Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Me Madicke NIANG : «Le Sénégal pourrait être confronté à toutes sortes de troubles»
08/09/2018 à 13h15 par Steven Ablam Kpoglo

Comme tous les leaders de l’opposition, Me Madické Niang dénonce la façon dont le président Macky Sall conduit le processus électoral surtout avec l’introduction du parrainage à la prochaine présidentielle. Le président du groupe parlementaire du Pds prévient le chef de l’Etat sur les risques de troubles dans le pays que pourrait engendrer le parrainage.

(Correspondance) – Me Madické Niang est très remonté contre le président Macky Sall et ses collaborateurs qui l’aident à imposer le parrainage. L’ancien ministre des Affaires étrangères dans le régime du président Abdoulaye Wade n’a pas manqué d’alerter le pouvoir en guise d’avertissement : «Le Sénégal n’a jamais connu ce qui se passe actuellement. Le président Macky Sall a soutenu lors de la Tabaski que tout est réglé pour le parrainage et qu’il ne reste que sa mise en œuvre. Or ce sont ses règles à lui. Il a agi seul et il n’y a rien de consensuel dans la mise en œuvre du parrainage. Donc nous l’invitons à revoir les choses. Car, avec sa propension à maintenir le parrainage, le Sénégal pourrait être confronté à toutes sortes de troubles. Et nous ne le souhaitons pas», avertit-il dans l’entretien exclusif qu’il a accordé au groupe Walf.

Me Madické Niang se veut formel : «Le parrainage est un échec du président Macky Sall. Et il en porte la responsabilité. Ils se sont inspirés de ce qui est fait dans deux pays, deux pays d’essence communiste qui appartenaient au bloc communiste et qui sont devenus des démocraties libérales. Mais on ne le verra ni en France, ni dans les grandes démocraties. Avec le président Macky Sall, c’est un grand recul que la démocratie sénégalaise a eu à connaître». Ainsi parlait mardi, à Saint-Louis, le responsable libéral, à la veille du Magal des deux Raakas, en marge de la cérémonie consacrant la nuit du parrain.

L’ancien ministre de la Justice argumente, ainsi, son assertion : «D’abord aussi bien la loi constitutionnelle que la loi modifiant le code électoral violaient des textes de la Constitution. Par exemple, l’article 4 de la Constitution met les partis politiques au dessus des indépendants. En imposant les mêmes conditions aux partis politiques et aux indépendants, on viole la légalité qui a été chantée par le régime en disant que les Sénégalais sont tous égaux devant la loi. Un parti politique ne peut pas jouer le même rôle que quelqu’un qui se présente en indépendant. Il fallait d’abord modifier l’article 4 de la Constitution», relève l’ex-Garde des Sceaux.

L’ancien chef de la diplomatie sénégalaise poursuit en ces termes : «Imposer le parrainage, c’est violer le secret du vote. C’est un vote à la lettre qui permet au pouvoir de s’appuyer dessus d’abord pour pouvoir diriger le vote vers le président Macky Sall. Deuxièmement, pour pouvoir justifier demain, les fraudes qui peuvent être entreprises. Par exemple, personne ne peut comprendre qu’on parle d’un maximum de soixante et quelques mille signatures et que le parti au pouvoir dit vouloir deux millions de signatures. C’est pour dire : nous avons deux millions d’électeurs et on viole le secret du vote, on vote à la lettre», s’offusque l’avocat.

De l’avis de Me Madické Niang, «ce qui est plus grave, Macky Sall se permet, aujourd’hui, de changer et de violer toutes les règles qui lui ont permis de gagner. Il trouve des droits acquis qui lui ont permis de triompher, d’arriver là où il est. Et il les change à quelques mois de la présidentielle. Nous sommes à six mois des élections et les acteurs ne sont pas d’accord sur les conditions dans lesquelles elles vont se dérouler. C’est une catastrophe», martèle avec force l’ex plénipotentiaire de la diplomatie sénégalaise.

 

SENCLIC

 

 

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Grosse bagarre entre le mari de Soumboulou, Serigne Abdoulaye Diop Khass et... (Vidéo)

16/11/2020

Grosse bagarre...

Le mari de l'actrice Soumboulou, Serigne Abdoulaye...
Sénégal : Le Concours "Leumbeul" qui enflamme la Toile (Vidéo)

16/11/2020

Sénégal :...

Poser ou se filmer à moitié nue...
Hamed Bakayoko :"Cette transition est la preuve qu'ils voulaient faire un coup d'État"

16/11/2020

Hamed Bakayoko...

Pour Hamed Bakayoko  Ministre d’Etat, ministre de...
(COVID-19) L’Algérie enregistre un nouveau record d’infections en dépassant la barre des 900 cas

16/11/2020

(COVID-19) L’Algérie...

ACTUALITES ALGER, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Le Kenya a perdu 8 médecins à cause du COVID-19 en novembre

16/11/2020

Le Kenya...

ACTUALITES NAIROBI, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Le nombre de cas de COVID-19 au Myanmar dépasse 70.000 et 1.599 décès au total

16/11/2020

Le nombre...

ACTUALITES RANGOUN, 16 novembre 2020 (Yeclo avec...
Violence en Guinée ,Alpha Condé tend la main à l’opposition

16/11/2020

Violence en...

Violence en Guinée : le Président de...
Le dernier rapport d’Amnesty International sur la Côte d’Ivoire qui enfonce Ouattara

16/11/2020

Le dernier...

Amnesty International invite ce 16 novembre 2020,...
Violences à Saioua : les populations invitées à œuvrer pour la paix

16/11/2020

Violences à...

Violences à Saioua : le sous-préfet Baba...
La gendarmerie lance un avis de recherche pour le meurtre d’un gendarme et oublie le jeune Koffi Toussaint décapité à Daoukro

16/11/2020

La gendarmerie...

La gendarmerie a lancé un avis de...
Décapitation du jeune Koffi Toussaint à Daoukro : un cadre du PDCI lance un avis de recherche pour retrouver le meurtrier

16/11/2020

Décapitation du...

Jean-Yves Esso du PDCI, lance un avis...
Côte d’Ivoire / Crise politique : l’international Didier Drogba livre un important message

16/11/2020

Côte d’Ivoire...

Didier Drogba, ancien capitaine de l’Equipe nationale...
Côte d’Ivoire/M’Batto : la grotte de la vierge Marie détruite à Assaouffoué par des individus non identifiés !

16/11/2020

Côte d’Ivoire/M’Batto...

La grotte de la vierge Marie profanée...
Félicitation de Macron à Ouattara/ Soro:” ça serait pire que de l’ingérence”

16/11/2020

Félicitation de...

Avant qu’il se prononce convenablement, Guillaume Soro...
Abdou K. Guèye s'attaque à Oustaz A. Sall: « Il reçoit toujours l'argent de...»

16/11/2020

Abdou K....

Invité de l’émission « Yes Week-end »...
Franklin Nyamsi, conseiller de Soro: “Le Drian est un raciste. Il considère que les Nègres sont des sous-hommes”

16/11/2020

Franklin Nyamsi,...

Franklin Nyamsi, Conseiller Spécial de Guillaume Soro...
Nigeria : un ex-international enlevé par des hommes armés !

16/11/2020

Nigeria :...

Christian Obodo (21 sélections, 4 buts), ancien joueur de...
Michel Larive, député français, sur l’élection de Ouattara: “C’est un coup de force anticonstitutionnel”

16/11/2020

Michel Larive,...

“En dépit des règles constitutionnelles en vigueur...
Soro découvre la lettre complète de Macron à Ouattara et s’écrie: “Féliciter quelqu’un qui vient de violer une Constitution avec plus de 100 morts dont un décapité”

16/11/2020

Soro découvre...

Guillaume Soro a exprimé une énorme déception...
Marichou fait sa premiere apparition après son problème avec Touba (Photos)

16/11/2020

Marichou fait...

Après son histoire de selfie faite à...

Comme tous les leaders de l’opposition, Me Madické Niang dénonce la façon dont le président Macky Sall conduit le processus électoral surtout avec l’introduction du parrainage à la prochaine présidentielle. Le président du groupe parlementaire du Pds prévient le chef de l’Etat sur les risques de troubles dans le pays que pourrait engendrer le parrainage.

(Correspondance) – Me Madické Niang est très remonté contre le président Macky Sall et ses collaborateurs qui l’aident à imposer le parrainage. L’ancien ministre des Affaires étrangères dans le régime du président Abdoulaye Wade n’a pas manqué d’alerter le pouvoir en guise d’avertissement : «Le Sénégal n’a jamais connu ce qui se passe actuellement. Le président Macky Sall a soutenu lors de la Tabaski que tout est réglé pour le parrainage et qu’il ne reste que sa mise en œuvre. Or ce sont ses règles à lui. Il a agi seul et il n’y a rien de consensuel dans la mise en œuvre du parrainage. Donc nous l’invitons à revoir les choses. Car, avec sa propension à maintenir le parrainage, le Sénégal pourrait être confronté à toutes sortes de troubles. Et nous ne le souhaitons pas», avertit-il dans l’entretien exclusif qu’il a accordé au groupe Walf.

Me Madické Niang se veut formel : «Le parrainage est un échec du président Macky Sall. Et il en porte la responsabilité. Ils se sont inspirés de ce qui est fait dans deux pays, deux pays d’essence communiste qui appartenaient au bloc communiste et qui sont devenus des démocraties libérales. Mais on ne le verra ni en France, ni dans les grandes démocraties. Avec le président Macky Sall, c’est un grand recul que la démocratie sénégalaise a eu à connaître». Ainsi parlait mardi, à Saint-Louis, le responsable libéral, à la veille du Magal des deux Raakas, en marge de la cérémonie consacrant la nuit du parrain.

L’ancien ministre de la Justice argumente, ainsi, son assertion : «D’abord aussi bien la loi constitutionnelle que la loi modifiant le code électoral violaient des textes de la Constitution. Par exemple, l’article 4 de la Constitution met les partis politiques au dessus des indépendants. En imposant les mêmes conditions aux partis politiques et aux indépendants, on viole la légalité qui a été chantée par le régime en disant que les Sénégalais sont tous égaux devant la loi. Un parti politique ne peut pas jouer le même rôle que quelqu’un qui se présente en indépendant. Il fallait d’abord modifier l’article 4 de la Constitution», relève l’ex-Garde des Sceaux.

L’ancien chef de la diplomatie sénégalaise poursuit en ces termes : «Imposer le parrainage, c’est violer le secret du vote. C’est un vote à la lettre qui permet au pouvoir de s’appuyer dessus d’abord pour pouvoir diriger le vote vers le président Macky Sall. Deuxièmement, pour pouvoir justifier demain, les fraudes qui peuvent être entreprises. Par exemple, personne ne peut comprendre qu’on parle d’un maximum de soixante et quelques mille signatures et que le parti au pouvoir dit vouloir deux millions de signatures. C’est pour dire : nous avons deux millions d’électeurs et on viole le secret du vote, on vote à la lettre», s’offusque l’avocat.

De l’avis de Me Madické Niang, «ce qui est plus grave, Macky Sall se permet, aujourd’hui, de changer et de violer toutes les règles qui lui ont permis de gagner. Il trouve des droits acquis qui lui ont permis de triompher, d’arriver là où il est. Et il les change à quelques mois de la présidentielle. Nous sommes à six mois des élections et les acteurs ne sont pas d’accord sur les conditions dans lesquelles elles vont se dérouler. C’est une catastrophe», martèle avec force l’ex plénipotentiaire de la diplomatie sénégalaise.

 

SENCLIC

 

 

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire