Procès pour l’assassinat de Thomas Sankara : Diakalia Démé cite Bernard Kaboré après avoir plaidé non-coupable

L’accusé Diakalia Démé n’admet pas avoir joué le moindre rôle dans l’assassinat du président Thomas Sankara et de ses douze compagnons le jeudi 15 octobre 1987. C’est la principale chose à retenir quand il est au bar le lundi.

Tout comme son collègue Albert Pascal Sibidi Belemlilga de l’Escadron motocycliste commando (EMC) de Pô, l’adjudant-chef major l’adjudant-chef Major Diakalia Deme était jugé pour l’assassinat du capitaine Thomas Sankara.

Ne s’avoue pas dans les charges retenues contre lui. Comme son prédécesseur, accusé de complicité d’attentat à la sûreté de l’État, son récit des faits est similaire à bien des égards à celui d’Albert Pascal Sibidi Belemilga, selon lui, il était sur le terrain de volley lorsque le tir a commencé.

Mais concernant l’homme qui leur a ordonné d’enfiler des équipements de combat et de se rendre au camp des CRS, Diakalia Deme avait auparavant dit au juge de la mise en état de ne pas se souvenir de son nom, qui était caché derrière des faits il y a longtemps.

À lire aussi :
Voici pourquoi Thomas Sankara n’était pas aimé par certains dirigeants africains

Mais à la barre du lundi 15 novembre, il déclare : « Maintenant, ça me revient peu à peu. C’est le sergent Bernard Kaboré qui nous a instruits ce jour » t rejoint son prédécesseur. L’accusé a déclaré que, selon lui, l’équipe de militaires déployée au camp des CRS était chargée d’assurer la sécurité de la population.

Diakalia Démé a systématiquement nié ce dont il était accusé. Il a même affirmé qu’il ne connaissait pas ou n’avait jamais entendu parler de Vincent Sigué, le chef de la sécurité de Thomas Sankara.

L’audition de l’adjudant se poursuivra le 16 novembre 2021 (mardi).

Concernant le prévenu Tibo Ouédraogo, victime d’un AVC, il ne pourra répondre aux questions du tribunal avant le 17 novembre. Selon Me Irène Victoria Nébié, même s’il comparaît devant le tribunal lundi.

À lire aussi :
Guillaume Soro remporte un procès en France

Face à la demande de l’avocate, le président du tribunal a répondu : « Mais, il est dans la salle ! Et s’il est là, c’est qu’il y a du mieux et tant qu’il sera dans la salle, je vais l’appeler à son tour. (…). Vous êtes en mesure de justifier son absence par un document médical »

Tibo Ouédraogo a t-il été à la barre le mardi? Le problème n’a pas été résolu le lundi dernier.

Il convient également de noter que le temps qu’il a fallu pour interroger les deux accusés ce jour-là n’a pas permis au tribunal de commencer à entendre les témoins qui devaient comparaître devant le tribunal mardi.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire