...

Les Égyptiens veulent récupérer les trésors perdus


Video player

La lutte pour le patrimoine culturel égyptien est devenue de plus en plus politique au début du 20e siècle alors que les Égyptiens réclamaient leur liberté.

Mais tout comme le « sentiment de propriété » des Égyptiens vis-à-vis de leur patrimoine grandissait, l’Égypte ancienne a été appropriée en tant que « civilisation mondiale » sans grand rapport avec le pays moderne, a expliqué Abdel Gawad, un égyptologue.

« Ceux qui ont documenté l’ancienne civilisation égyptienne sont des étrangers, donc nous devons comprendre que leur écriture était à l’époque du colonialisme et du racisme, c’est pourquoi il y a une sorte de soi-disant blanchiment en créant un récit historique blanc. »

Au fil des siècles, d’innombrables antiquités ont quitté l’Égypte. D’autres ont été perdus au profit des musées européens à cause du système de partage de l’époque coloniale.

Mais des centaines de milliers d’autres ont été sortis clandestinement du pays dans des « collections privées du monde entier »,

Certains documents, essentiels à la recherche universitaire, ont également été donnés au Griffith Institute for Egyptology de l’Université britannique d’Oxford.

« Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui, non seulement les antiquités volées se trouvent dans les musées européens, mais aussi, la production de connaissances sur l’Égypte ancienne est encore limitée aux cercles universitaires occidentaux », a déclaré Monica Hanna, doyenne par intérim du Collège d’archéologie et du patrimoine culturel. à Assouan.

L’ancien ministre des Antiquités Hawass est maintenant à la tête d’une croisade pour rapatrier trois des grands trésors « volés » – la pierre de Rosette, le buste de la reine Néfertiti et le zodiaque de Dendérah. Il précise : « J’insiste pour que la pierre de Rosette, le buste de la reine Néfertiti et le Zodiaque qui est exposé au Louvre soient ramenés en Égypte. Ce sont des objets uniques, leur maison devrait être en Égypte, pas en Allemagne, en Angleterre ou en France. »

Au fil des siècles, d’innombrables antiquités ont quitté l’Égypte. Certains, comme l’obélisque de Louxor à Paris et le temple de Debod à Madrid, étaient des cadeaux du gouvernement égyptien.

 

Lire aussi : Crash d’avion aux Comores en 2009 : la justice française accorde des dommages et intérêts aux familles des victimes

→ A LIRE AUSSI : Crash d’avion aux Comores en 2009 : la justice française accorde des dommages et intérêts aux familles des victimes

→ A LIRE AUSSI : L’humoriste ivoirien Boukary est à Lomé

→ A LIRE AUSSI : Donald Trump : Le juge bloque l’examen des dossiers classifiés saisis

--
Hey toi 👋 Partage ce contenu 👉

Laisser votre commentaire