécificité culturelle de son pays et n’a « rien à voir » avec l’homophobie.

Le Sénégal, un « exemple de démocratie » mais qui a encore du travail à faire, selon Justin Trudeau

Le premier ministre canadien à Dakar, n’a pas hésité de rappeler brièvement ses objectifs en matière de droits de l’homme et ses libertés. La question de l’homosexualité très sensible encore au Sénégal, n’a pas échappé à l’analyse de Trudeau. « Je suis toujours à la défense des droits humains et j’amène toujours ces enjeux-là partout où je vais », a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

Interrogé sur le duo « homosexualité-homophobie », le président Macky Sall n’y est pas allé par quatre chemins. « Les lois de notre pays obéissent à des normes qui sont le condensé de nos valeurs de culture et de civilisation », a-t-il justifié. « Cela n’a rien à voir avec l’homophobie. Ceux qui ont une orientation sexuelle de leur choix ne font pas l’objet d’exclusion », a-t-il insisté. Voilà qui est clair!

Pas de « Gay Pride » prévue à Dakar… selon Macky Sall

« Ça, ce n’est pas possible parce que notre société ne l’accepte pas. La société, elle va évoluer, ça prendra le temps que ça prendra. Chaque pays a son propre métabolisme. » Pour le président sénégalais, bien qui n’exclue pas une forme d’évolution des lois en matière de dépénalisation de l’homosexualité dans son pays, il reste cependant très sceptique. Pour lui, tout ceci est une question de moeurs. Moeurs que ne partagent pas les sénégalais quand on sait que le pays est majoritairement musulman.

« On ne peut pas non plus demander au Sénégal de dire :“Demain, on légalise l’homosexualité, et, demain, c’est la gay parade” », a-t-il ajouté, en référence aux « marches des fiertés » organisées dans d’autres régions du monde.

En effet, pour rappel, le Sénégal punit les actes homosexuels. Les peines peuvent aller d’un à cinq ans d’emprisonnement. Le Code pénal parle d’« acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe ».

Tolérance Oui, mais…
M. Sall, dont le pays est souvent cité en exemple d’Etat de droit en Afrique, a toujours invoqué les spécificités du Sénégal pour refuser une dépénalisation de l’homosexualité.

L’islam qui y est prédominant dans le pays, lui aussi fait montre d’une tolérance religieuse. Mais la question de l’homosexualité demeure très sensible et taboue.

La présence du premier ministre canadien, même si visant d’autres objectifs que ceux liés à la question d’homosexualité, n’était pas forcément bien perçue. C’est symptomatique de la sensibilité du sujet et la volonté des sénégalais à ne pas intégrer cette notion chez eux.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 502 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Le président sénégalais, Macky Sall, maintient sa politique de non-légalisation de l’homosexualité dans son pays. C’est au cours de la visite de Justin Trudeau, Premier ministre canadien connu pour plaider en faveur de la cause homosexuelle, que Magny Sall a tenu à maintenir sa position qu’il qualifie en revanche de non-homophobe.

La présence du premier ministre canadien à Dakar mercredi 12 février, avait une connotation assez particulière. D’aucuns y voyaient une volonté pour le leader canadien de tenter de faire légaliser l’homosexualité au Sénégal. Une question qui demeure notamment au centre de débats. Pour ces griefs, ils pourront rester tranquilles. Pour le président sénégalais, c’est le statu quo: pas d’homosexualité au Sénégal.

Macky Sall: « Interdire l’homosexualité n’a rien d’homophobe »

La question de l’homosexualité au Sénégal n’est guère un sujet tabou. D’ordre culturel, elle concerne toutes les couches sociales, dont le président sénégalais qui en fait une affaire non moins importante. Pour Macky Sall, l’interdiction de l’homosexualité au Sénégal relève de la spécificité culturelle de son pays et n’a « rien à voir » avec l’homophobie.

Le Sénégal, un « exemple de démocratie » mais qui a encore du travail à faire, selon Justin Trudeau

Le premier ministre canadien à Dakar, n’a pas hésité de rappeler brièvement ses objectifs en matière de droits de l’homme et ses libertés. La question de l’homosexualité très sensible encore au Sénégal, n’a pas échappé à l’analyse de Trudeau. « Je suis toujours à la défense des droits humains et j’amène toujours ces enjeux-là partout où je vais », a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

Interrogé sur le duo « homosexualité-homophobie », le président Macky Sall n’y est pas allé par quatre chemins. « Les lois de notre pays obéissent à des normes qui sont le condensé de nos valeurs de culture et de civilisation », a-t-il justifié. « Cela n’a rien à voir avec l’homophobie. Ceux qui ont une orientation sexuelle de leur choix ne font pas l’objet d’exclusion », a-t-il insisté. Voilà qui est clair!

Pas de « Gay Pride » prévue à Dakar… selon Macky Sall

« Ça, ce n’est pas possible parce que notre société ne l’accepte pas. La société, elle va évoluer, ça prendra le temps que ça prendra. Chaque pays a son propre métabolisme. » Pour le président sénégalais, bien qui n’exclue pas une forme d’évolution des lois en matière de dépénalisation de l’homosexualité dans son pays, il reste cependant très sceptique. Pour lui, tout ceci est une question de moeurs. Moeurs que ne partagent pas les sénégalais quand on sait que le pays est majoritairement musulman.

« On ne peut pas non plus demander au Sénégal de dire :“Demain, on légalise l’homosexualité, et, demain, c’est la gay parade” », a-t-il ajouté, en référence aux « marches des fiertés » organisées dans d’autres régions du monde.

En effet, pour rappel, le Sénégal punit les actes homosexuels. Les peines peuvent aller d’un à cinq ans d’emprisonnement. Le Code pénal parle d’« acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe ».

Tolérance Oui, mais…
M. Sall, dont le pays est souvent cité en exemple d’Etat de droit en Afrique, a toujours invoqué les spécificités du Sénégal pour refuser une dépénalisation de l’homosexualité.

L’islam qui y est prédominant dans le pays, lui aussi fait montre d’une tolérance religieuse. Mais la question de l’homosexualité demeure très sensible et taboue.

La présence du premier ministre canadien, même si visant d’autres objectifs que ceux liés à la question d’homosexualité, n’était pas forcément bien perçue. C’est symptomatique de la sensibilité du sujet et la volonté des sénégalais à ne pas intégrer cette notion chez eux.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 502 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire