A la une Interview

Le rappeur togolais KanAa répond aux questions de Fleur

Publié par La redaction

KanAa est un rappeur qui depuis des années impose son style et sa marque dans le hip-hop togolais. Toujours présent et débordant de projets, il est l’un des meilleurs lyriciste. Dans cette interview qu’il nous a accordé, il se livre sur son label, sa vie professionnelle, sa carriere et aussi sa vie privée.

Fleur: Bonjour KanAa comment tu vas ? Tu n’es pas nouveau dans le game mais plusieurs personnes ignorent encore l’origine de ton surnom. Peux tu nous éclairer là dessus?

KanAa: Bonjour Fleur, Bonjour à tous les lecteurs de Doingbuzz et de ta rubrique. Mon nom KanAa, c’est vraiment une longue histoire. Elle vient de mon adolescence rebelle où je prenais plaisir à prendre le contre-pied de tout. KanAa vient de « cannabis », pas parce que j’étais adepte de la substance, mais plus parce que je voulais choquer. En grandissant, j’ai trouvé le nom futile et peu réfléchi. Mais comme tout le monde m’appelait déjà KanAa, j’ai préféré le garder. Sinon je m’appelle aussi « Djanta » aka « 33 combats zéro défaite » aka le petit-fils de Kossi Penty. J’en profite pour rappeler aux plus jeunes qui nous suivent qu’il est important de bien choisir son nom d’artiste : original, simple, et positif !

Fleur: On t’a connu à tes débuts avec le Collectif 585. Le groupe est disloqué pour de bon ou c’est juste une période d’hibernation?

KanAa: 585, c’est la famille. On est aujourd’hui dispersé aux quatre coins du monde mais on reste une famille. Ça va au-delà de la musique. Cette année, ça fera dix ans que notre album « la force de nos rêves » est sorti. Donc, ça prendra le temps que ça prendra mais ne soyez pas surpris de nous revoir sur scène ou sur un album un jour. Rouj multiplie les freestyles en parrallèle de sa profession de chef (gastronomie française), et Etè Dakitse continue sa carrière à Accra. Avec Risbo, nous nous préparons à vraiment monter NKPMG pour soutenir la prochaine génération d’artistes. En attendant, je perpétue toujours notre esprit.

Fleur: Que ressens-tu en faisant des reprises de tes collègues rappeurs comme sur Et puis quoi et Lèta tout récemment ?

KanAa: Le remix est propre à la culture hip hop. Reprendre une chanson permet d’étendre la portée et l’influence de l’artiste. Mes remixs les plus connus sont certainement Et p8 koi de Jovi, et QQNJV de Blaaz. Et ces deux singles m’ont ouvert aux marchés du Cameroun et du Bénin. A un moment de ma carrière, j’avais plus de followers camerounais que togolais sur twitter @kanaabizou, rires.. Quand je remixe un son, en général, mon ambition est de faire mieux que la version originale. Jusque-là, je suis plutôt fier de moi.

Fleur: Peux tu affirmer que c’est ton Staff et toi qui avez lancé le mot buzz avec la stratégie « J’attends Djanta » ?

KanAa: EEhhh, je n’ai pas lancé le mot buzz pardon. Je sortais un single, et je venais de finir mon cours sur le marketing culturel. J’en ai juste fait une application digitale pratique. Sortir un son avec un minimum de moyens, pour un impact maximum. A l’époque, je n’avais pas de moyens derrière, et il fallait être smart ! Je remercie d’ailleurs au passage Hodin Senyo, Dieudonné Strausstom, et la team Storming Djanta.

Fleur: Tu parles de plusieurs thèmes dans tes chansons, récemment tu as touché un thème très sensible qu’est la politique. Pourquoi ce choix et pourquoi en ce moment ?

KanAa: Je ne fais pas de politique je trouve, je parle juste de ce que je vois, en tant que jeune africain. Il est peut-être temps qu’on arrête d’avoir peur d’aborder des sujets surtout quand ils touchent directement notre avenir. Nous ne pouvons pas continuer à laisser des gens décider à notre place de ce que nous allons devenir. Et pour moi, la meilleure manière d’agir, c’est en parler subtilement dans mes chansons. Je l’ai toujours fait.

Fleur: LSA Prod est ton label ; on profite pour faire un shout out à Lauretta Sanvee. Alors dis nous comment s’est faite votre rencontre et si tu es toujours sous contrat avec ce label.

KanAa: Lau (ndlr, Lauretta Sanvee, CEO LSA PROD) et moi, c’est une histoire qui remonte l’époque ou je faisais de la radio, et que je travaillais avec la #Sty. La première fois que je rencontre Lauretta, elle travaillait avec Mo. Après, on se perd de vue, on se revoit quand je suis en train de finir mon master 2. Elle cherchait un assistant pour l’aider à monter son agence de production audiovisuelle LSA PROD. Donc techniquement, j’étais son premier employé. Lol. Ensuite, je lui ai dit que je cherchais du soutien pour sortir la djantatape. Dans la foulée, elle nous propose un deal de trois ans à Myra, lOrd CarlOs et à moi. Et c’est comme ça que l’aventure a démarré. Là, nous sommes en pleine renégociation du contrat…Mais au-delà de tout, Lauretta, c’est la première personne à avoir mis un million de francs cfa sur ma tête, quand tout le monde lui disait de ne pas le faire. Ce genre de chose ne s’oublie pas. Gratitude & loyalty forever ! No matter what !

Fleur: Aujourd’hui tu es aussi fonctionnaire mais quels sont tes projets pour ta carrière musicale et arrives-tu vraiment à jouer sur les deux tableaux ?

KanAa: Je suis responsable Culture & Communication à l’Institut Français du Togo depuis presqu’un an, en plus de faire du conseil en communication et stratégies pour des particuliers. Je suis payé pour faire ce que j’aime. Pour moi, c’est la définition du bonheur. J’ai dû mettre ma carrière en pause pour mettre un peu d’ordre dans ma vie ; là je reprends petit à petit les bonnes vieilles habitudes, l’expérience en plus. Donc cette année ce sera la sortie de l’album, avec un minimum de deux feats inter et un concert Live ! L’objectif est aussi de mettre sur pied un festival avec l’association Par Nous Pour Nous, et d’aider au moins deux jeunes artistes à monter.

Fleur: Ton nouveau son « Elle m’a dit » traduit une prise de risques payante mais parle-t-il d’une histoire vraie ?

KanAa: Prise de risque payante, je ne sais pas. Mais à en croire les retours ça va. Il faut savoir que ce son a été enregistré à Hustler Fabrik il y a deux ans déjà, et comme il ne sera pas sur l’album, j’ai jugé mieux de l’offrir gratuitement à ceux qui aiment ma musique. Histoire vraie, non ! Mais histoires vraies, oui ! « Elle m’a dit », c’est plusieurs histoires vécues par moi ou mes proches que j’ai rassemblées en une seule.

Fleur: On peut dire au vu de ton parcours que tu es un pionnier de ce mouvement. Quel conseil particulier donneras-tu à la nouvelle génération?

KanAa: Pionnier ? non. Les pionniers, c’est les Eric MC, Ali Jezz, Daddy Creator, Wels’ny, B2R, SIH, Orcyno, Skarfo.. C’est eux qui nous ont donné envie de faire ce qu’on fait aujourd’hui. Donc, moi je ne suis qu’une marionnette de plus à l’opéra du Hip Hop (dixit Kaysee Montejano). Si je dois donner des conseils, c’est de croire en vos rêves, ne pas hésiter à prendre des risques, travailler dur parce que le talent ne suffit pas, ne pas se disperser, et surtout rester fidèle à sa vision pas aux hommes. Le reste, c’est Dieu ou la chance, tout dépend de comment vous voyez le monde.

Fleur: KanAa est il célibataire ? Si oui, a t-il peur du mariage?

KanAa: KanAa est un cœur à apprendre. Et non, je n’ai pas peur du mariage. A mon âge, on pense à se poser, et à être plus focus parce que derrière, il y a des jeunes qui s’inspirent de notre parcours pour construire le leur. A nous de les faire rêver !

Fleur: Coup de gueule / Coup de cœur

KanAa: Mon coup de gueule, la musique, c’est un bizness avec des codes. Donc ne s’improvise pas producteur, manager ou bloggueur qui veut. Un minimum d’expériences et de formation est nécessaire. C’est ce qui tue notre industrie ! Formons-nous !

Gros coup de cœur sur la nouvelle génération Pikaluz, Baggio, DiaNuella, Kiko, Yaknou, El Milliaro, que Dieu protège vos étoiles !

Fleur: Mot de fin.

KanAa: Eké !

Intégrez les groupes Whatsapp ci-dessous selon vos pays de résidence pour recevoir en instantané toutes les offres d'emploi proches de chez vous.- Bénin - Niger - Sénégal - Togo - Côte d'Ivoire - Cameroun -Pour les autres pays NB:Ces offres peuvent être bien utiles pour vous mais aussi pour vos proches donc n'hésitez pas à les partager aussi autour de vous.

Nouveauté au Togo: Edem Drackey - Amévévé

Un son qui donne des frissons de part la belle mélodie mais aussi les paroles bienveillantes qu'il contient

Pour le télécharger gratuitement

Clique ici

A propos du rédacteur

La redaction

Premiers sur l'exclusivité et tout ce qui est sujet brûlant Culture · Cinéma . Interviews · Musique · Clips · Paroles · Emploi . People . Téléchargement etc..
Le web étant devenu un facteur incontournable dans la promotion d'un artiste et de ses oeuvres, s'incarne en projecteur sur la musique africaine en particulier et la culture africaine en général. Un projecteur qui extrapole sa lumière sur les actualités sportives et diverses pour plus de complexité. Une équipe homogène et dynamique assure le buzz comme nom l'indique. , l'exclu et le buzz sont ici!* Email: !

Lâcher un commentaire sur doingbuzz