...

La Russie a réduit les approvisionnements en gaz naturel vers l’Europe


Video player

La Russie a considérablement réduit les approvisionnements en gaz naturel vers l’Europe ces dernières semaines, les flux via le gazoduc Nord Stream 1 ne fonctionnant actuellement qu’à 20 % du volume convenu.

Les prix européens du gaz naturel ont bondi lundi après que le géant russe de l’énergie, Gazprom, a annoncé qu’il fermerait la plus grande infrastructure gazière d’Europe pendant trois jours à compter de la fin du mois.

Lire aussi : La Russie accuse l’Ukraine d’avoir tué Daria Douguina

Les travaux de maintenance imprévus du gazoduc Nord Stream 1, qui relie la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique, approfondissent un différend gazier entre la Russie et l’Union européenne et exacerbent à la fois le risque de récession et de pénurie hivernale.

Le prix du gaz du premier mois au hub néerlandais TTF, une référence européenne pour le commerce du gaz naturel, a bondi de 19% lundi pour atteindre 291,5 euros (291,9 $) par mégawattheure.

Le contrat a clôturé vendredi à un niveau record de 244,55 euros par mégawattheure, enregistrant son cinquième gain hebdomadaire consécutif.

Gazprom a déclaré vendredi que l’arrêt était dû au fait que le seul compresseur restant du pipeline nécessitait un entretien. Les flux de gaz via le gazoduc Nord Stream 1 seront suspendus pendant la période de trois jours du 31 août au 2 septembre.

Gazprom a déclaré que le transport de gaz reprendrait à un rythme de 33 millions de mètres cubes par jour une fois les travaux de maintenance terminés « à condition qu’aucun dysfonctionnement ne soit identifié ».

L’annonce de la fermeture temporaire intervient alors que les gouvernements européens s’efforcent de remplir les installations de stockage souterraines de gaz naturel dans le but d’avoir suffisamment de carburant pour garder les maisons au chaud au cours des prochains mois.

Lire aussi : Russie : Un kamikaze kirghiz à l’origine de l’attentat dans le métro

La Russie a considérablement réduit ses approvisionnements en gaz naturel vers l’Europe ces dernières semaines, les flux via le gazoduc Nord Stream 1 ne fonctionnant actuellement qu’à 20 % du volume convenu.

Moscou a précédemment blâmé les équipements défectueux et retardés pour la forte baisse des approvisionnements en gaz.

L’Allemagne, cependant, considère la réduction de l’offre comme une manœuvre politique destinée à semer l’incertitude dans tout le bloc et à faire grimper les prix de l’énergie au milieu de l’assaut du Kremlin contre l’Ukraine.

Deux risques graves

Jusqu’à récemment, l’Allemagne achetait plus de la moitié de son gaz à la Russie. Et le gouvernement de la plus grande économie d’Europe se bat maintenant pour consolider l’approvisionnement en gaz d’hiver au milieu des craintes croissantes que Moscou pourrait bientôt fermer complètement les robinets.

En plus, la course de l’Europe pour économiser suffisamment d’essence intervient à un moment où les prix montent en flèche. La flambée des coûts de l’énergie fait grimper les factures des ménages, pousse l’inflation à son plus haut niveau depuis des décennies et comprime le pouvoir d’achat des gens.

Holger Schmieding, économiste en chef à la Berenberg Bank, a déclaré que la dernière annonce de Gazprom était une tentative apparente d’exploiter la dépendance de l’Europe vis-à-vis du gaz russe.

→ A LIRE AUSSI : Plus de 90 % des Ukrainiens croient en la victoire sur la Russie

→ A LIRE AUSSI : La Russie accuse l’Ukraine d’avoir tué Daria Douguina

→ A LIRE AUSSI : Liverpool: un record de Gerrard battu par Salah

  👉 Rejoindre le groupe Télégram d'information d'actualité
👉 Rejoindre le groupe Télégram d'offre d'emploi & Bourses d'études
👉Vendez vos produits et vos services sur Togopapel
👉 3Vision-Group Agence Web:Création & Hébergment de Site internet, Appli Mobile , Community Manager , Seo Referencement
--
Hey toi 👋 Partage ce contenu 👉
Mots clés:, ,

Laisser votre commentaire