Mali : la Suède se retire de la mission des forces spéciales dirigée par la France

La présence de l’entreprise militaire privée russe Wagner sur le sol Mali agace toujours en Europe. Cette année, la Suède compte se retirer ses troupes de la mission des forces spéciales européennes dans la région du Sahel et réexaminer sa participation à la force de l’ONU au Mali.

Le parlement suédois a approuvé le déploiement d’un maximum de 150 soldats à Takuba en 2020 et il compte quelque 250 militaires dans le cadre de la Minusma, qui court jusqu’en 2024. Toutefois, la présence militaire suédoise sur le sol malien ne va pas durer, d’après la ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde.

La ministre a critiqué la junte militaire malienne pour avoir tenté d’étendre son emprise sur le pouvoir en raison du programme électoral de transition et pour avoir engagé les mercenaires russes.

« Nous avons déjà décidé que cette année nous nous retirerons de la force de Takuba », a déclaré Ann Linde aux journalistes ce vendredi 14 janvier 2022 en marge d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE dans l’ouest de la France, faisant référence à la force opérationnelle européenne dans le pays de l’Afrique de l’Ouest.

« La question est de savoir ce que nous faisons de la Minusma », a-t-elle ajouté, en référence à la mission de maintien de la paix des Nations unies au Mali. Selon une source militaire française citée par Reuters, la Suède a toujours prévu de retirer ses troupes au bout de deux ans et son mandat a pris fin en mars. La source a précisé que les officiers suédois continueraient à faire partie de la mission.

L’opération Takuba dirigée par la France

Takuba a été établi comme un successeur partiel d’une opération française de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest. Elle comprend quelque 14 pays européens, qui fournissent des forces spéciales et un soutien logistique et tactique aux côtés des troupes régionales pour des opérations ciblées contre les militants islamistes.

Le gouvernement intérimaire malien dirigé par l’armée, qui souhaite prolonger son mandat de cinq ans, a accusé Paris de l’abandonner. Invoquant des besoins de sécurité, le Mali a engagé des contractants militaires privés du groupe russe Wagner, dont les membres sont pour la plupart d’anciens militaires.

La France et ses alliés ont déclaré que le recours du Mali au groupe Wagner était incompatible avec leur présence militaire. L’arrivée de mercenaires russes au Mali a aggravé les tensions entre l’Europe et la Russie dans un contexte de crise à la frontière de l’Ukraine.

En outre, l’Union européenne imposera des sanctions au Mali, conformément aux mesures déjà prises par le groupement d’États d’Afrique de l’Ouest de la CEDEAO en raison du retard pris par la junte dans la tenue d’élections après le coup d’État de 2020.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire