Le Zimbabwe menacé par un risque de famine imminent


Video player

Le Zimbabwe menacé par un risque de famine imminent

 

Hilal Elver, la rapporteuse spéciale de l’ONU sur le droit à l’alimentation pense que 8 millions de personnes auront besoin d’une aide urgente dans les prochaines semaines.

Ce jeudi 28 novembre, elle affirme que le Zimbabwe était sur le point de subir une famine « créée par l’homme », avec 60 % de sa population en proie à l’insécurité alimentaire.

Après un séjour de onze jours, Hilal Elver a classé le Zimbabwe parmi les quatre pays où la pénurie alimentaire est la plus forte.

« Le peuple zimbabwéen en arrive progressivement au moment où il va souffrir d’une famine provoquée par l’homme », déclare t-elle lors d’une conférence de presse à Harare, évoquant « le chiffre vertigineux de 5,5 millions de personnes actuellement confrontées à l’insécurité alimentaire » dans les zones rurales en raison d’une sécheresse.

« D’ici à la fin de l’année, dans quelques semaines seulement, la sécurité alimentaire va continuer de se détériorer et ce sont 8 millions de personnes, selon les estimations, qui auront besoin d’une aide urgente », affirme Hilal Elvert qualifiant ces chiffres de « choquants ».

Lire aussi : Réligion: Une mère supérieure tombe amoureuse en Italie

Le Zimbabwe se débat depuis une vingtaine d’années avec une crise économique, aggravée par une corruption généralisée, que le président Emmerson Mnangagwa, qui a succédé fin 2017 à Robert Mugabe, ne parvient pas à enrayer.

Pénuries d’eau, de carburant et de médicaments, manque cruel d’argent liquide, système de santé en ruine. La vie quotidienne se résume déjà, pour ses 15 millions d’habitants, à un combat pour la survie qui se décline dans tous les domaines.

L’insécurité alimentaire accroît « les risques de désordre civil » dans un pays qui était jadis un grenier pour l’Afrique, a mis en garde Mme Elver. « Je lance un appel urgent au gouvernement et à la communauté internationale pour s’entendre et mettre fin à cette crise avant qu’elle ne se transforme en un mouvement de révolte sociale », a-t-elle souligné.

Le président Mnangagwa a annoncé que le gouvernement renonçait à son projet de supprimer la subvention sur le maïs, une denrée de base dans une partie de l’Afrique australe.

« La question du “mealie-meal” concerne beaucoup de gens et nous ne pouvons pas retirer la subvention », a-t-il dit, faisant référence à une bouillie de maïs très consommée au Zimbabwe : « Donc je la rétablis de façon que le prix du “mealie-meal” soit réduit. »

Aurel HANSINON

 

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Le Zimbabwe menacé par un risque de famine imminent Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire