Laurent Gbagbo soutient les actions de Guillaume Soro


Video player

Guillaume Soro  vient de  trouver un allié de poids. Résolument engagé contre le troisième mandat controversé du président ivoirien Alassane Ouattara,  Laurent Gbagbo réitère son soutient a ceux qui voient dans la même direction que lui.

« Je suis d’accord avec ceux qui luttent contre le troisième mandat », a-t-il laissé entendre lors de sa descente à Daoukro. Le leader de Générations et peuples solidaires  (GPS), Guillaume Soro,   et  le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), Henri Konan Bédié trouvent ainsi un  allié de poids.

Le président du FPI a dénoncé à Daoukro ceux qui ne respectent pas ce qui est écrit. Selon l’ex détenu de la Cour pénale internationale (CPI), « en Afrique, on a un problème. Nous écrivons le texte et puis on le froisse et on le jette », a-t-il indiqué, avant de réitérer  son soutien à ceux qui luttent contre  le troisième mandat de l’actuel chef d’Etat ivoirien.

Lire aussi : Côte d’Ivoire/ Touré Mamadou accuse les médias de complicité avec Gbagbo, Bictogo le recadre net

« Je suis d’accord avec ceux qui luttent contre le troisième mandat. En Afrique, on a un problème. Nous écrivons des textes et puis on les froisse pour jeter. Un texte est fait pour être appliqué. Si on ne veut pas que le pays brûle, on doit respecter ce qui est écrit.   Il faut aussi respecter les êtres humains.  Dans cette bataille contre le troisième mandat, à Daoukro où j’y suis, il y a  eu des morts. Un jeune  a été décapité. J’ai regardé la vidéo  depuis Bruxelles (Belgique). Quel spectacle nous donnons au monde ? Pour un pouvoir, on doit couper des têtes ? », s’est-il emporté.

Gbagbo a clairement souligné qu’il n’est pas d’accord avec le 3em mandat d’Alassane  Ouattara.  Selon l’ancien président, quand on écrit des textes, il faut les respecter  et appliquer.

Le woody de Mama a démontré par A + B qu’il n’est pas d’accord avec le combat que mène Alassane Ouattara. Il a dit : « juste  pour  un pouvoir, on doit couper les têtes ? Jusqu’à ce jour, je suis le seul à ne pas revendiqué être le fils de feu Felix  Houphouët-Boigny. La preuve : Tous  ceux qui se revendiquent fils d’ Houphouët, font ce que Houphouët n’a pas dit ».

Pour rappel, c’est lors de sa visite au président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié à Daoukro  que Gbagbo a fait tous ces déclarations.  Il était question  d’une visite de courtoisie, placée sous le signe de la réconciliation nationale, mais sa venue a pris des allures de meeting politique.

Autrefois adversaires politiques, les deux figures de la vie politique ivoirienne ont affiché leur nouvelle complicité. Les deux hommes se considèrent désormais comme des « frères ».

Lire aussi : Un cadre du FPI au RHDP :” Gbagbo n’est pas un criminel”

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire