Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
LES DERNIERS MOTS DE CÉDRIC CHOUVIAT, MORT À LA SUITE D’UN CONTRÔLE POLICIER
23/06/2020 à 00h19 par La redaction

« J’étouffe ! » Le cri d’agonie est répété sept fois. Ce sont les derniers mots prononcés par Cédric Chouviat, le 3 janvier 2020, lors de son interpellation par la police quai Branly, au bord de la Seine, à Paris. Le Monde et Mediapart ont eu accès aux enregistrements du téléphone de ce livreur, père de famille, mort à la suite d’un contrôle routier qui a dégénéré. Sur les bandes vidéos, on entend clairement l’échange entre cet homme de 42 ans et les quatre fonctionnaires à l’origine de son arrestation et de son décès. Ces derniers ont été placés en garde à vue, mercredi 17 juin, et auditionnés par l’Inspection générale de la police nationale. Une information judiciaire est ouverte pour « homicide involontaire ».

Filmée de loin par des passants, la scène gardait jusque-là une part de mystère. Mais les enquêteurs ont eu accès aux neuf vidéos tournées par Cédric Chouviat lui-même et aux trois autres prises par l’une des policières impliquées dans l’arrestation. Ces douze minutes d’échanges permettent de mieux comprendre les circonstances dans lesquelles les fonctionnaires ont décidé de procéder à l’interpellation. L’homme avait été plaqué au sol sur le ventre ; d’après un témoin présent sur les lieux, une clé d’étranglement avait été réalisée. Victime d’une fracture du larynx, il avait été transporté à l’hôpital dans le coma. Il est mort deux jours plus tard.

Lire aussi Mort d’un livreur lors d’une interpellation à Paris : l’autopsie évoque une asphyxie « avec fracture du larynx »

Quand les vidéos débutent, le contrôle routier est déjà en cours. Les raisons pour lesquelles cet homme, livreur en scooter, a été arrêté sur le bord de la route, demeurent floues. Quelques jours après le drame, Thibault de Montbrial, l’avocat des quatre policiers, avait assuré que Cédric Chouviat avait son téléphone en main et que sa plaque d’immatriculation était sale. L’homme disposait pourtant d’un kit main libre actif. Sur l’ensemble des vidéos, les enquêteurs de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, qui procèdent à l’exploitation des fichiers, pensent reconnaître, sans certitude toutefois, un enregistrement sonore via le micro de son casque.

Trois fois le contrôle semble prendre fin

Dans leur rapport d’expertise, les militaires analysent le ton de la conversation. Ils notent d’emblée que « l’échange est relativement correct, même si nous pouvons ressentir une forme de provocation ou de défiance dans les paroles de la personne contrôlée. » Cédric Chouviat s’adresse ainsi aux policiers : « Je suis très correct, voilà, comme ça vous kiffez mettre des amendes aux gens, c’est votre travail. » A plusieurs reprises, il les traite de « clowns », ou de « guignols ». « Allez les provinciaux, mettez toutes les amendes que vous voulez, vous kiffez faire ça », dit-il, avant d’ajouter : « Franchement, vous avez vu vos têtes ». En retour, un policier se moque de lui, un autre brandit la menace de l’interpellation pour outrage.

Il vous reste 58.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LES DERNIERS MOTS DE CÉDRIC CHOUVIAT, MORT À LA SUITE D’UN CONTRÔLE POLICIER

Abonnez toi Doingbuzz Tv sur Youtube

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Australie : elle tombe sur une araignée géante logée dans la poignée de la portière de sa voiture

02/12/2020

Australie :...

Une dame de nationalité australienne n’oubliera pas...
Côte d’Ivoire/ Soro se fâche et déclare: “Quand un régime est moribond, il devient frileux et tombe”

02/12/2020

Côte d’Ivoire/...

Toutes les occasions sont bonnes pour Guillaume...
États-Unis : Donald Trump promet de revenir dans quatre ans

02/12/2020

États-Unis : Donald...

Le président Donald Trump a légèrement reconnu...
Depuis La Haye / Blé Goudé raconte ce que Yodé et Siro lui ont fait à cause d’Alassane Ouattara

02/12/2020

Depuis La...

Charles Blé Goudé n’a pas attendu longtemps...
Côte d’Ivoire / Affaire domicile du maire de Sassandra incendié : la FESCI fait des précisions et appelle au calme

02/12/2020

Côte d’Ivoire...

Ces jours-ci ont été très mouvementés dans...
En séjour en France/ Alassane Ouattara est dans un hôpital militaire, selon une ex-DG de RFI

02/12/2020

En séjour...

Parti en France sans expliciter les raisons...
Côte d’Ivoire/ Soro se fâche et déclare: “Quand un régime est moribond, il devient frileux et tombe”

02/12/2020

Côte d’Ivoire/...

Toutes les occasions sont bonnes pour Guillaume...
Investiture d'Alassane Ouattara : invité, Henri Konan Bédié répond

02/12/2020

Investiture d’Alassane Ouattara : invité,...

Pour la cérémonie d'investiture d'Alassane Ouattara, la présidence...
Qui Est En Réalité Guillaume Soro, Le Politicien Ivoirien ?

02/12/2020

Qui Est...

La scène politique ivoirienne a vu défiler...
États-Unis : Donald Trump promet de revenir dans quatre ans

02/12/2020

Etats-Unis: Donal...

L'actuel président américain n'adore pas les échecs...
France : l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing est mort

02/12/2020

France :...

L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing est...
Côte d’Ivoire : Ces petits d’à peine 7 ans chantent trop bien (Vidéo)

02/12/2020

Côte d’Ivoire :...

L’on ne peut citer les pays où...
Libérée de prison : Rangou livre ses premiers mots... (Vidéo)

02/12/2020

Libérée de...

Fatoumata Barry dite Rangou, placée sous mandat...
Carmen Sama encore au coeur d’une rocambolesque affaire

02/12/2020

Carmen Sama...

Carmen Sama et les affaires rocambolesques, c’est...
Tout ce que vous voulez savoir sur la cérémonie funéraire de Bouba Diop en France et au Sénégal

02/12/2020

Tout ce...

On en sait davantage sur le déroulé...
Décès de Pape Bouba Diop: La levée du corps prévue demain à Lens

02/12/2020

Décès de...

La dépouille de l'ancien international sénégalais Papa...
un direct de Macron annoncé

02/12/2020

France :...

La pandémie du coronavirus sévit toujours en...
Bruxelles : la police met fin à une "orgie" en plein confinement

02/12/2020

Bruxelles :...

En plein confinement, la police a mis...
USA : Un avocat nigérian, nommé secrétaire adjoint au Trésor

02/12/2020

USA :...

Bonne nouvelle pour la famille Adeyemo. Leur...
WhatsApp : il sera désormais possible de personnaliser le fond d'écran de chaque conversation

02/12/2020

WhatsApp :...

Depuis le début de l’année 2020, Facebook...

« J’étouffe ! » Le cri d’agonie est répété sept fois. Ce sont les derniers mots prononcés par Cédric Chouviat, le 3 janvier 2020, lors de son interpellation par la police quai Branly, au bord de la Seine, à Paris. Le Monde et Mediapart ont eu accès aux enregistrements du téléphone de ce livreur, père de famille, mort à la suite d’un contrôle routier qui a dégénéré. Sur les bandes vidéos, on entend clairement l’échange entre cet homme de 42 ans et les quatre fonctionnaires à l’origine de son arrestation et de son décès. Ces derniers ont été placés en garde à vue, mercredi 17 juin, et auditionnés par l’Inspection générale de la police nationale. Une information judiciaire est ouverte pour « homicide involontaire ».

Filmée de loin par des passants, la scène gardait jusque-là une part de mystère. Mais les enquêteurs ont eu accès aux neuf vidéos tournées par Cédric Chouviat lui-même et aux trois autres prises par l’une des policières impliquées dans l’arrestation. Ces douze minutes d’échanges permettent de mieux comprendre les circonstances dans lesquelles les fonctionnaires ont décidé de procéder à l’interpellation. L’homme avait été plaqué au sol sur le ventre ; d’après un témoin présent sur les lieux, une clé d’étranglement avait été réalisée. Victime d’une fracture du larynx, il avait été transporté à l’hôpital dans le coma. Il est mort deux jours plus tard.

Lire aussi Mort d’un livreur lors d’une interpellation à Paris : l’autopsie évoque une asphyxie « avec fracture du larynx »

Quand les vidéos débutent, le contrôle routier est déjà en cours. Les raisons pour lesquelles cet homme, livreur en scooter, a été arrêté sur le bord de la route, demeurent floues. Quelques jours après le drame, Thibault de Montbrial, l’avocat des quatre policiers, avait assuré que Cédric Chouviat avait son téléphone en main et que sa plaque d’immatriculation était sale. L’homme disposait pourtant d’un kit main libre actif. Sur l’ensemble des vidéos, les enquêteurs de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, qui procèdent à l’exploitation des fichiers, pensent reconnaître, sans certitude toutefois, un enregistrement sonore via le micro de son casque.

Trois fois le contrôle semble prendre fin

Dans leur rapport d’expertise, les militaires analysent le ton de la conversation. Ils notent d’emblée que « l’échange est relativement correct, même si nous pouvons ressentir une forme de provocation ou de défiance dans les paroles de la personne contrôlée. » Cédric Chouviat s’adresse ainsi aux policiers : « Je suis très correct, voilà, comme ça vous kiffez mettre des amendes aux gens, c’est votre travail. » A plusieurs reprises, il les traite de « clowns », ou de « guignols ». « Allez les provinciaux, mettez toutes les amendes que vous voulez, vous kiffez faire ça », dit-il, avant d’ajouter : « Franchement, vous avez vu vos têtes ». En retour, un policier se moque de lui, un autre brandit la menace de l’interpellation pour outrage.

Il vous reste 58.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LES DERNIERS MOTS DE CÉDRIC CHOUVIAT, MORT À LA SUITE D’UN CONTRÔLE POLICIER

Abonnez toi Doingbuzz Tv sur Youtube

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire