Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Nigeria: la police arrête une femme utilisée par différents pasteurs pour faire de faux miracles
09/03/2020 à 16h21 par La redaction

L’inspecteur général de l’équipe de réponse du renseignement de la police (IRT) à Lagos au Nigeria a arrêté une femme de 44 ans, Bose Olasukanmi, qui était utilisée par plusieurs pasteurs pour faire de faux miracles dans leurs églises.

Le faux miracle de la femme a été révélé en octobre de l’année dernière après que plusieurs vidéos d’elle guérie ” de sa mauvaise main aient fait surface en ligne. Selon Guardian, des sources policières disent qu’Olasukanmi a déménagé dans une autre église après avoir été payée pour chaque représentation réussie afin que leur astuce ne soit pas révélée par des personnes ou des relations qui pourraient la voir lors de sa prochaine représentation. S’adressant à des journalistes après son arrestation.

Olasukanmi a raconté comment elle s’était lancée dans les faux miracles ”

«Je viens d’Ilesha, dans l’État d’Osun. Je suis mariée. J’ai eu trois enfants. Malheureusement, deux sont décédés quelques heures après l’accouchement. Mon mari m’aimait tellement qu’il ne voulait pas que je fasse quoi que ce soit. Il voulait que je sois une femme au foyer et il avait honoré ma demande et il m’a traitée comme une reine.

Malheureusement, quand il est mort, ma vie a changé et j’ai commencé à souffrir car tout le monde m’avait abandonné. Même si j’avais mon diplôme d’études primaires, le seul travail disponible à l’époque était d’aller servir un restaurateur au moins, pour être sûr du pain quotidien. Lorsque la souffrance est devenue insupportable, j’ai décidé de déménager à Lagos pour un pâturage plus vert en 1989. Malheureusement, en 1990, j’ai perdu ma mère et je suis rentrée chez moi pour donner le dernier respect à ma mère attentionnée.

Après l’enterrement de ma mère, je suis revenue à Lagos et j’ai trouvé un emploi dans un restaurant dans le quartier Surulere de Lagos sans salaire en tant qu’assistante alimentaire. Cependant, le propriétaire du centre alimentaire me permet de prendre le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner comme je le voulais. Même les clients me donnaient parfois un pourboire, que j’utilisais pour acheter du savon pour laver mes vêtements, de la crème pour le corps et des besoins personnels. Je n’ai pas économisé un centime mais cela m’a beaucoup aidé.

J’ai travaillé pendant 9 ans sans salaire et je n’ai pas eu d’autre choix que de commencer à planifier la façon d’ouvrir mon propre centre de restauration ou même de colportage à Surulere. Malheureusement pour moi, alors que je marchais sur la route, un soir, un véhicule venu de nulle part m’a jetée au sol et m’a cassé le bras droit et la jambe gauche.

Je n’avais pas d’argent pour me traiter car le conducteur qui m’a cognée m’a abandonnée plus tard. La vie est devenue difficile pour moi, car j’avais arrêté de vivre avec ma sœur avant d’avoir eu l’accident. (…)
Après l’accident, tout le monde m’a abandonnée et je n’avais plus d’argent pour continuer à payer pour une chambre.
C’est dans cette condition que j’ai rencontré une amie en 2008. Son nom est Fatila Musa. Elle me donnait de l’argent pour manger et atténuait ma souffrance. Un jour, elle m’a emmenée à son église et m’a dit que l’église avait un programme de deux mois qui commencerait de septembre à octobre et qu’elle aimerait que je l’accompagne.

Quand j’ai accepté, elle m’a dit que je devais utiliser ce que j’avais pour obtenir ce que je voulais. Je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire en utilisant ce que j’ai en tant que femme pour obtenir ce que je veux compte tenu de ce que l’accident a fait à mon corps. Elle m’a alors dit que ce que j’avais pouvait m’aider à obtenir ce que je voulais et que ce cadeau que j’avais était mon bras droit cassé.

Je lui ai alors demandé comment? Elle a dit qu’elle m’apprendrait comment porter ma main et comment la faire tomber de telle manière que la congrégation me croirait et quand je collecterai l’argent pour le rôle que j’ai joué, il sera raisonnable de commencer ma vie.

Après une répétition d’une journée, elle m’a emmenée chez un pasteur à Calvary Close, dans la région d’Ogba à Lagos. Elle a dit que le nom de l’église était Radiant Army Deliverance Ministry, alias Anthony Anthony.

Le premier jour où j’ai joué, j’ai eu 9 000 nairaq. La vie est devenue douce car les pasteurs étaient satisfaits de ma performance, mais quand les gens ont commencé à bavarder que la police pourrait faire un raid un jour, le pasteur a dit aux membres de me faire disparaître rapidement chaque fois que je terminais ma performance.

Lorsque les soupçons sont devenus trop importants, ils ont commencé à remplacer mon rôle par des performances enregistrées sur vidéo. En 2009, elle m’a transportée dans une autre église de Port Harcourt. J’ai joué dans trois églises pendant les trois jours où nous y sommes restés. La même année, nous avons déménagé dans la région d’Abakiliki, dans l’État d’Ebonyi.

Je suis musulmane, mais le pasteur, le prophète Goffrey Abbey me demandait seulement de baisser la main et je commençais à la baisser comme si son pouvoir était la chose qui la réduisait et sautait de joie à la tromperie de la congrégation qui applaudissait souvent de joie et louait Dieu pour le miracle. Je ne me souviens pas des noms de toutes les églises où elle m’a emmenée parce que leurs noms ne m’ont pas été révélés…”

Donnant plus de détails, elle a dit:

“J’ai perdu conscience car la souffrance a affaibli mon raisonnement. J’avais besoin d’argent pour soigner ma main et tout le monde m’a abandonnée. J’avais besoin de me nourrir. J’avais besoin de survivre.

Bien que je veuille être guérie, mais avec cette expérience, il serait difficile pour moi de croire à nouveau un pasteur. Je ne crois pas qu’un pasteur puisse me guérir. Si je vois tous les pasteurs impliqués dans l’arnaque avec moi, je les affronterai. Ils ne peuvent pas me refuser. Si je vois la femme, Fatila qui m’a portée jusqu’à eux, je la retiendrai. Je me fiche de l’aide qu’elle m’a apportée parce qu’elle m’utilisait aussi pour gagner de l’argent et me payait des cacahuètes.
Mon seul regret est que je savais que c’était une fausse performance miraculeuse, qui a trompé de nombreux enfants authentiques de Dieu et enrichi le faux miracle des pasteurs et prophètes.

C’est cette même fausse performance miracle à laquelle j’ai participé qui a poussé mon père à subir un AVC quand il a entendu qu’ils m’utilisaient pour gagner de l’argent

Lors de la première représentation, j’ai obtenu N9, 000, deuxième performance N7, 000, troisième performance N10, 000. À Port Harcourt, j’ai obtenu N10, 000, N7, 000 et N15, 000 tandis qu’à Abakaliki, j’ai joué une seule fois avant que les agents de l’IRT ne prennent d’assaut l’église et m’a fouettée d’où Fatila m’a cachée. Si je recouvre ma liberté, je ne le referai plus. Je chercherai de véritables affaires à faire.

Mon conseil aux gens qui vont à l’église est qu’ils devraient bien ouvrir les yeux et connaître le type d’église qu’ils adorent. S’ils sont prudents, ils découvriront à temps s’ils sont dans une véritable église ou avec de faux pasteurs et prophètes. “, dit-elle

Olasukanmi a promis à la police de les conduire aux différents pasteurs qui l’ont utilisée en échange de sa liberté.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Sadio Mané en visite au nouveau centre de formation de Liverpool (Photos)

17/11/2020

Sadio Mané...

Fraichement de retour à Liverpool, Mané a...
Un enfant de 5 ans meurt suite à une punition pour avoir pissé au lit

17/11/2020

Un enfant...

Yanis, un enfant de 5 ans, est-il...
Être célibataire est désormais un handicap, selon l’OMS

17/11/2020

Être célibataire...

Selon le Telegraph (quotidien d'information britannique), l’Organisation...
1 an après qu'il ait été qualifié de "laid", voici les nouvelles photos du joueur sénégalais Krépin Diatta

17/11/2020

1 an...

Krepin Diatta est un footballeur professionnel de...
Le banquier Tidjane Thiam détesté en Côte d'Ivoire ?

17/11/2020

Le banquier...

Si beaucoup pensent que Tidjane Thiam est...
« Ouattara a perdu la bataille de la communication au plan international »

17/11/2020

« Ouattara...

La presse occidentale et française en particulier...
« L’argent des élections ! Ouattara est fâché » : ADO convoque une réunion du RDHP ce 17 novembre 2020

17/11/2020

« L’argent...

Alassane Ouattara, Président du RHDP, convoque les...
Revue de la presse sénégalaise du 17 novembre 2020

17/11/2020

Revue de...

La revue de la presse sénégalaise du...
Jean-Christophe Belliard, ambassadeur de France à Abidjan: son message à la communauté française en Côte d’Ivoire

17/11/2020

Jean-Christophe Belliard,...

Message Jean-Christophe Belliard, Ambassadeur de France à...
Indice Mo Ibrahim 2020, bonne gouvernance : la Côte d’Ivoire classée 18e

17/11/2020

Indice Mo...

La Côte d’Ivoire occupe le 18e rang...
Covid-19 : la Russie signale 22.410 nouveaux cas d’infection

17/11/2020

Covid-19 :...

La Russie a enregistré 22.410 cas d’infection...
Coronavirus : le point dans le monde au 17 novembre 2020

17/11/2020

Coronavirus :...

Le point du Coronavirus dans le monde...
Il affirme avoir gagné la présidentielle américaine et non son adversaire démocrate Joe Biden. « J’ai gagné cette élection »

17/11/2020

Donald Trump...

Le présidant sortant Donald Trump n'est pas...
Présidentielle au Niger : démission des ministres et hauts fonctionnaires candidats

17/11/2020

Présidentielle au...

Présidentielle au Niger : des ministres et...
« Ouattara souffle le chaud et le froid face aux conditions catastrophiques de son élection contestée »

17/11/2020

« Ouattara...

Bally Ferro fait une analyse du bras...
Espagne : Un témoin a vu la police brutaliser un vendeur ambulant sénégalais...

17/11/2020

Espagne :...

Le tribunal de Las Palmas (Espagne) entame...
Amnesty appelle à la libération « sans condition » d’Affi

17/11/2020

Amnesty appelle...

Amnesty International appelle à libération « sans condition »...
Soro Guillaume aux Ivoiriens : « levons-nous, nul ne pourra nous imposer un 3e mandat inconstitutionnel »

17/11/2020

Soro Guillaume...

Soro Guillaume invite les Ivoiriens à se...
Opérations en Somalie : trois hauts responsables du groupe Shebab aux arrêts

17/11/2020

Opérations en...

L’armée somalienne a arrêté des membres du...
Embuscade au Burkina Faso : les 14 militaires inhumés

17/11/2020

Embuscade au...

Les 14 militaires burkinabè tombés dans une...

L’inspecteur général de l’équipe de réponse du renseignement de la police (IRT) à Lagos au Nigeria a arrêté une femme de 44 ans, Bose Olasukanmi, qui était utilisée par plusieurs pasteurs pour faire de faux miracles dans leurs églises.

Le faux miracle de la femme a été révélé en octobre de l’année dernière après que plusieurs vidéos d’elle guérie ” de sa mauvaise main aient fait surface en ligne. Selon Guardian, des sources policières disent qu’Olasukanmi a déménagé dans une autre église après avoir été payée pour chaque représentation réussie afin que leur astuce ne soit pas révélée par des personnes ou des relations qui pourraient la voir lors de sa prochaine représentation. S’adressant à des journalistes après son arrestation.

Olasukanmi a raconté comment elle s’était lancée dans les faux miracles ”

«Je viens d’Ilesha, dans l’État d’Osun. Je suis mariée. J’ai eu trois enfants. Malheureusement, deux sont décédés quelques heures après l’accouchement. Mon mari m’aimait tellement qu’il ne voulait pas que je fasse quoi que ce soit. Il voulait que je sois une femme au foyer et il avait honoré ma demande et il m’a traitée comme une reine.

Malheureusement, quand il est mort, ma vie a changé et j’ai commencé à souffrir car tout le monde m’avait abandonné. Même si j’avais mon diplôme d’études primaires, le seul travail disponible à l’époque était d’aller servir un restaurateur au moins, pour être sûr du pain quotidien. Lorsque la souffrance est devenue insupportable, j’ai décidé de déménager à Lagos pour un pâturage plus vert en 1989. Malheureusement, en 1990, j’ai perdu ma mère et je suis rentrée chez moi pour donner le dernier respect à ma mère attentionnée.

Après l’enterrement de ma mère, je suis revenue à Lagos et j’ai trouvé un emploi dans un restaurant dans le quartier Surulere de Lagos sans salaire en tant qu’assistante alimentaire. Cependant, le propriétaire du centre alimentaire me permet de prendre le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner comme je le voulais. Même les clients me donnaient parfois un pourboire, que j’utilisais pour acheter du savon pour laver mes vêtements, de la crème pour le corps et des besoins personnels. Je n’ai pas économisé un centime mais cela m’a beaucoup aidé.

J’ai travaillé pendant 9 ans sans salaire et je n’ai pas eu d’autre choix que de commencer à planifier la façon d’ouvrir mon propre centre de restauration ou même de colportage à Surulere. Malheureusement pour moi, alors que je marchais sur la route, un soir, un véhicule venu de nulle part m’a jetée au sol et m’a cassé le bras droit et la jambe gauche.

Je n’avais pas d’argent pour me traiter car le conducteur qui m’a cognée m’a abandonnée plus tard. La vie est devenue difficile pour moi, car j’avais arrêté de vivre avec ma sœur avant d’avoir eu l’accident. (…)
Après l’accident, tout le monde m’a abandonnée et je n’avais plus d’argent pour continuer à payer pour une chambre.
C’est dans cette condition que j’ai rencontré une amie en 2008. Son nom est Fatila Musa. Elle me donnait de l’argent pour manger et atténuait ma souffrance. Un jour, elle m’a emmenée à son église et m’a dit que l’église avait un programme de deux mois qui commencerait de septembre à octobre et qu’elle aimerait que je l’accompagne.

Quand j’ai accepté, elle m’a dit que je devais utiliser ce que j’avais pour obtenir ce que je voulais. Je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire en utilisant ce que j’ai en tant que femme pour obtenir ce que je veux compte tenu de ce que l’accident a fait à mon corps. Elle m’a alors dit que ce que j’avais pouvait m’aider à obtenir ce que je voulais et que ce cadeau que j’avais était mon bras droit cassé.

Je lui ai alors demandé comment? Elle a dit qu’elle m’apprendrait comment porter ma main et comment la faire tomber de telle manière que la congrégation me croirait et quand je collecterai l’argent pour le rôle que j’ai joué, il sera raisonnable de commencer ma vie.

Après une répétition d’une journée, elle m’a emmenée chez un pasteur à Calvary Close, dans la région d’Ogba à Lagos. Elle a dit que le nom de l’église était Radiant Army Deliverance Ministry, alias Anthony Anthony.

Le premier jour où j’ai joué, j’ai eu 9 000 nairaq. La vie est devenue douce car les pasteurs étaient satisfaits de ma performance, mais quand les gens ont commencé à bavarder que la police pourrait faire un raid un jour, le pasteur a dit aux membres de me faire disparaître rapidement chaque fois que je terminais ma performance.

Lorsque les soupçons sont devenus trop importants, ils ont commencé à remplacer mon rôle par des performances enregistrées sur vidéo. En 2009, elle m’a transportée dans une autre église de Port Harcourt. J’ai joué dans trois églises pendant les trois jours où nous y sommes restés. La même année, nous avons déménagé dans la région d’Abakiliki, dans l’État d’Ebonyi.

Je suis musulmane, mais le pasteur, le prophète Goffrey Abbey me demandait seulement de baisser la main et je commençais à la baisser comme si son pouvoir était la chose qui la réduisait et sautait de joie à la tromperie de la congrégation qui applaudissait souvent de joie et louait Dieu pour le miracle. Je ne me souviens pas des noms de toutes les églises où elle m’a emmenée parce que leurs noms ne m’ont pas été révélés…”

Donnant plus de détails, elle a dit:

“J’ai perdu conscience car la souffrance a affaibli mon raisonnement. J’avais besoin d’argent pour soigner ma main et tout le monde m’a abandonnée. J’avais besoin de me nourrir. J’avais besoin de survivre.

Bien que je veuille être guérie, mais avec cette expérience, il serait difficile pour moi de croire à nouveau un pasteur. Je ne crois pas qu’un pasteur puisse me guérir. Si je vois tous les pasteurs impliqués dans l’arnaque avec moi, je les affronterai. Ils ne peuvent pas me refuser. Si je vois la femme, Fatila qui m’a portée jusqu’à eux, je la retiendrai. Je me fiche de l’aide qu’elle m’a apportée parce qu’elle m’utilisait aussi pour gagner de l’argent et me payait des cacahuètes.
Mon seul regret est que je savais que c’était une fausse performance miraculeuse, qui a trompé de nombreux enfants authentiques de Dieu et enrichi le faux miracle des pasteurs et prophètes.

C’est cette même fausse performance miracle à laquelle j’ai participé qui a poussé mon père à subir un AVC quand il a entendu qu’ils m’utilisaient pour gagner de l’argent

Lors de la première représentation, j’ai obtenu N9, 000, deuxième performance N7, 000, troisième performance N10, 000. À Port Harcourt, j’ai obtenu N10, 000, N7, 000 et N15, 000 tandis qu’à Abakaliki, j’ai joué une seule fois avant que les agents de l’IRT ne prennent d’assaut l’église et m’a fouettée d’où Fatila m’a cachée. Si je recouvre ma liberté, je ne le referai plus. Je chercherai de véritables affaires à faire.

Mon conseil aux gens qui vont à l’église est qu’ils devraient bien ouvrir les yeux et connaître le type d’église qu’ils adorent. S’ils sont prudents, ils découvriront à temps s’ils sont dans une véritable église ou avec de faux pasteurs et prophètes. “, dit-elle

Olasukanmi a promis à la police de les conduire aux différents pasteurs qui l’ont utilisée en échange de sa liberté.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire