En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Nouvelle escalade entre le Bénin et le Niger : Niamey réplique aux mesures de Cotonou



La tension entre le Bénin et le Niger ne montre aucun signe de détente, alors que les deux pays continuent à s’accuser mutuellement après la décision du Bénin de bloquer le transport du pétrole nigérien via ses eaux. En réponse, Niamey a pris une mesure qui pourrait être perçue comme une réplique.

Par le biais d’un communiqué officiel, les autorités nigériennes ont exclu les véhicules immatriculés au Bénin de l’enlèvement du fret nigérien au port de Lomé, ainsi que sur l’ensemble du territoire togolais. Cette décision, clairement énoncée par le Ministre nigérien des Transports, est basée sur un accord bilatéral de transport routier entre le Niger et le Togo.

Lire aussi : Pénurie de carburant au Togo : Le gouvernement réagit et promet des mesures rapides

Le communiqué signé par le Ministre nigérien des Transports indique de façon formelle que « l’enlèvement du fret nigérien au port de Lomé et en tout lieu du territoire de la République Togolaise est exclusivement réservé aux véhicules immatriculés au Niger et au Togo conformément à l’accord bilatéral de transport routier entre la République du Niger et la République togolaise ».
« […] En cas de forte demande, et sur autorisation exceptionnelle du Ministre des Transports et de l’Équipement, les véhicules immatriculés au Burkina Faso, au Mali et au Ghana peuvent participer à l’enlèvement dudit fret »

000 33U79Yr

Le communiqué précise que seuls les véhicules immatriculés au Niger et au Togo sont autorisés à enlever le fret nigérien, sauf en cas de forte demande et avec une autorisation exceptionnelle du Ministre des Transports et de l’Équipement, où les véhicules immatriculés au Burkina Faso, au Mali et au Ghana pourraient être autorisés à participer.

Toute infraction à cette décision sera punie conformément aux dispositions du communiqué. Cette mesure marque une nouvelle escalade dans le conflit commercial entre les deux pays voisins, soulignant les tensions croissantes dans la région.

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !