Actualités

Plus rien ne va entre les États-Unis et Cuba

Plus Rien Ne Va Entre Les États-Unis Et Cuba

 

Les États-Unis ont imposé des sanctions à un ministre de la Sécurité cubain et à une unité des forces spéciales du ministère de l’Intérieur pour des violations présumées des droits humains dans le cadre d’une répression des manifestations antigouvernementales ce mois-ci.

Cette décision a marqué les premières mesures concrètes de l’administration de Joe Biden pour faire pression sur le gouvernement communiste de Cuba alors qu’il fait face aux appels des législateurs américains et de la communauté cubano-américaine à montrer un plus grand soutien aux plus grandes manifestations qui ont frappé l’île depuis des décennies.

La rapidité avec laquelle l’administration a élaboré de nouvelles sanctions signale que Biden est très peu susceptible d’assouplir l’approche américaine à l’égard de Cuba peu de temps après que son prédécesseur, Donald Trump, a annulé une détente historique de l’ère Obama avec La Havane.

« Ce n’est que le début », a déclaré Biden dans un communiqué, exprimant sa condamnation pour « des détentions de masse et des procès fictifs ».

À lire aussi :   Les États-Unis imposent des restrictions de visa aux gouvernements de deux pays africains

« Les États-Unis continueront de sanctionner les individus responsables de l’oppression du peuple cubain », a-t-il déclaré.

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, dans un message sur Twitter, a rejeté les sanctions comme « infondées et diffamatoires » et a exhorté les États-Unis à appliquer de telles mesures à leur propre bilan de « répression systématique et brutalité policière ».

Le département du Trésor a déclaré que les sanctions avaient été imposées à toute une unité de sécurité du ministère de l’Intérieur et au général Alvaro López Miera, ministre des Forces armées révolutionnaires, le décrivant comme le chef d’une entité « dont les membres se sont livrés à de graves violations des droits humains ».

Des milliers de Cubains ont organisé des manifestations il y a une semaine pour manifester contre une crise économique qui a entraîné des pénuries de produits de base et des pannes d’électricité. Ils protestaient également contre la gestion par le gouvernement de la pandémie de coronavirus et des restrictions aux libertés civiles. Des centaines de militants ont été arrêtés.

À lire aussi :   Ghana/guerre contre les homosexuels : les États-Unis et la Banque mondiale envoient une mise en garde

« Je suis surpris que cela ait pris autant de temps » : les Cubains trouvent la colère dans leur âme.
Dans le même temps, l’administration affirme qu’elle cherche toujours des moyens d’alléger le sort humanitaire du peuple cubain.

La Maison Blanche a déclaré mardi que Biden formerait un groupe de travail pour examiner les envois de fonds à Cuba à la suite des manifestations. L’objectif est de déterminer comment les cubano-américains peuvent envoyer de l’argent aux familles de l’île tout en gardant les fonds hors des mains du gouvernement cubain.

Elle a également déclaré dans un communiqué que la question des envois de fonds était complexe et « nécessite une approche mesurée et réfléchie en coordination avec des experts »« .

À lire aussi :   Afghanistan / Droit des Femmes: un porte-parole des talibans met en garde les États-Unis

Biden a réitéré jeudi que son administration cherchait des moyens d’aider les Cubains ordinaires à retrouver l’accès à Internet après que La Havane ait restreint l’accès aux médias sociaux et aux plateformes de messagerie, notamment Facebook et WhatsApp.

« Nous travaillerons en étroite collaboration avec nos partenaires dans toute la région, y compris l’Organisation des États américains, pour faire pression sur le régime », a déclaré Biden.

Le gouvernement cubain a imputé les manifestations principalement à ce qu’il appelle des « contre-révolutionnaires » financés par les États-Unis exploitant les difficultés économiques causées par les sanctions américaines.

Les sanctions ont été imposées en vertu de la loi Global Magnitsky, utilisée pour punir les violateurs des droits humains par le gel des avoirs américains et l’interdiction de voyager aux États-Unis.

--
Publicité 3vision-group

Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire