Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Les États-Unis s’inquiètent que la Chine soit devenue le meilleur ami de l’Afrique – que fait donc Trump ?
21/09/2020 à 09h32 par La redaction

Dans une récente interview accordée à la BBC, Tibor Nagy, le secrétaire d’État adjoint américain aux affaires africaines, a fait la remarque suivante : « Pendant trop longtemps, nous avons constaté que lorsque les investisseurs frappent à la porte, et les Africains ouvrent, la seule personne qui se tient là, ce sont les Chinois. »

Les propos de M. Nagy mettent en évidence la diminution de l’influence des États-Unis en Afrique au cours de la dernière décennie. Les investissements américains en Afrique étant de moins en moins importants, la Chine s’est imposée davantage. Mais selon Judd Devermont, directeur du programme Afrique au Centre d’études stratégiques et internationales, la réduction des investissements en Afrique n’est pas propre aux États-Unis. « Le commerce entre l’Afrique et la plupart des pays européens a diminué entre 2010 et 2017 », a-t-il déclaré à CNBC.

L’African Growth and Opportunity Act (AGOA) reste la plus grande initiative commerciale des États-Unis en Afrique. L’accord commercial a été signé pour améliorer les relations commerciales entre l’Afrique subsaharienne et les États-Unis. L’AGOA offre aux pays africains un accès en franchise de droits au marché américain pour plus de 6 000 lignes de produits. À son apogée en 2008, l’AGOA affichait un volume commercial de 80 milliards de dollars et a chuté à un volume de 23 milliards de dollars l’année suivante. De nombreux pays africains ne trouvent plus l’AGOA adaptée à la promotion des relations économiques, car elle expire en 2025.

Par exemple, les producteurs kenyans ne sont autorisés à exporter que trois sortes de légumes vers les États-Unis sur les 15 qu’ils cultivent pour le marché de l’exportation. Des pays comme l’Érythrée, la Côte d’Ivoire et la République centrafricaine ont également vu leur éligibilité à l’AGOA révoquée en raison de violations des droits de l’homme ou de l’absence de réformes politiques ou économiques.

Les pays africains sont en train de redéfinir la nature de leurs relations commerciales avec les États-Unis. Certains cherchent à conclure un accord bilatéral avec les États-Unis car ils ne trouvent plus utile l’approche américaine du multilatéralisme.

Le Kenya et les États-Unis négocient actuellement un accord de libre-échange (ALE). Si cet accord est adopté, il s’agira du premier accord commercial bilatéral conclu par les États-Unis avec un pays d’Afrique subsaharienne. Le représentant américain au commerce, l’ambassadeur Robert Lighthizer, a déclaré que cet accord sera un modèle pour les futurs accords commerciaux avec d’autres nations africaines.

La Chine a été le plus grand partenaire commercial de l’Afrique au cours de la dernière décennie, avec des volumes commerciaux atteignant 208 milliards de dollars en 2019, selon les chiffres du ministère chinois du Commerce. D’autre part, les échanges commerciaux des États-Unis avec l’Afrique se sont élevés à environ 41 milliards de dollars en 2018.

Un fonds d’un milliard de dollars pour les infrastructures routières et de ceinture en Afrique a été lancé par la Chine, et l’année dernière, le président Xi a promis une aide de 60 milliards de dollars pour l’Afrique, renforçant encore l’influence économique de son pays sur le continent.

Le pays reste également le premier bailleur de fonds de l’Afrique, avec 143 milliards de dollars entre 2000 et 2017, selon l’initiative de recherche Chine Afrique de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies. Ces fonds financent des projets tels que des routes, des chemins de fer, des ports, des barrages, etc.

Les États-Unis restent toutefois le premier fournisseur d’aide du continent. Selon l’USAID, les États-Unis ont fait don de 8,5 milliards de dollars à l’Afrique subsaharienne en 2018.

La nuance ici est que l’aide des États-Unis prend la forme de dons, historiquement assortis de conditions, que de nombreux pays africains trouvent peu attrayantes. Cependant, les pays africains semblent préférer les prêts de la Chine au continent pour le financement de projets en raison des conditions laxistes dans lesquelles ils sont accordés.

Ces derniers temps, les commentaires des responsables du gouvernement américain et du président Donald Trump n’ont pas aidé la cause des États-Unis en Afrique. M. Trump a déjà décrit les nations africaines comme des « pays de merde. »

Pour contrer directement l’influence de la Chine en Afrique, les États-Unis ont lancé la Société financière internationale pour le développement (SFID) avec un capital d’amorçage de 60 milliards de dollars. La SFID cherche à doubler les investissements américains dans les pays à faible et moyen revenu. Un grand nombre des pays qui recevront une aide à l’investissement de cette nouvelle agence se trouvent en Afrique.

Au cours du troisième trimestre 2020, la SFID a approuvé des investissements à hauteur de 3,6 milliards de dollars dans le monde entier. Près de la moitié de cette somme, soit 1,7 milliard de dollars, a été consacrée à des accords au Mozambique. Cinq autres millions de dollars ont été investis sous forme de fonds propres pour aider à développer une plateforme commerciale au Kenya, connue sous le nom de Copia Global.

En outre, jusqu’à 250 millions de dollars seront investis pour soutenir la stabilité financière du marché en Afrique. Un autre million de dollars sera consacré à l’autonomisation des femmes au Rwanda et au Kenya grâce à l’accès numérique aux produits de santé.

Il n’est pas certain que les entreprises américaines accepteront les offres de SFID pour investir également en Afrique en raison de l’incertitude que l’atout a introduite dans l’économie mondiale.

La SFID s’appuie sur les agences américaines déjà existantes qui fournissent de l’aide à l’Afrique, telles que l’USAID, l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC) et la Development Credit Authority (DCA).

Crédit photo : faccetofaceafrica

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 545 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Qui est en réalité Cellou Dalein Diallo, le farouche opposant d'Alpha Condé ?

19/10/2020

Qui est...

Economiste de formation, Cellou Dalein Diallo est...
Présidentielle en Guinée : ça chauffe

19/10/2020

Présidentielle en...

Les esprits s’échauffent dans tous les camps...
Port de masque : L’arrêté du ministre de l’Intérieur prorogé de 3 mois (communiqué)

19/10/2020

Port de...

Le gouvernement ne veut pas de relâchement...
Coronavirus : Voici le bilan établi ce 19 octobre dans le monde

19/10/2020

Coronavirus :...

Les conséquences économiques et humaines du coronavirus...
Ousmane Sonko attristé par le Rappel à Dieu des 3 enfants du Khalif des Layénes en 48 heures

19/10/2020

Ousmane Sonko...

En l’espace de 2 jours le Khalif...
Sénégal/ Education: Le cri de cœur des albinos

19/10/2020

Sénégal/ Education:...

Au Sénégal, 98% des albinos sont analphabètes....
Présidentielle en Guinée : Les résultats non-proclamés installent un bras de fer

19/10/2020

Présidentielle en...

A peine le premier tour de la...
Dernière minute – Guinée : Cellou Dalein Diallo annonce sa victoire (vidéo)

19/10/2020

Dernière minute...

Cellou Dalein Diallo crie victoire ! « Mes chers...
Urgent Guinée: Sondages sortie des Urnes, President Alpha perdu

19/10/2020

Urgent Guinée:...

Urgent_Guinée🇬🇳: Sondages sortie des Urnes Mamadou Cellou...
Chine : le coronavirus  détecté sur l'emballage d'aliments congelés

19/10/2020

Chine :...

Le Centre chinois de contrôle et de...
Guillaume Soro répond sèchement aux menaces d’Alassane Ouattara

19/10/2020

Guillaume Soro...

L’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume...
USA : il menace de se suicider s’il ne parle pas à Donald Trump

19/10/2020

USA :...

Ce dimanche 18 octobre 2020, un homme...
Twitter supprime la publication d’un conseiller de Trump sur les masques de protection

19/10/2020

Twitter supprime...

Twitter, encore appelé l’oiseau bleu a supprimé...
Agbéyomé Kodjo : son Premier ministre a démissionné

19/10/2020

Agbéyomé Kodjo...

Agbéyomé Kodjo va-t-il en nommer un autre...
Togo : Kwasigan Agba quitte le gouvernement d'Agbeyomé Kodjo

19/10/2020

Togo :...

  Le "président démocratiquement élu" du Togo,...
Pour Donald Trump, Emmanuel Macron est un "Premier Ministre"

19/10/2020

Pour Donald...

  Le président américain vient de rétrograder...
Guillaume Soro : le peuple doit dire « NON au 3ème mandat de Ouattara »

19/10/2020

Guillaume Soro :...

L’ancien président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro...
La faim dans le monde: découvrez les 18 pays africains les plus atteints

19/10/2020

La faim...

En raison de ses efforts pour nourrir...
Prix national d’excellence CIE du meilleur élève 2020 : la société d’électricité honore les élèves de la Côte d’Ivoire

19/10/2020

Prix national...

Depuis sa création en 1990, la CIE...
Amon Tanoh, après 30 ans avec Ouattara: ” Je ne trahirai pas de secrets “

19/10/2020

Amon Tanoh,...

L’ancien ministre des Affaires Étrangères d’Alassane Ouattara...

Dans une récente interview accordée à la BBC, Tibor Nagy, le secrétaire d’État adjoint américain aux affaires africaines, a fait la remarque suivante : « Pendant trop longtemps, nous avons constaté que lorsque les investisseurs frappent à la porte, et les Africains ouvrent, la seule personne qui se tient là, ce sont les Chinois. »

Les propos de M. Nagy mettent en évidence la diminution de l’influence des États-Unis en Afrique au cours de la dernière décennie. Les investissements américains en Afrique étant de moins en moins importants, la Chine s’est imposée davantage. Mais selon Judd Devermont, directeur du programme Afrique au Centre d’études stratégiques et internationales, la réduction des investissements en Afrique n’est pas propre aux États-Unis. « Le commerce entre l’Afrique et la plupart des pays européens a diminué entre 2010 et 2017 », a-t-il déclaré à CNBC.

L’African Growth and Opportunity Act (AGOA) reste la plus grande initiative commerciale des États-Unis en Afrique. L’accord commercial a été signé pour améliorer les relations commerciales entre l’Afrique subsaharienne et les États-Unis. L’AGOA offre aux pays africains un accès en franchise de droits au marché américain pour plus de 6 000 lignes de produits. À son apogée en 2008, l’AGOA affichait un volume commercial de 80 milliards de dollars et a chuté à un volume de 23 milliards de dollars l’année suivante. De nombreux pays africains ne trouvent plus l’AGOA adaptée à la promotion des relations économiques, car elle expire en 2025.

Par exemple, les producteurs kenyans ne sont autorisés à exporter que trois sortes de légumes vers les États-Unis sur les 15 qu’ils cultivent pour le marché de l’exportation. Des pays comme l’Érythrée, la Côte d’Ivoire et la République centrafricaine ont également vu leur éligibilité à l’AGOA révoquée en raison de violations des droits de l’homme ou de l’absence de réformes politiques ou économiques.

Les pays africains sont en train de redéfinir la nature de leurs relations commerciales avec les États-Unis. Certains cherchent à conclure un accord bilatéral avec les États-Unis car ils ne trouvent plus utile l’approche américaine du multilatéralisme.

Le Kenya et les États-Unis négocient actuellement un accord de libre-échange (ALE). Si cet accord est adopté, il s’agira du premier accord commercial bilatéral conclu par les États-Unis avec un pays d’Afrique subsaharienne. Le représentant américain au commerce, l’ambassadeur Robert Lighthizer, a déclaré que cet accord sera un modèle pour les futurs accords commerciaux avec d’autres nations africaines.

La Chine a été le plus grand partenaire commercial de l’Afrique au cours de la dernière décennie, avec des volumes commerciaux atteignant 208 milliards de dollars en 2019, selon les chiffres du ministère chinois du Commerce. D’autre part, les échanges commerciaux des États-Unis avec l’Afrique se sont élevés à environ 41 milliards de dollars en 2018.

Un fonds d’un milliard de dollars pour les infrastructures routières et de ceinture en Afrique a été lancé par la Chine, et l’année dernière, le président Xi a promis une aide de 60 milliards de dollars pour l’Afrique, renforçant encore l’influence économique de son pays sur le continent.

Le pays reste également le premier bailleur de fonds de l’Afrique, avec 143 milliards de dollars entre 2000 et 2017, selon l’initiative de recherche Chine Afrique de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies. Ces fonds financent des projets tels que des routes, des chemins de fer, des ports, des barrages, etc.

Les États-Unis restent toutefois le premier fournisseur d’aide du continent. Selon l’USAID, les États-Unis ont fait don de 8,5 milliards de dollars à l’Afrique subsaharienne en 2018.

La nuance ici est que l’aide des États-Unis prend la forme de dons, historiquement assortis de conditions, que de nombreux pays africains trouvent peu attrayantes. Cependant, les pays africains semblent préférer les prêts de la Chine au continent pour le financement de projets en raison des conditions laxistes dans lesquelles ils sont accordés.

Ces derniers temps, les commentaires des responsables du gouvernement américain et du président Donald Trump n’ont pas aidé la cause des États-Unis en Afrique. M. Trump a déjà décrit les nations africaines comme des « pays de merde. »

Pour contrer directement l’influence de la Chine en Afrique, les États-Unis ont lancé la Société financière internationale pour le développement (SFID) avec un capital d’amorçage de 60 milliards de dollars. La SFID cherche à doubler les investissements américains dans les pays à faible et moyen revenu. Un grand nombre des pays qui recevront une aide à l’investissement de cette nouvelle agence se trouvent en Afrique.

Au cours du troisième trimestre 2020, la SFID a approuvé des investissements à hauteur de 3,6 milliards de dollars dans le monde entier. Près de la moitié de cette somme, soit 1,7 milliard de dollars, a été consacrée à des accords au Mozambique. Cinq autres millions de dollars ont été investis sous forme de fonds propres pour aider à développer une plateforme commerciale au Kenya, connue sous le nom de Copia Global.

En outre, jusqu’à 250 millions de dollars seront investis pour soutenir la stabilité financière du marché en Afrique. Un autre million de dollars sera consacré à l’autonomisation des femmes au Rwanda et au Kenya grâce à l’accès numérique aux produits de santé.

Il n’est pas certain que les entreprises américaines accepteront les offres de SFID pour investir également en Afrique en raison de l’incertitude que l’atout a introduite dans l’économie mondiale.

La SFID s’appuie sur les agences américaines déjà existantes qui fournissent de l’aide à l’Afrique, telles que l’USAID, l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC) et la Development Credit Authority (DCA).

Crédit photo : faccetofaceafrica

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 545 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire