« L’OIF s’est rendu compte que les élections ne sont pas transparentes’’


Video player

Dans plusieurs pays africains, les élections présidentielles sont souvent contestées. Cela est dû au fait que la plupart de ces élections ne sont pas transparentes. La Guinée n’est pas épargnée de ces cas de contestations. D’ailleurs c’est justement pour ces cas de fraudes d’élections en Guinée que la mission d’assistance de l’OIF a choisi de se retirer du processus en attendant qu’un accord sur le nombre d’électeurs soit trouvé par toutes les parties prenantes.

Il y a peu les élections ont eu lieu et les résultats sont depuis connus. L’opposition n’approuve pas du tout cette victoire du président Alpha . C’est peut être parce que les élections ne sont pas transparentes. La mission d’assistance de l’OIF allègrement a fait son retrait .
Pour l’ancien président de la délégation spéciale de Kindia , cette décision renforce la position de l’opposition.

Abdoulaye Bah espère qu’avec ce retrait, le président Alpha Condé va prendre conscience du danger qui guette la Guinée.

‘’C’est une bonne chose que l’OIF se retire du processus. Cela prouve à suffisance que ces élections ne sont ni crédibles, ni transparentes, ni inclusives. L’OIF doit ménager son image vis-à-vis des autres pays membres’’, déclare Abdoulaye Bah au micro de VisionGuinee.

Il ajoute que cette organisation internationale s’est rendu compte qu’Alpha Condé veut organiser une mascarade électorale en Guinée.

Lire aussi:

https://doingbuzz.com/selon-lunion-africaine-les-resultats-publies-par-agbeyome-sont-faux/

‘’L’OIF s’est rendu compte que les élections ne sont pas transparentes. Ce ne sont pas des élections réelles, le fichier est taillé sur mesure. Aujourd’hui, ce n’est pas la CENI qui organise ces élections, c’est la présidence de la République qui est en train de nous imposer de fausses élections’’, assure-t-il.

‘’Nous espérons qu’avec ce retrait, Alpha Condé va prendre conscience pour reculer. Aujourd’hui, nous sommes dans la phase des pressions, parce que ce retrait de l’OIF est une forme de pression. Le président doit savoir que ces élections est un danger pour la République’’, coupe-t-il court.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire