Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Miss Cameroun : « Que celui qui ne croit pas en l’enfer fasse un tour au COMICA »
30/12/2019 à 18h26 par Le Boy

"Cela fait à peine deux mois que j’ai eu le plaisir de parcourir douloureusement les 115 pages noircies par l’excès d’amertume et la déception d’Audrey ABOULA, 1ère dauphine Miss Cameroun 2016", peut-on lire sur le site 237online.com.

Dans ce récit autobiographique intitulé Une dauphine dans un monde de requins, la jeune et ambitieuse ABOULA nous raconte avec détails, son « chemin de croix à la quête de la couronne Miss Cameroun ».

Lire aussi : « Il est de votre responsabilité de donner aux femmes l’attention dont elles ont besoin pendant la grossesse », un acteur nigérian aux hommes

De l’aigreur maladive de la présidente du comité aux provocations incessantes de ses concurrentes en passant par les harcèlements sexuels de quelques hommes membres du comité qui ont du mal à tenir fermées leurs braguettes, sans oublier la pression incessante, le lobbying et le détournement des primes, Audrey nous ouvre grandement son cœur.

Admise aux élections Miss Cameroun grâce à sa couronne de 2ème dauphine Miss Ouest, son courage et sa détermination lui vaudront la couronne de 1ère dauphine jusqu’au 26 novembre 2016, date où elle déclare le divorce avec le COMICA (Comité d’organisation miss Cameroun) qui lui en a fait voir de toutes les couleurs, pour mettre sur pied sa boite de mannequinat.

Sans dénier à la déesse Audrey Nabila MONKAM sacrée Miss Cameroun 2020  sa beauté son intelligence et sa capacité à mener à bien la mission à elle confiée, aujourd’hui encore l’histoire se répète si drôlement que j’ai l’impression de vivre le récit tragique d’ABOULA. La victime de cette 14ème édition s’appelle BABASSAGANA Désirée Bernadette, la Miss Nord 2020. Âgée de 23 ans, Désirée met tout le monde d’accord quant à sa divine beauté. Titulaire de deux BTS dont l’un en action commerciale et l’autre en merchandising et d’une licence en gestion des ressources humaines, la jeune camerounaise est le fruit d’un brassage de la culture du Nord et celle du Centre Cameroun.

Ses atouts physiques et intellectuels, son bilinguisme, et son éloquence lui attireront beaucoup de sympathisants et feront d’elle la favorite de cette 14ème édition. Partie initialement avec le projet de sensibilisation pour le respect des droits de la femme, la déesse Désirée changera son fusil d’épaule en voyant sombrer la jeunesse camerounaise. Des statistiques alarmantes la feront opter pour un projet de sensibilisation d’une jeunesse encline à la consommation des stupéfiants tels que le cannabis, la cocaïne et le tramadol.

Néanmoins, « la Miss du vivre-ensemble » n’oublie pas le mal-être des femmes et s’exprime en ces termes : « Participer à Miss Cameroun est l’occasion de pérenniser mes idéaux et de devenir une ambassadrice de la gent féminine » ; comme quoi elle a beaucoup d’amour à offrir et suffisamment d’énergie pour se battre sur plusieurs fronts.

C’est avec regret que BABASSAGANA nous annonce à seulement quelques heures du début de la finale Miss Cameroun, son absence à une élection où des milliers d’yeux n’attendent qu’elle. L’objet de son absence serait un état critique de santé dans lequel elle se trouverait depuis bientôt une semaine. Fait curieux mais pas nouveau pour tout camerounais qui connait son pays. Politique omniprésente, lobbying, menaces, manipulation, élections factices, … On sait tous la rengaine par cœur. J’imagine la peine de Désirée qui a dû travailler dur pour en arriver là, juste aux portes de ses rêves, sans pouvoir toucher le poignet.

J’imagine davantage la déception de ceux des camerounais qui ont mis en elle leur espoir, pour sa beauté et son intelligence. Il faut avouer qu’elle était plutôt bien partie pour devenir Miss Univers. Malheureusement, il ne s’en est pas fallu de quelques heures pour que des posts la traitant de lesbienne se mettent à jaillir de la toile. C’est d’autant plus écœurant que ce soient des jeunes « stupides et manipulés » qui fassent courir sur elle une telle rumeur. Comme quoi il faudrait la briser elle après avoir brisé ses rêves.

Je parle aujourd’hui au nom de toutes les jeunes femmes braves qui travaillent d’arrache-pied pour réaliser leurs rêves mais que la société et le système broient dans la machine de la médiocrité, du lobbying, de la phallocratie et de la politique. Je parle pour toutes ces jeunes femmes qui continuent de porter chaque jour le fardeau de la féminité. Je parle pour une jeunesse sacrifiée qui peine à voir le bout du tunnel, pour que vive l’excellence, pour que vive le Cameroun.

Source : 237online.com

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 455 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces/ site de vente et d'achat 100% Togo

togopapel Offre d'emploi et concours

Plus sur Doingbuzz

fiancé,fille

23/01/2021

« Je jalouse...

 Il y a des histoires comme celle...
Que sait-on des variants du Covid-19 ?

23/01/2021

Que sait-on...

Apparemment, les variants du Covid-19 font craindre...
Entreprise lettonie

23/01/2021

Lettonie :...

Kantora est une entreprise en lettonie dont...
Paris : Une rue porte désormais le nom de Thomas Sankara

23/01/2021

Paris :...

Un hommage à Thomas Sankara ? Dans une...
Côte d’Ivoire : le parti de Guillaume Soro boycotte les législatives

23/01/2021

Côte d’Ivoire...

Après avoir offert un immense spectacle durant...
Football : Bonne nouvelle pour kolo Touré

23/01/2021

Football :...

Bonne nouvelle pour kolo Touré. Le Champion...
CHAN 2021: Ouganda vs Togo: Ouro Agoro Ismaël élu homme du match

23/01/2021

CHAN 2021:...

Les éperviers locaux du Togo ont battu...
Jeux Olympiques de Tokyo: Le premier ministre japonais confirme la tenue des JO

23/01/2021

Jeux Olympiques...

  le gouvernement japonais dément toute intention...
donald trump

23/01/2021

Donald Trump...

Donald Trump a été accusé le 13...
CHAN 2021: Les éperviers locaux se relancent dans le groupe C

23/01/2021

CHAN 2021:...

Le Togo a enregistré sa première victoire...
Extraterrestres : 2700 documents déclassifiés pour prouver leur existence

23/01/2021

Extraterrestres :...

2700 documents déclassifiés pour prouver l'existence  des...
Singuila, un homme à la voix d'or, au timbre envoûtant, et aux mots ensorcelant.

23/01/2021

Singuila, un...

  Quand on parle de Singuila, la...
Tonto Dikeh , un modèle pour les femmes africaines.

23/01/2021

Tonto Dikeh...

Aujourd'hui tu es connu grâce à ton...
Jude littler, une femme qui doit sa renommée à son ex-mari.

23/01/2021

Jude littler,...

  Jude littler est surtout connu comme...
Garder le sourire, l'un des remèdes les plus efficaces pour guérir certains maux

23/01/2021

Garder le...

  Le sourire est l'un des remèdes...
Belle Fille, un film aussi drôle que interressant.

23/01/2021

Belle Fille,...

  D'après le dictionnaire universel, une Belle...
Ashish Kumar Pandey, un homme froid qui assasina sa femme sans arrière pensée.

23/01/2021

Ashish Kumar...

  On rencontre parfois et cela paraît...
Actualités du jour sur Doingbuzz: Vendredi le 22 Janvier 2021

23/01/2021

Actualités du...

Nous vous proposons  un condensé des articles du...
Togo : vers un nouveau couvre-feu dans le grand Lomé

22/01/2021

Togo : vers...

La lutte contre la Covid-19 est loin de prendre...
Sciences : un journaliste togolais décroche un prix mondial

22/01/2021

Sciences : un journaliste...

Le département scientifique de la sphère journalistique togolaise est...

"Cela fait à peine deux mois que j’ai eu le plaisir de parcourir douloureusement les 115 pages noircies par l’excès d’amertume et la déception d’Audrey ABOULA, 1ère dauphine Miss Cameroun 2016", peut-on lire sur le site 237online.com.

Dans ce récit autobiographique intitulé Une dauphine dans un monde de requins, la jeune et ambitieuse ABOULA nous raconte avec détails, son « chemin de croix à la quête de la couronne Miss Cameroun ».

Lire aussi : « Il est de votre responsabilité de donner aux femmes l’attention dont elles ont besoin pendant la grossesse », un acteur nigérian aux hommes

De l’aigreur maladive de la présidente du comité aux provocations incessantes de ses concurrentes en passant par les harcèlements sexuels de quelques hommes membres du comité qui ont du mal à tenir fermées leurs braguettes, sans oublier la pression incessante, le lobbying et le détournement des primes, Audrey nous ouvre grandement son cœur.

Admise aux élections Miss Cameroun grâce à sa couronne de 2ème dauphine Miss Ouest, son courage et sa détermination lui vaudront la couronne de 1ère dauphine jusqu’au 26 novembre 2016, date où elle déclare le divorce avec le COMICA (Comité d’organisation miss Cameroun) qui lui en a fait voir de toutes les couleurs, pour mettre sur pied sa boite de mannequinat.

Sans dénier à la déesse Audrey Nabila MONKAM sacrée Miss Cameroun 2020  sa beauté son intelligence et sa capacité à mener à bien la mission à elle confiée, aujourd’hui encore l’histoire se répète si drôlement que j’ai l’impression de vivre le récit tragique d’ABOULA. La victime de cette 14ème édition s’appelle BABASSAGANA Désirée Bernadette, la Miss Nord 2020. Âgée de 23 ans, Désirée met tout le monde d’accord quant à sa divine beauté. Titulaire de deux BTS dont l’un en action commerciale et l’autre en merchandising et d’une licence en gestion des ressources humaines, la jeune camerounaise est le fruit d’un brassage de la culture du Nord et celle du Centre Cameroun.

Ses atouts physiques et intellectuels, son bilinguisme, et son éloquence lui attireront beaucoup de sympathisants et feront d’elle la favorite de cette 14ème édition. Partie initialement avec le projet de sensibilisation pour le respect des droits de la femme, la déesse Désirée changera son fusil d’épaule en voyant sombrer la jeunesse camerounaise. Des statistiques alarmantes la feront opter pour un projet de sensibilisation d’une jeunesse encline à la consommation des stupéfiants tels que le cannabis, la cocaïne et le tramadol.

Néanmoins, « la Miss du vivre-ensemble » n’oublie pas le mal-être des femmes et s’exprime en ces termes : « Participer à Miss Cameroun est l’occasion de pérenniser mes idéaux et de devenir une ambassadrice de la gent féminine » ; comme quoi elle a beaucoup d’amour à offrir et suffisamment d’énergie pour se battre sur plusieurs fronts.

C’est avec regret que BABASSAGANA nous annonce à seulement quelques heures du début de la finale Miss Cameroun, son absence à une élection où des milliers d’yeux n’attendent qu’elle. L’objet de son absence serait un état critique de santé dans lequel elle se trouverait depuis bientôt une semaine. Fait curieux mais pas nouveau pour tout camerounais qui connait son pays. Politique omniprésente, lobbying, menaces, manipulation, élections factices, … On sait tous la rengaine par cœur. J’imagine la peine de Désirée qui a dû travailler dur pour en arriver là, juste aux portes de ses rêves, sans pouvoir toucher le poignet.

J’imagine davantage la déception de ceux des camerounais qui ont mis en elle leur espoir, pour sa beauté et son intelligence. Il faut avouer qu’elle était plutôt bien partie pour devenir Miss Univers. Malheureusement, il ne s’en est pas fallu de quelques heures pour que des posts la traitant de lesbienne se mettent à jaillir de la toile. C’est d’autant plus écœurant que ce soient des jeunes « stupides et manipulés » qui fassent courir sur elle une telle rumeur. Comme quoi il faudrait la briser elle après avoir brisé ses rêves.

Je parle aujourd’hui au nom de toutes les jeunes femmes braves qui travaillent d’arrache-pied pour réaliser leurs rêves mais que la société et le système broient dans la machine de la médiocrité, du lobbying, de la phallocratie et de la politique. Je parle pour toutes ces jeunes femmes qui continuent de porter chaque jour le fardeau de la féminité. Je parle pour une jeunesse sacrifiée qui peine à voir le bout du tunnel, pour que vive l’excellence, pour que vive le Cameroun.

Source : 237online.com

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 455 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire