Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Mandat d’arrêt en Afrique du Sud contre un haut responsable politique
10/11/2020 à 21h31 par Sunlight

Mandat d’arrêt en Afrique du Sud contre un haut responsable politique

Mandat d’arrêt en Afrique du Sud contre un haut responsable politique

Mandat d'arrêt en Afrique du Sud contre un haut responsable politique

 

Un mandat d'arrêt a été émis contre l'un des plus hauts responsables du Congrès national africain (ANC) au pouvoir en Afrique du Sud pour corruption présumée, selon la police.

L'affaire contre Ace Magashule est liée à l'attribution d'un contrat gouvernemental de 16 millions de dollars (12 millions de livres sterling) en 2014.

Il a déclaré aux médias locaux qu'il n'était pas inquiet car il n'avait rien fait de mal.

Il est le plus haut responsable de l'ANC qui risque des poursuites depuis l'entrée en fonction du président Cyril Ramaphosa en 2018.

 

M. Ramaphosa est le chef de l'ANC, mais lui et M. Magashule, qui est le secrétaire général du parti, viennent de factions rivales.

Le président a promis de lutter contre la corruption et de promouvoir la bonne gouvernance lors de son entrée en fonction, qualifiant le mandat de son prédécesseur Jacob Zuma de "neuf années perdues".

M. Magushule est largement considéré comme un faiseur de rois politique au sein de l'ANC et est un allié fidèle de M. Zuma, qui a été accusé de corruption pour un accord d'armement, rapporte Pumza Fihlani de la BBC de la ville principale de Johannesburg.

M. Zuma nie les accusations.

Le président sud-africain et président du parti au pouvoir, l'African National Congress (ANC) Cyril Ramaphosa rend visite aux résidents locaux lors d'une visite de campagne de porte à porte dans le canton de Clermont, le 31 mars 2019DROIT D'AUTEUR D'IMAGEGETTY IMAGES
légendeLe président Ramaphosa a mené l'ANC à la victoire aux élections générales de 2019

L'ANC a déclaré avoir pris connaissance du mandat d'arrêt contre M. Magashule par le biais des médias et qu'il consulterait ses avocats.

Une porte-parole de l'unité de police d'élite Hawks a déclaré à l'agence de presse Reuters que M. Magashule devait comparaître devant le tribunal vendredi.

"Il n'a pas encore été arrêté mais le mandat a été signé", a déclaré Lynda Steyn.

Le contrat de désamiantage au cœur des allégations

La corruption présumée a eu lieu lorsque M. Magashule était à la tête du gouvernement provincial de l'État libre en 2014.

L'Afrique du Sud a neuf gouvernements provinciaux, avec d'énormes budgets sous leur contrôle.

Le contrat de 16 millions de dollars a été attribué à des entreprises privées pour l'élimination de l'amiante dans les maisons à bas prix, mais il est allégué qu'il y a eu des pots-de-vin et des paiements suspects, selon notre journaliste.

Dans sa réaction au mandat d'arrêt, M. Magashule a déclaré au radiodiffuseur local privé eNCA: "Je ne suis pas du tout inquiet parce que je sais que je n'ai rien fait de mal en tant que citoyen sud-africain respectueux des lois."

M. Magashule a catapulté sur la scène politique nationale lorsqu'il a été élu secrétaire général de l'ANC en 2017 après avoir battu de justesse un candidat allié à M. Ramaphosa.

Il est en charge de la gestion quotidienne du parti, qui est au gouvernement depuis la fin du régime de la minorité blanche en 1994.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 417 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces/ site de vente et d'achat 100% Togo

togopapel Offre d'emploi et concours

Mandat d'arrêt en Afrique du Sud contre un haut responsable politique

 

Un mandat d'arrêt a été émis contre l'un des plus hauts responsables du Congrès national africain (ANC) au pouvoir en Afrique du Sud pour corruption présumée, selon la police.

L'affaire contre Ace Magashule est liée à l'attribution d'un contrat gouvernemental de 16 millions de dollars (12 millions de livres sterling) en 2014.

Il a déclaré aux médias locaux qu'il n'était pas inquiet car il n'avait rien fait de mal.

Il est le plus haut responsable de l'ANC qui risque des poursuites depuis l'entrée en fonction du président Cyril Ramaphosa en 2018.

 

M. Ramaphosa est le chef de l'ANC, mais lui et M. Magashule, qui est le secrétaire général du parti, viennent de factions rivales.

Le président a promis de lutter contre la corruption et de promouvoir la bonne gouvernance lors de son entrée en fonction, qualifiant le mandat de son prédécesseur Jacob Zuma de "neuf années perdues".

M. Magushule est largement considéré comme un faiseur de rois politique au sein de l'ANC et est un allié fidèle de M. Zuma, qui a été accusé de corruption pour un accord d'armement, rapporte Pumza Fihlani de la BBC de la ville principale de Johannesburg.

M. Zuma nie les accusations.

Le président sud-africain et président du parti au pouvoir, l'African National Congress (ANC) Cyril Ramaphosa rend visite aux résidents locaux lors d'une visite de campagne de porte à porte dans le canton de Clermont, le 31 mars 2019DROIT D'AUTEUR D'IMAGEGETTY IMAGES
légendeLe président Ramaphosa a mené l'ANC à la victoire aux élections générales de 2019

L'ANC a déclaré avoir pris connaissance du mandat d'arrêt contre M. Magashule par le biais des médias et qu'il consulterait ses avocats.

Une porte-parole de l'unité de police d'élite Hawks a déclaré à l'agence de presse Reuters que M. Magashule devait comparaître devant le tribunal vendredi.

"Il n'a pas encore été arrêté mais le mandat a été signé", a déclaré Lynda Steyn.

Le contrat de désamiantage au cœur des allégations

La corruption présumée a eu lieu lorsque M. Magashule était à la tête du gouvernement provincial de l'État libre en 2014.

L'Afrique du Sud a neuf gouvernements provinciaux, avec d'énormes budgets sous leur contrôle.

Le contrat de 16 millions de dollars a été attribué à des entreprises privées pour l'élimination de l'amiante dans les maisons à bas prix, mais il est allégué qu'il y a eu des pots-de-vin et des paiements suspects, selon notre journaliste.

Dans sa réaction au mandat d'arrêt, M. Magashule a déclaré au radiodiffuseur local privé eNCA: "Je ne suis pas du tout inquiet parce que je sais que je n'ai rien fait de mal en tant que citoyen sud-africain respectueux des lois."

M. Magashule a catapulté sur la scène politique nationale lorsqu'il a été élu secrétaire général de l'ANC en 2017 après avoir battu de justesse un candidat allié à M. Ramaphosa.

Il est en charge de la gestion quotidienne du parti, qui est au gouvernement depuis la fin du régime de la minorité blanche en 1994.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 417 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire