Le 60ème Sommet de la CEDEAO : Voici les thèmes centraux de la discussion


Video player

Les chefs d’État de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tiendront un sommet ordinaire à Abuja, la capitale fédérale du Nigeria, le dimanche 12 décembre. Les dirigeants aborderont plusieurs sujets : le terrorisme et l’extrémisme violent dans la sous-région, la mise en place d’une monnaie commune, et deux crises politiques au Mali et en Guinée, qui ont connu des coups d’État ces derniers mois.

 

Alors souvenez-vous d’une question : quand les civils de ces deux pays pourront-ils reprendre le pouvoir ?

Le premier dossier débattu sera l’impasse du Mali : les autorités ne pourront pas tenir leur promesse d’organiser des élections présidentielles le 27 février 2022. Pour les dirigeants de la CEDEAO, le signal du gouvernement militaire n’est actuellement pas bon.

 

Le report qui a été jusqu’à présent la base de la réconciliation avant l’élection présidentielle en est un exemple. Le mois dernier, la CEDEAO a imposé des sanctions ciblées à une centaine de personnes (gel des avoirs et interdiction de voyager…).

Situation en Guinée

 

 

En Guinée, les nouvelles autorités n’ont pas encore annoncé de calendrier pour la période de transition. Le colonel Mamadi Doumbouya et son entourage ont été touchés par l’interdiction de voyager. La CEDEAO peut étendre ces sanctions à l’ensemble de l’équipe gouvernementale.

 

Cependant, les autorités civiles et militaires travaillent d’arrache-pied pour répondre aux attentes de la CEDEAO. Tout d’abord, transférez Alpha Conte chez sa femme. Bien qu’il soit assigné à résidence, cela tend à détendre l’atmosphère. De plus, un gouvernement a été mis en place. Par ailleurs, nous connaîtrons bientôt les noms des 81 personnes qui participeront au Conseil national de transition. D’autre part, se pose aussi la question de la durée de cette transition.

La Cédéao face aux crises institutionnelles et politiques

Il n’est pas facile pour la CEDEAO d’imposer des sanctions sans affecter les citoyens. Ils l’ont souvent accusé d’avoir agi trop tard face aux crises politiques. Il n’est pas facile de changer l’image de « silence » de la CEDEAO face aux crises… Afin de résoudre ce problème, des discussions ont commencé pour modifier certains accords régissant les « règles d’intervention » de la CEDEAO pour les rendre plus réactifs au sexe.

Le chercheur Mathias Hounkpé a expliqué : « L’amendement permettra aux gens d’exprimer correctement leurs réponses aux problèmes rencontrés par les pays, et pas seulement en cas de violence grave comme les coups d’État ou l’extrémisme violent. comme l’abus de pouvoir et la corruption. *

Je pense que la CEDEAO peut avoir plus de moyens pour intervenir à travers les comités et autres institutions, au moins pour faire sentir aux citoyens que lorsqu’ils se trouvent face à des dirigeants problématiques, la CEDEAO peut protéger plutôt que donner aux autres.Le sentiment que la CEDEAO n’est qu’un outil pour protéger le président entre eux. ”

En amont du sommet des chefs d’Etat prévu dimanche, le Conseil des ministres se tiendra ce vendredi à Abuja pour régler ces questions.

Il y a des interférences radio

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire