Le président de l’Église évangélique du Cameroun démissionne.


Video player

Le pasteur Jean Samuel Hendjé Toya a démissionné de son poste de président de l’Église évangélique du Cameroun (EEC) après avoir occupé ce poste pendant quatre ans.

Cette nouvelle a été annoncée lors de la Conférence épiscopale qui s’est tenue à Douala, la capitale économique du Cameroun, le 15 décembre 2021, et c’était comme un hélicoptère dans le cœur des chrétiens de toutes confessions.

Après des désaccords avec ses opposants à Ngundere en 2017, ne peut-il pas gérer l’église comme il le devrait ? Il n’y a pas de raison précise pour le moment. Le leader controversé servira jusqu’en 2024, et il a accusé le juge camerounais de vouloir juger Dieu. Il a dit qu’il était prêt à parler à des gens qui nient sa légitimité et celle de son bureau.

Le pasteur Jean Samuel Hendjé Toya est devenu son premier grand média après le déclenchement de la crise provoquée par son élection. Il a prononcé un discours détaillé dans l’émission télévisée Equinoxe Politis le dimanche 24 septembre 2017. Le pasteur Hendjé Toya a admis que la Communauté économique européenne était touchée et que sa vie avait été affectée par certaines personnes.

« C’est vrai, c’est ça le problème. Il y a même quelques personnalités qui veulent caporaliser l’église évangélique du Cameroun. Et c’est parce que nous leur disons « non » qu’effectivement il y a des problèmes », a déclaré le professeur Hengjie. Il a déclaré que personne ne peut faire le travail de l’autre partie et espère que

« chacun coure dans son couloir » car il estime que ce genre d’influence est préjudiciable à l’Europe centrale et orientale. En décrivant cette situation, le président de la Communauté économique européenne a expliqué :

« les laïcs étaient très impliqués dans la vie de l’Eglise et quelques-uns d’entre eux voulaient profiter de leurs oripeaux (militaires, politiques, administratifs, financier) pour imprimer leur point de vue à l’Eglise ».

Néanmoins, il a fait en sorte que les temps aient changé, ce qui est impossible, car les pasteurs qui sont désormais formés ont plus de consistance intellectuelle que leurs prédécesseurs. Il jure « ce message passait » Surtout parce que le pouvoir de l’argent ne lui a pas fait peur.

Se référant à la décision de justice qui suspendait l’élection de son bureau et interjetait appel, il déclara que la suspension, même si elle était confirmée, ne pouvait prendre effet. Il a l’opportunité de remettre en cause le rôle de la justice dans la crise actuelle.

« Le dossier des élections de l’EEC, comme dans toute église et même toute association, ne relève pas du ministère de la Justice. L’implication du ministère de la Justice dans le dossier est tout simplement une intrusion. Les affaires de l’Eglise ce n’est pas le domaine de la justice. Elle entre dans des choses qui ne la concernent pas. C’est l’église de Dieu. On ne juge pas Dieu », , a-t-il martelé.

Il n’est pas incertain que si le vice-gouverneur continue d’interdire les manifestations dans la Communauté économique européenne, il l’ignorera. Son dernier mot fut adressé à son adversaire.

« Nous sommes ouverts. Nous continuons de tendre la main, mais la main ne restera pas éternellement tendue », a déclaré l’homme de Dieu d’un ton menaçant.

En parlant de l’Église évangélique camerounaise (EEC), c’est une église née d’activités missionnaires menées par des protestants afro-jamaïques, puis il existe plusieurs sociétés de mission : la Baptist Missionary Society, et la Société des missions évangéliques de Paris.

Une préfecture autonome et a célébré son cinquantième anniversaire le 10 mars 1957. Le décret présidentiel n° 74/853 du 14 octobre 1974 a été reconnu par l’État.

C’est l’une des principales églises protestantes du Cameroun. Conseil des Églises Protestantes du Cameroun (CEPCA) et membre fondateur de la Communauté d’Églises en mission (Cévaa). Son siège est situé à Douala. Il fonctionne selon le système presbytérien.

Elle organise et règle ses activités à travers la Bible, son étiquette, sa constitution spécifique, son règlement intérieur et divers textes spécifiques. Les organes centraux de la Communauté économique européenne sont les suivants :

le Synode Général
le Conseil Synodal Général et ses commissions
le Bureau National de l’Église et ses Départements techniques
le Commissariat aux Comptes.

Il mène des activités à travers des territoires et des organes centraux établis par le Conseil général de l’Église, en particulier :

La paroisse et ses composantes
Le district
La région synodale

En juillet 2016, la 58e Conférence des évêques a décidé de scinder le diocèse de l’Extrême-Nord et du Mayo Banyo en deux, créant le diocèse du Nord et de l’Extrême-Nord et le diocèse d’Adamawa.

La Communauté économique européenne compte 22 évêques.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire