L’écrivain iranien emprisonné Baktash Abtin décède après avoir contracté le COVID

Le poète et cinéaste iranien Baktash Abtin, qui avait été emprisonné pour des raisons de sécurité, est décédé dans un hôpital de Téhéran après avoir contracté le COVID-19 en détention.

L’homme de 48 ans a été transféré dans un hôpital de la prison d’Evin à la mi-décembre et a été placé dans un coma artificiel une semaine avant sa mort samedi dans le but de l’aider à se remettre d’un cas grave de coronavirus.

Des groupes de défense des droits ont affirmé que les autorités avaient perdu du temps à lui offrir une assistance médicale lorsqu’il a commencé à présenter des symptômes de la maladie il y a plus d’un mois.

Dans une lettre conjointe publiée vendredi, PEN America et 18 autres organisations non gouvernementales avaient demandé au guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei de lui fournir les meilleurs soins médicaux et de s’abstenir également de convoquer des prisonniers politiques pour purger des peines alors que les conditions dans les prisons iraniennes sont peu sûres.

Abtin, membre du conseil d’administration de l’Association des écrivains iraniens, a été appelé à purger sa peine en septembre 2020 avec ses collègues membres Reza Khandan Mahabadi et Keyvan Bajan.

En octobre, PEN America avait décerné conjointement aux trois écrivains le prix PEN/Barbey Freedom to Write 2021.

Dans une déclaration à la suite du décès d’Abtin, l’organisation en charge des prisons de Téhéran a déclaré que l’écrivain purgeait une peine de cinq ans pour « propagande contre la sécurité nationale ».

L’organisation a déclaré qu’il était resté à l’hôpital pendant 35 jours, au cours desquels les autorités judiciaires ont décidé de lui accorder un sursis temporaire de prison, mais les médecins n’ont pas pu le sauver.

Des dizaines de milliers de messages sur Abtin ont inondé Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux quelques heures après sa mort.

#Iran : RSF a appris avec tristesse le décès de #Baktash_Abtine. L’écrivain et #journaliste avait été injustement condamné à 6 ans de prison et était en détention à l’hôpital, atteint du #Covid19 & privé des soins nécessaires. RSF accuse les autorités du haut régime de sa mort. pic.twitter.com/zNZ2l0rw1v

— RSF (@RSF_inter) 8 janvier 2022

Une image accompagnant les nombreux messages montre ses chevilles enchaînées à un lit d’hôpital alors qu’il lit dans un uniforme de prison bleu. Une autre le montre dans le coma, avec des tubes respiratoires et d’autres équipements qui le maintiennent en vie.

Les décès et les hospitalisations liés au COVID-19 en Iran ont considérablement diminué ces dernières semaines grâce à une campagne de vaccination à l’échelle nationale, mais les autorités avertissent que la menace de la variante Omicron est en augmentation. Les prisons iraniennes ont également subi des épidémies pendant la pandémie.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire