Nafi Diakhaté, l’amazone Sénégalaise qui veut révolutionner l’écosystème digital Africain


Video player

 Pour se tourner vers la communication digitale, sa passion, Nafi Diakhaté prend le risque d’abandonner ses études de spécialisation en Systèmes distribués, Gestion de données et Génie Logiciel. Véritable boîte à idées, son entreprise Digismile veut rendre digitalement visibles, les petites entreprises locales sans toutefois écarter celles étrangères. Découvrez le parcours exceptionnel d’une « Digitale Native » hors pair.

Magazine In Afrik : Qu’est-ce qui fait la particularité de votre parcours professionnel ?

Nafi Diakhaté : En 2010, durant ma dernière année de lycée, j’étais persuadée que j’allais suivre des études supérieures en biotechnologie. Je me suis finalement inscrite en Informatique. J’ai obtenu un bachelor en Administration de Réseaux informatiques. Juste avant de commencer ma spécialisation en Systèmes distribués, Gestion de données et Génie Logiciel, je me suis tournée vers la communication digitale.

Ce domaine m’intéressait beaucoup plus que celui que je suivais. J’ai alors renoncé à l’Université pour suivre des formations spécialisées sur les outils du web pour entreprises. Aujourd’hui encore, mes promotionnaires ont du mal à accepter le fait que j’ai décidé de quitter ma formation à mi-chemin. Je leur répète toujours ironiquement que:

Bill Gates n’a pas terminé ses études.

Alors, ils ne devraient pas s’en faire pour moi.

WhatsApp Image 2018 04 03 at 13.06.33 - Nafi Diakhaté, l’amazone Sénégalaise qui veut révolutionner l’écosystème digital Africain

Nafi Diakhaté, l’amazone Sénégalaise qui veut révolutionner l’écosystème digital Africain

Quelles sont vos expériences professionnelles ?

Je me souviens de mon premier travail, dans un magasin de vêtements d’une marque italienne. C’était une belle expérience que j’avais choisie de vivre pour comprendre l’industrie de la mode avant de lancer ma propre marque ; un projet que je murissais depuis mes 15 ans. J’ai quitté ce premier petit boulot pour rejoindre un groupe de médias sénégalais qui m’attendait pour un stage que je devais passer durant mes 4 semaines de vacance après la Licence 1. Suite à cela, la boîte m’a proposé de rester et j’ai accepté l’offre, en parallèle à mes cours. A un moment, je me suis retrouvée avec deux emplois à temps partiels, dans deux entreprises différentes, en plus de mes études.

J’avoue que cela était devenu psychologiquement épuisant et je ressentais de plus en plus le besoin de sortir de ma routine et découvrir d’autres univers. Cela a coïncidé avec ma découverte du domaine du webmarketing. J’ai hésité quelques temps puis j’ai remis ma démission pour me consacrer entièrement à mes différentes formations et surtout, avoir le temps de travailler sur un projet personnel de création d’entreprise. J’ai très vite eu la chance de travailler en freelance pour la couverture digitale d’évènements à Dakar. Au fil des recommandations, et en seulement quelques mois, j’ai commencé à être sollicitée par des jeunes entrepreneurs pour des conseils en social media marketing. Je suis ainsi devenue consultante, sans vraiment que cela n’ait été dans mes projets.

Lire la suite de l’interview sur Magazine InAfrik

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire