L’interprète « très séduisante » de Poutine engagée pour « distraire Donald Trump »? Le Kremlin réagit!

L’étonnante révélation vient d’un ancien attaché de presse de la Maison Blanche et elle a été rejetée par l’équipe du président russe, qui a déclaré que Poutine n’était pas impliqué dans la sélection des interprètes.

Le Kremlin a rejeté cette accusation selon laquelle Vladimir Poutine aurait personnellement sélectionné une interprète « très séduisante » pour distraire l’ex-président Donald Trump lors d’une réunion en 2019.

La révélation a été faite par l’ancienne attachée de presse de la Maison Blanche, Stephanie Grisham, dans un nouveau livre, selon des médias aux États-Unis, selon lesquels Fiona Hill, l’ experte russe de l’ancienne administration , avait considéré l’inclusion de l’interprète comme suspecte.

 

L’interprète, vue sur une photo de Poutine et Trump se serrant la main à Osaka, au Japon il y a deux ans, peut être identifiée comme étant la linguiste spécialiste du ministère russe des Affaires étrangères Daria Boyarskaya, 36 ans.

À lire aussi :
Poutine met l’Occident en garde: » Tous ceux qui organiseront des provocations contre nos intérêts vont le regretter »

« Au début de la réunion, Fiona Hill s’est penchée et m’a demandé si j’avais remarqué la traductrice de Poutine, qui était une très jolie femme brune aux cheveux longs, au joli visage et à la silhouette magnifique », a écrit l’ex-attachée de presse.

« Elle m’a dit qu’elle soupçonnait que la femme avait été sélectionnée par Poutine spécifiquement pour distraire notre président. »

Le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a réagit à cette accusation, niant tout rôle de Poutine dans la sélection de Boyarskaya.

« Les interprètes sont fournis par le ministère des Affaires étrangères à la demande de l’administration présidentielle », a déclaré Peskov.

À lire aussi :
Jean-Yves Le Drian : Poutine « parfois dangereux » et « encombrant »

« Poutine lui-même n’est pas impliqué dans ce processus. »

En fait, ce n’était pas la première fois que Poutine utilisait Boyarskaya pour traduire lors d’une rencontre avec un président américain.

L'interprète "très séduisante" de Poutine engagée pour "distraire Donald Trump"? Le Kremlin réagit!
Boyarskaya avait été déployé en 2016 lors d’une réunion entre Poutine et le président américain Barack Obama à Hangzhou, en Chine (Image : Daria Boyarskaya/east2west news)

Avant les pourparlers Trump-Poutine au Japon, la même interprète avait été déployée en 2016 lors d’une rencontre entre Poutine et le président américain de l’époque, Barack Obama, à Hangzhou, en Chine.

Cette rencontre et la rencontre de 2019 entre Poutine et Trump sont enregistrées publiquement par l’École d’interprétation et de traduction de conférence de Saint-Pétersbourg (SCIT), qui fait partie de l’Université pédagogique d’État Herzen de Russie, d’où elle a obtenu son diplôme en 2009.

Auparavant, elle avait étudié à l’Université fédérale Immanuel Kant Baltic à Kaliningrad.

 

À lire aussi :
Vladimir Poutine : sa mise en garde contre les terroristes afghans se présentant comme des réfugiés

Elle a également travaillé pour Poutine lors d’une rencontre avec le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton à Moscou le 23 octobre 2018, selon les archives du SCIT.

L'interprète "très séduisante" de Poutine engagée pour "distraire Donald Trump"? Le Kremlin réagit!

Et elle a traduit pour le président russe lors d’une réunion qu’il a tenue avec le président de la FIFA Gianni Infantino en avril 2016.

Boyarskaya travaille régulièrement à l’Assemblée parlementaire de l’OSCE et au ministère des Affaires étrangères, selon ses médias sociaux.

On pense qu’elle vit au moins en partie à Vienne, où l’assemblée est basée.

Elle est danseuse amateur de Salsa et Bachata et s’est formée avec le MamboGROUP à Moscou.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire