Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Plusieurs morts dans des violences post-électorales en Guinée
21/10/2020 à 22h54 par La redaction

Plusieurs personnes ont été tuées dans des heurts entre partisans de l'opposition et forces de l'ordre, mercredi, à Conakry, trois jours après l'élection présidentielle guinéenne. Les résultats partiels, qui donnent Alpha Condé, le président sortant, en tête au premier tour sont vivement contestés par son rival Cellou Dalein Diallo, qui revendique la victoire. Son parti, l'Union des forces démocratiques (UFDG) dénonce "une fraude à grande échelle".

C'était le scénario redouté par de nombreux Guinéens, celui des violences post-électorales. Au moins neuf personnes ont été tuées dans des heurts entre partisans de l'opposition et forces de l'ordre, mercredi 21 octobre à Conakry, trois jours après une présidentielle organisée à l'issue de plusieurs mois de contestation meurtrière contre un troisième mandat du président Alpha Condé, 82 ans.

"Au moins trois personnes ont été tuées, que j'ai vues de mes propres yeux entre Lambanyi et Sonfonia", deux quartiers de la banlieue nord de la capitale, "une dizaine d'autres ont été blessées", a déclaré à l'AFP l'adjudant Mamadou Kéganan Doumbouya.

Selon Hadjiratou Barry, une habitante du quartier de Bailobaya, son frère a été "tué par les forces de l'ordre qui lui ont tiré dessus alors qu'il tentait de fuir"". Un médecin ayant requis l'anonymat a assuré avoir reçu "deux corps et neuf blessés" dans une clinique.

De leur côté, les autorités guinéennes évoquent un bilan de neuf morts dont un policier au cours de ces violences post-électorales.

Selon le parti de Cellou Dalein Diallo, les scènes de joie qui ont suivi sa déclaration de victoire lundi avaient entraîné des violences qui ont fait quatre morts dans ses rangs.

Frondes et gaz lacrymogène

Depuis le début de la matinée mercredi, une épaisse fumée noire s'échappait de plusieurs carrefours de la route Le Prince, qui traverse les fiefs de l'opposition dans la banlieue de la capitale, où des barricades ont été placées sur la route et enflammées.

Dans l'un de ces quartiers populaires, Wanindara, les forces de l'ordre peinaient à contenir des dizaines de jeunes sortant des ruelles pour se rassembler sur la route principale, jetant des pierres sur les policiers qui répondaient à coups de gaz lacrymogène, de pierres et de frondes.

Des coups de feu continuaient à être entendus dans le quartier de Hamdallaye Rond-Point en début d'après-midi, selon une habitante jointe par l'AFP. De nombreux témoins ont rapporté avoir entendu des tirs et d'autres ont affirmé qu'il y avait d'autres victimes, sans que ces informations puissent être vérifiées dans l'immédiat de source indépendante.

Des heurts ont également éclaté mercredi à Mamou et Labé, dans le centre du pays, selon des sources sécuritaires et diplomatiques en Guinée.

Domicile encerclé

Mardi en début de soirée, le domicile de Cellou Dalein Diallo a été encerclé par environ 25 gendarmes et policiers, équipés de casques et de boucliers et soutenus par deux camions anti-émeute, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Ne pouvant faire face à la vérité des urnes, le régime anti-démocratique d'Alpha Condé tente de s'imposer par la force. Il est temps pour la Guinée de tourner la page de ce régime liberticide et fratricide", a écrit sur Twitter Cellou Dalein Diallo.

Le président sortant Alpha Condé, qui brigue à 82 ans un troisième mandat controversé, a pour sa part lancé sur les réseaux sociaux un "appel au calme et à la sérénité, en attendant l'issue du processus électoral en cours dans [le] pays".

"Il y aura un vainqueur"

La commission électorale nationale a annoncé mardi soir de premiers résultats du scrutin de dimanche portant sur quatre des 38 circonscriptions du pays, dont trois à Conakry et sa périphérie.

Alpha Condé l'emporte largement dans les quatre circonscriptions sur son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, et dépasse les 50 % dès le premier tour dans trois d'entre elles, selon ces résultats, qui ne permettent pas "d'extrapoler" un résultat national, selon un responsable de la commission électorale.

Le camp de Cellou Dalein Diallo a accusé celui du chef de l'État de "tout mettre en œuvre pour faire modifier les résultats sortis des urnes en sa faveur".

"Bien sûr qu'il y aura un vainqueur, mais ce n'est pas pour autant que la démocratie sera menacée ou que la paix sociale devient impossible. Si la victoire me revient, je reste ouvert au dialogue et disponible à travailler avec tous les Guinéens", a assuré mercredi Alpha Condé, en se disant "conforté" par les premiers résultats publiés.

Avec AFP

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Une " bombe" de force majeure se dirige vers l'Amérique centrale

17/11/2020

Une  »...

Une " bombe" de force majeure se...
Dans une robe très sexy, Mame Diarra Sylla illumine les rues de Californie (Photos)

17/11/2020

Dans une...

Décidément, Mame Diarra Sylla qui a été...
Le président élu Biden réprimande Donald Trump

17/11/2020

Le président...

Le président élu Biden réprimande Donald Trump...
Grosse bagarre entre le mari de Soumboulou, Serigne Abdoulaye Diop Khass et... (Vidéo)

16/11/2020

Grosse bagarre...

Le mari de l'actrice Soumboulou, Serigne Abdoulaye...
Sénégal : Le Concours "Leumbeul" qui enflamme la Toile (Vidéo)

16/11/2020

Sénégal :...

Poser ou se filmer à moitié nue...
Hamed Bakayoko :"Cette transition est la preuve qu'ils voulaient faire un coup d'État"

16/11/2020

Hamed Bakayoko...

Pour Hamed Bakayoko  Ministre d’Etat, ministre de...
(COVID-19) L’Algérie enregistre un nouveau record d’infections en dépassant la barre des 900 cas

16/11/2020

(COVID-19) L’Algérie...

ACTUALITES ALGER, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Le Kenya a perdu 8 médecins à cause du COVID-19 en novembre

16/11/2020

Le Kenya...

ACTUALITES NAIROBI, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Le nombre de cas de COVID-19 au Myanmar dépasse 70.000 et 1.599 décès au total

16/11/2020

Le nombre...

ACTUALITES RANGOUN, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Violence en Guinée ,Alpha Condé tend la main à l’opposition

16/11/2020

Violence en...

Violence en Guinée : le Président de...
Le dernier rapport d’Amnesty International sur la Côte d’Ivoire qui enfonce Ouattara

16/11/2020

Le dernier...

Amnesty International invite ce 16 novembre 2020,...
Violences à Saioua : les populations invitées à œuvrer pour la paix

16/11/2020

Violences à...

Violences à Saioua : le sous-préfet Baba...
La gendarmerie lance un avis de recherche pour le meurtre d’un gendarme et oublie le jeune Koffi Toussaint décapité à Daoukro

16/11/2020

La gendarmerie...

La gendarmerie a lancé un avis de...
Décapitation du jeune Koffi Toussaint à Daoukro : un cadre du PDCI lance un avis de recherche pour retrouver le meurtrier

16/11/2020

Décapitation du...

Jean-Yves Esso du PDCI, lance un avis...
Côte d’Ivoire / Crise politique : l’international Didier Drogba livre un important message

16/11/2020

Côte d’Ivoire...

Didier Drogba, ancien capitaine de l’Equipe nationale...
Côte d’Ivoire/M’Batto : la grotte de la vierge Marie détruite à Assaouffoué par des individus non identifiés !

16/11/2020

Côte d’Ivoire/M’Batto...

La grotte de la vierge Marie profanée...
Félicitation de Macron à Ouattara/ Soro:” ça serait pire que de l’ingérence”

16/11/2020

Félicitation de...

Avant qu’il se prononce convenablement, Guillaume Soro...
Abdou K. Guèye s'attaque à Oustaz A. Sall: « Il reçoit toujours l'argent de...»

16/11/2020

Abdou K....

Invité de l’émission « Yes Week-end »...
Franklin Nyamsi, conseiller de Soro: “Le Drian est un raciste. Il considère que les Nègres sont des sous-hommes”

16/11/2020

Franklin Nyamsi,...

Franklin Nyamsi, Conseiller Spécial de Guillaume Soro...
Nigeria : un ex-international enlevé par des hommes armés !

16/11/2020

Nigeria :...

Christian Obodo (21 sélections, 4 buts), ancien joueur de...

Plusieurs personnes ont été tuées dans des heurts entre partisans de l'opposition et forces de l'ordre, mercredi, à Conakry, trois jours après l'élection présidentielle guinéenne. Les résultats partiels, qui donnent Alpha Condé, le président sortant, en tête au premier tour sont vivement contestés par son rival Cellou Dalein Diallo, qui revendique la victoire. Son parti, l'Union des forces démocratiques (UFDG) dénonce "une fraude à grande échelle".

C'était le scénario redouté par de nombreux Guinéens, celui des violences post-électorales. Au moins neuf personnes ont été tuées dans des heurts entre partisans de l'opposition et forces de l'ordre, mercredi 21 octobre à Conakry, trois jours après une présidentielle organisée à l'issue de plusieurs mois de contestation meurtrière contre un troisième mandat du président Alpha Condé, 82 ans.

"Au moins trois personnes ont été tuées, que j'ai vues de mes propres yeux entre Lambanyi et Sonfonia", deux quartiers de la banlieue nord de la capitale, "une dizaine d'autres ont été blessées", a déclaré à l'AFP l'adjudant Mamadou Kéganan Doumbouya.

Selon Hadjiratou Barry, une habitante du quartier de Bailobaya, son frère a été "tué par les forces de l'ordre qui lui ont tiré dessus alors qu'il tentait de fuir"". Un médecin ayant requis l'anonymat a assuré avoir reçu "deux corps et neuf blessés" dans une clinique.

De leur côté, les autorités guinéennes évoquent un bilan de neuf morts dont un policier au cours de ces violences post-électorales.

Selon le parti de Cellou Dalein Diallo, les scènes de joie qui ont suivi sa déclaration de victoire lundi avaient entraîné des violences qui ont fait quatre morts dans ses rangs.

Frondes et gaz lacrymogène

Depuis le début de la matinée mercredi, une épaisse fumée noire s'échappait de plusieurs carrefours de la route Le Prince, qui traverse les fiefs de l'opposition dans la banlieue de la capitale, où des barricades ont été placées sur la route et enflammées.

Dans l'un de ces quartiers populaires, Wanindara, les forces de l'ordre peinaient à contenir des dizaines de jeunes sortant des ruelles pour se rassembler sur la route principale, jetant des pierres sur les policiers qui répondaient à coups de gaz lacrymogène, de pierres et de frondes.

Des coups de feu continuaient à être entendus dans le quartier de Hamdallaye Rond-Point en début d'après-midi, selon une habitante jointe par l'AFP. De nombreux témoins ont rapporté avoir entendu des tirs et d'autres ont affirmé qu'il y avait d'autres victimes, sans que ces informations puissent être vérifiées dans l'immédiat de source indépendante.

Des heurts ont également éclaté mercredi à Mamou et Labé, dans le centre du pays, selon des sources sécuritaires et diplomatiques en Guinée.

Domicile encerclé

Mardi en début de soirée, le domicile de Cellou Dalein Diallo a été encerclé par environ 25 gendarmes et policiers, équipés de casques et de boucliers et soutenus par deux camions anti-émeute, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Ne pouvant faire face à la vérité des urnes, le régime anti-démocratique d'Alpha Condé tente de s'imposer par la force. Il est temps pour la Guinée de tourner la page de ce régime liberticide et fratricide", a écrit sur Twitter Cellou Dalein Diallo.

Le président sortant Alpha Condé, qui brigue à 82 ans un troisième mandat controversé, a pour sa part lancé sur les réseaux sociaux un "appel au calme et à la sérénité, en attendant l'issue du processus électoral en cours dans [le] pays".

"Il y aura un vainqueur"

La commission électorale nationale a annoncé mardi soir de premiers résultats du scrutin de dimanche portant sur quatre des 38 circonscriptions du pays, dont trois à Conakry et sa périphérie.

Alpha Condé l'emporte largement dans les quatre circonscriptions sur son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, et dépasse les 50 % dès le premier tour dans trois d'entre elles, selon ces résultats, qui ne permettent pas "d'extrapoler" un résultat national, selon un responsable de la commission électorale.

Le camp de Cellou Dalein Diallo a accusé celui du chef de l'État de "tout mettre en œuvre pour faire modifier les résultats sortis des urnes en sa faveur".

"Bien sûr qu'il y aura un vainqueur, mais ce n'est pas pour autant que la démocratie sera menacée ou que la paix sociale devient impossible. Si la victoire me revient, je reste ouvert au dialogue et disponible à travailler avec tous les Guinéens", a assuré mercredi Alpha Condé, en se disant "conforté" par les premiers résultats publiés.

Avec AFP

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire