L’OMS cherche plus d’argent pour tenir bon


Video player

L’Organisation mondiale de la santé a fait l’objet d’une attention sans précédent pendant la pandémie. Certaines d’entre elles ont été bonnes – il a été question de gagner un prix Nobel de la paix pour ses efforts – certaines d’entre elles étaient mauvaises – des attaques féroces de Pékin et de Washington.

Une chose qui n’a pas tellement changé, cependant, c’est l’argent. Ou plutôt, le fait qu’il n’y en ait pas assez. Le budget initial de l’OMS sur deux ans pour 2020 et 2021 était de 4,8 milliards de dollars, avec un autre milliard réservé aux opérations d’urgence. C’est une somme d’argent considérable – jusqu’à ce que vous considériez le fait qu’il s’agit du premier organisme de santé mondial au monde avec un portefeuille presque illimité, que les responsables de l’OMS n’oublient jamais.

Sur une base annuelle, le budget initial de l’OMS de moins de 3 milliards de dollars est bien inférieur à la moitié du budget proposé par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis pour 2020. En fait, il est bien inférieur au revenu net de nombreux grands hôpitaux aux États-Unis. .

Alors que la pandémie a entraîné une augmentation des fonds supplémentaires versés à l’OMS, portant le total de ses fonds disponibles à plus de 8 milliards de dollars, cet argent est un accord ponctuel, lié à une urgence plutôt qu’à des objectifs à long terme. La pandémie a également révélé la nature précaire du budget de l’OMS, qui se présente en grande partie sous la forme de fonds volontaires de gouvernements étrangers et d’autres donateurs.

Au début de la pandémie, le président Donald Trump a annoncé en avril 2020 qu’il suspendrait les contributions américaines au milieu des allégations selon lesquelles l’OMS « gérait gravement et couvrait la propagation du coronavirus ». L’administration Trump a ensuite décidé de se retirer de l’OMS, suggérant même qu’elle retiendrait environ 62 millions de dollars de financement promis à l’organisation.

Bien que Trump soit parti, les inquiétudes concernant le financement de l’OMS ne le sont pas. Et même avec un nouveau leadership, les États-Unis restent au centre du débat.

Cette semaine, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que l’organisation ne pouvait pas atteindre ses objectifs sans réformer le modèle de financement. “Si le modèle de financement actuel continue, l’OMS est mise en place pour échouer”, a-t-il déclaré lundi aux délégués à Genève.

Au départ, la majorité du financement de l’OMS provenait des cotisations évaluées des États membres, qui étaient échelonnées en fonction du revenu et de la taille de la population, de sorte que les pays riches comme les États-Unis payaient le plus. Cependant, au cours des 30 dernières années, ces frais sont restés essentiellement stables après que le président Ronald Reagan a poussé à geler les contributions aux agences des Nations Unies par crainte qu’elles ne soient politisées.

Confrontée à la tâche difficile d’obliger les gouvernements à payer plus, l’OMS s’est plutôt tournée vers le financement volontaire pour combler le déficit, les gouvernements pouvant choisir de faire des dons ponctuels. Ces dons représentent désormais plus de 80 % des budgets récents de l’OMS.

Le problème pour les responsables de l’OMS est que, contrairement aux cotisations fixées qui sont utilisées comme bon leur semble, les contributions volontaires des gouvernements et des organisations privées sont souvent affectées à des programmes spécifiques. Ces programmes peuvent être conformes aux intérêts nationaux, parfois assortis de conditions restrictives, et sont souvent de courte durée.

L’année dernière, l’OMS a mis en place un groupe de travail pour examiner le “financement durable” de l’organisation. L’une des possibilités auxquelles le groupe est parvenu était que les contributions obligatoires augmentent progressivement afin qu’elles représentent finalement 50 % du budget de base de l’OMS en 2029. Il n’est actuellement que de 17 %.

D’autres soutiennent qu’il devrait viser plus haut.

Certes, le dossier de l’OMS a été miné par des scandales. L’enquête agitée de l’organisation sur les origines du covid-19, ainsi que les allégations d’abus sexuels accablantes contre des membres du personnel lors de l’épidémie d’Ebola au Congo, ont suscité des inquiétudes quant à la capacité de l’organisme à tenir tête à la Chine et à un prétendu manque de transparence.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - L'OMS cherche plus d'argent pour tenir bon Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire