Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
La Russie a besoin d’une nouvelle stratégie en Afrique
21/01/2020 à 10h35 par La redaction

La visite du président guinéen à Moscou a été l’occasion, pour Vladimir Poutine, de rappeler que la Russie avait annulé 20 milliards de dollars de dettes des pays d’Afrique.

Contrairement aux abus répandus dans les relations du continent avec certains de ses partenaires, les relations avec l’Afrique sont mutuellement bénéfiques pour la Russie, et présentent de bonnes perspectives pour l’avenir. Selon le quotidien Vzgliad.

A l’âge de 79 ans, Alpha Condé dirige la Guinée depuis plus de 7 ans mais il a vécu la majeure partie de sa vie en France. Son pays a fait partie des premiers à obtenir leur indépendance en Afrique noire, et fêtera son 60e anniversaire l’an prochain. En Guinée, tout comme dans la plupart des pays du continent, les socialistes sont restés au pouvoir jusqu’au début des années 1990. Ils ne s’orientaient pas uniquement sur l’URSS, maintenant un équilibre entre l’ouest et l’est, entre l’Europe, les USA, l’URSS et la Chine.
Le pouvoir a changé en Guinée dans les années 1990, et à cette époque la plupart des pays d’Afrique ont formellement renoncé à l’«orientation socialiste», même si les mêmes partis et les mêmes têtes étaient restées au pouvoir. Ainsi, le président angolais Santos se souvient encore de Leonid Brejnev. Et indépendamment de celui qui se trouve au pouvoir dans tel ou tel pays africain, pratiquement chacun d’eux souhaite que la Russie revienne en Afrique — car avant le début des années 1990 elle était un acteur majeur sur ce continent.

Aujourd’hui l’Union africaine, qui regroupe tous les pays du continent, suit de très près les démarches entreprises par la Russie. Moscou reviendrait-il en Afrique?

Oui et non. Le fait est que sur les 55 pays de l’Union africaine, six font partie de l’Afrique du Nord: l’Égypte, la Libye, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et le Soudan. Ce n’est pas vraiment l’Afrique au sens géopolitique, plutôt une partie du monde arabe — et c’est avec ces États que la Russie entretient les relations les plus développées, caractérisées par un commerce important (les trois quarts des échanges totaux avec l’Union africaine), de nombreux touristes et des voyages périodiques de responsables russes — par exemple, Vladimir Poutine s’est rendu en visite dans quatre de ces six pays d’Afrique du Nord (excepté la Tunisie et le Soudan).

Alors que l’Afrique subsaharienne, réunissant 49 des 55 États de l’Union africaine, est une tout autre histoire. Les relations étaient très proches à l’époque soviétique mais aujourd’hui la Russie entreprend seulement des tentatives de les relancer. Or il faut agir dans les conditions d’une concurrence accrue.

L’Afrique noire est le continent le plus prometteur du XXIe siècle parce qu’elle est peu exploitée, contient d’immenses ressources naturelles et possède la main d’œuvre la moins chère du monde. Les principaux acteurs se battent entre eux pour elle: l’Europe, les USA, la Chine, l’Inde, le Japon, le monde arabe. Même la Corée du Sud, le Brésil et la Turquie ont leur propre stratégie africaine. Qu’en est-il de la Russie?
Moscou mise sur l’Afrique du Sud. Ce pays n’est pas seulement le plus puissant du continent sur le plan économique: c’est également son représentant informel sur la scène internationale. L’Afrique du Sud fait partie des Brics, autrement dit le club informel sino-indo-russe où elle représente l’Afrique, tout comme le Brésil représente l’Amérique du Sud. L’Afrique du Sud est probablement le seul pays d’Afrique noire avec lequel la Russie réalise non seulement des projets économiques conjoints, mais entretient également une coopération politique au niveau des chefs d’État. Les présidents des deux pays se rencontrent chaque année aux forums des Brics, Valdimir Poutine s’est rendu deux fois en visite en Afrique du Sud — et c’est le seul pays d’Afrique noire qu’il a visité.

En effet, Dmitri Medvedev, à l’époque président, s’est rendu en Afrique du Sud mais aussi au Nigeria, en Angola et en Namibie. Mais ce voyage date de huit ans et il est resté l’unique voyage du chef de l’État russe en Afrique au sud du Sahara. En même temps, c’est justement à cause des positions affaiblies de la Russie dans cette région du monde qu’il faut utiliser le format des relations personnelles entre les premiers dirigeants.

Il ne s’agit pas seulement du fait qu’en Afrique, tout est relié aux chefs d’État. Simplement, la puissance de l’influence occidentale à travers différentes compagnies et un système intégré de formation des cadres (ce que font la France, le Royaume-Uni et les USA) ne pourront être compensés que par un travail de Moscou dans ce même sens. Certes, la Russie ne dispose pas d’autant d’argent que les USA ou la Chine, mais elle a des relations aussi bien au niveau des responsables qui ont fait leurs études en URSS, qu’en hommage à l’aide que l’Union soviétique a apporté aux pays d’Afrique à l’époque.

Sachant que cette aide était très diversifiée — de l’exploration géologique aux armes, du soutien sur la scène internationale à la construction d’écoles, de la formation des cadres aux projets d’infrastructure. Aujourd’hui la concurrence est énorme pour l’attention des Africains. A tel point que les Sud-Coréens se battent pour ce marché avec les Japonais alors que les Chinois investissent d’importantes sommes d’argent sur le continent.
Mais tous les autres pays en concurrence sur le continent noir n’ont pas l’avantage de la Russie: une très bonne réputation. Bien que certains pays en veuillent à Moscou d’avoir disparu dans les années 1990, aujourd’hui tout le monde est conscient de son retour. De nombreuses compagnies russes — Rousal, Rosneft, Gazprom, Renova — travaillent en Afrique. L’agence Rosvooroujenie fournit des armes, Rosatom et les Chemins de fer russes réalisent des projets prometteurs sur le continent. Mais il n’existe aucun programme global, aucune stratégie africaine.

Sachant que dans l’entourage proche de Poutine on compte au moins deux “africanistes”: Sergueï Ivanov a travaillé au Kenya, Igor Setchine au Mozambique et en Angola. Mais ils ont également d’autres affaires, et l’Afrique ne fait pas partie des priorités. La Russie a besoin depuis longtemps d’un représentant spécial du président pour l’Afrique. Poutine doit effectuer des visites dans les principaux pays (après lesquelles la bureaucratie nationale bougera).

Il faut organiser des sommets réguliers Russie-Union africaine, comme ceux organisés non seulement par la France et la Chine, mais également par la Turquie.

Les intérêts russes en Afrique sont vastes: le profit d’un accès aux matières premières locales et au marché intérieur grandissant est indéniable.

La Russie dispose de toutes les capacités nécessaires pour revenir en Afrique — intellectuelles, humaines, économiques et historiques. Il faut simplement apporter à ce mouvement un caractère organisé et stratégique. Pour que les actions de tous les acteurs russes en Afrique soient coordonnées et soumises aux tâches nationales concrètes, aux intérêts de la Russie.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur de l’article repris d’un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Ne partez pas sans partager :

Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

groupe emploi whatsapp doingbuzz

Cliquer ici 👆



entrepreneur sur doingbuzz 3vision-group togopapel

Plus de news

Musique : Une Très Bonne Nouvelle Pour Le Groupe Magic System

12/06/2021

Musique :...

Une très bonne nouvelle pour le groupe...
Nigeria/ Suspension De Twitter : Joe Biden Se Prononce Enfin

12/06/2021

Nigeria/ suspension...

L'administration du résident Joe Biden a publiquement...
Dakar Music Expo, Le Rendez De Youssou Ndour Et Angélique Kidjo Du 17 Au 21 Juin

12/06/2021

Dakar Music...

« Dakar Music Expo », la vitrine...
Les Algériens Élisent Leurs Députés

12/06/2021

Les Algériens...

Plus de 24 millions d’électeurs algériens sont...
Centrafrique : Henri-Marie Dondra Nouveau Premier Ministre

12/06/2021

Centrafrique :...

À peine 24 heures après la démission...
Côte D’ivoire/ Concours D’entrée À L’ena 2022: La Date Des Cours De Préparation Obligatoires Dévoilée

12/06/2021

Côte d’Ivoire/...

Dans un communiqué rendu public ce vendredi...
Indépendance Financière : Un Sommet Sur La Question Va Se Tenir À Abidjan En Juillet Prochain

12/06/2021

Indépendance financière...

Un Sommet de l’indépendance financière africaine (SIFA),...
40 000 Logements Sociaux Bientôt Construits À Songon

12/06/2021

40 000...

Environ 40 000 logements sociaux devraient sortir...
« Tb Joshua N’est Pas Au Paradis…Son Pouvoir Ne Venait Pas De Dieu » : Les Choquantes Révélations D’un Pasteur Nigérian

12/06/2021

« TB...

Olatobiloba Peters, le pasteur principal de l’église...
Etats-Unis/ Avalé Par Une Baleine, Un Pêcheur Ressort Vivant Du Mammifère

12/06/2021

Etats-Unis/ Avalé...

Son témoignage n’a pas encore été mis...
Covid-19 : Le Royaume-Uni Va Faire Don De 100 Millions De Doses De Vaccin En 2022

12/06/2021

COVID-19 :...

Le Royaume-Uni fera don d’au moins 100...
King Mensah :&Quot; Je Séjourne En Côte D'Ivoire Pour Un Projet D'Envergure&Quot;

11/06/2021

King Mensah...

L'artiste vit. Les rumeurs sur sa mort...
Togo : Le Fcc Déclare Une Guerre Non-Violente Au Gouvernement

11/06/2021

Togo :...

  DÉCLARATION PUBLIQUE : Ce jeudi, alors...
Le Gabon Intègre Le Conseil De Sécurité De L'Onu

11/06/2021

Le Gabon...

  Bonne nouvelle pour le Gabon. C'est...
Foot: Une Partie De La Fifa Déménage À Paris, La Raison

11/06/2021

Foot: Une...

La Fédération internationale de football (FIFA) déploie...
Sanction De L’ue Contre Le Burundi : La Communauté D’afrique De L’est Hausse Le Ton

11/06/2021

Sanction de...

La Communauté des Etats d’Afrique de l’Est...
Nasser Bourita Accuse : L’espagne Tente « D’européaniser Une Crise Diplomatique Bilatérale »

11/06/2021

Nasser Bourita...

Le ministre des Affaires étrangères, de la...
Procès Des Pro-Soro : Alerte Aux Avocats De La Défense

11/06/2021

PROCÈS DES...

Chris Yapi se mêle de nouveau au...
La Nouvelle Vie De Dsk À Marrakech

11/06/2021

La nouvelle...

L’ex-directeur du Fonds monétaire international, Dominique Strauss...
Les Excuses De Macron À Mbappé À La Veille De L’euro !

11/06/2021

Les excuses...

Le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron,...

La visite du président guinéen à Moscou a été l’occasion, pour Vladimir Poutine, de rappeler que la Russie avait annulé 20 milliards de dollars de dettes des pays d’Afrique.

Contrairement aux abus répandus dans les relations du continent avec certains de ses partenaires, les relations avec l’Afrique sont mutuellement bénéfiques pour la Russie, et présentent de bonnes perspectives pour l’avenir. Selon le quotidien Vzgliad.

A l’âge de 79 ans, Alpha Condé dirige la Guinée depuis plus de 7 ans mais il a vécu la majeure partie de sa vie en France. Son pays a fait partie des premiers à obtenir leur indépendance en Afrique noire, et fêtera son 60e anniversaire l’an prochain. En Guinée, tout comme dans la plupart des pays du continent, les socialistes sont restés au pouvoir jusqu’au début des années 1990. Ils ne s’orientaient pas uniquement sur l’URSS, maintenant un équilibre entre l’ouest et l’est, entre l’Europe, les USA, l’URSS et la Chine.
Le pouvoir a changé en Guinée dans les années 1990, et à cette époque la plupart des pays d’Afrique ont formellement renoncé à l’«orientation socialiste», même si les mêmes partis et les mêmes têtes étaient restées au pouvoir. Ainsi, le président angolais Santos se souvient encore de Leonid Brejnev. Et indépendamment de celui qui se trouve au pouvoir dans tel ou tel pays africain, pratiquement chacun d’eux souhaite que la Russie revienne en Afrique — car avant le début des années 1990 elle était un acteur majeur sur ce continent.

Aujourd’hui l’Union africaine, qui regroupe tous les pays du continent, suit de très près les démarches entreprises par la Russie. Moscou reviendrait-il en Afrique?

Oui et non. Le fait est que sur les 55 pays de l’Union africaine, six font partie de l’Afrique du Nord: l’Égypte, la Libye, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et le Soudan. Ce n’est pas vraiment l’Afrique au sens géopolitique, plutôt une partie du monde arabe — et c’est avec ces États que la Russie entretient les relations les plus développées, caractérisées par un commerce important (les trois quarts des échanges totaux avec l’Union africaine), de nombreux touristes et des voyages périodiques de responsables russes — par exemple, Vladimir Poutine s’est rendu en visite dans quatre de ces six pays d’Afrique du Nord (excepté la Tunisie et le Soudan).

Alors que l’Afrique subsaharienne, réunissant 49 des 55 États de l’Union africaine, est une tout autre histoire. Les relations étaient très proches à l’époque soviétique mais aujourd’hui la Russie entreprend seulement des tentatives de les relancer. Or il faut agir dans les conditions d’une concurrence accrue.

L’Afrique noire est le continent le plus prometteur du XXIe siècle parce qu’elle est peu exploitée, contient d’immenses ressources naturelles et possède la main d’œuvre la moins chère du monde. Les principaux acteurs se battent entre eux pour elle: l’Europe, les USA, la Chine, l’Inde, le Japon, le monde arabe. Même la Corée du Sud, le Brésil et la Turquie ont leur propre stratégie africaine. Qu’en est-il de la Russie?
Moscou mise sur l’Afrique du Sud. Ce pays n’est pas seulement le plus puissant du continent sur le plan économique: c’est également son représentant informel sur la scène internationale. L’Afrique du Sud fait partie des Brics, autrement dit le club informel sino-indo-russe où elle représente l’Afrique, tout comme le Brésil représente l’Amérique du Sud. L’Afrique du Sud est probablement le seul pays d’Afrique noire avec lequel la Russie réalise non seulement des projets économiques conjoints, mais entretient également une coopération politique au niveau des chefs d’État. Les présidents des deux pays se rencontrent chaque année aux forums des Brics, Valdimir Poutine s’est rendu deux fois en visite en Afrique du Sud — et c’est le seul pays d’Afrique noire qu’il a visité.

En effet, Dmitri Medvedev, à l’époque président, s’est rendu en Afrique du Sud mais aussi au Nigeria, en Angola et en Namibie. Mais ce voyage date de huit ans et il est resté l’unique voyage du chef de l’État russe en Afrique au sud du Sahara. En même temps, c’est justement à cause des positions affaiblies de la Russie dans cette région du monde qu’il faut utiliser le format des relations personnelles entre les premiers dirigeants.

Il ne s’agit pas seulement du fait qu’en Afrique, tout est relié aux chefs d’État. Simplement, la puissance de l’influence occidentale à travers différentes compagnies et un système intégré de formation des cadres (ce que font la France, le Royaume-Uni et les USA) ne pourront être compensés que par un travail de Moscou dans ce même sens. Certes, la Russie ne dispose pas d’autant d’argent que les USA ou la Chine, mais elle a des relations aussi bien au niveau des responsables qui ont fait leurs études en URSS, qu’en hommage à l’aide que l’Union soviétique a apporté aux pays d’Afrique à l’époque.

Sachant que cette aide était très diversifiée — de l’exploration géologique aux armes, du soutien sur la scène internationale à la construction d’écoles, de la formation des cadres aux projets d’infrastructure. Aujourd’hui la concurrence est énorme pour l’attention des Africains. A tel point que les Sud-Coréens se battent pour ce marché avec les Japonais alors que les Chinois investissent d’importantes sommes d’argent sur le continent.
Mais tous les autres pays en concurrence sur le continent noir n’ont pas l’avantage de la Russie: une très bonne réputation. Bien que certains pays en veuillent à Moscou d’avoir disparu dans les années 1990, aujourd’hui tout le monde est conscient de son retour. De nombreuses compagnies russes — Rousal, Rosneft, Gazprom, Renova — travaillent en Afrique. L’agence Rosvooroujenie fournit des armes, Rosatom et les Chemins de fer russes réalisent des projets prometteurs sur le continent. Mais il n’existe aucun programme global, aucune stratégie africaine.

Sachant que dans l’entourage proche de Poutine on compte au moins deux “africanistes”: Sergueï Ivanov a travaillé au Kenya, Igor Setchine au Mozambique et en Angola. Mais ils ont également d’autres affaires, et l’Afrique ne fait pas partie des priorités. La Russie a besoin depuis longtemps d’un représentant spécial du président pour l’Afrique. Poutine doit effectuer des visites dans les principaux pays (après lesquelles la bureaucratie nationale bougera).

Il faut organiser des sommets réguliers Russie-Union africaine, comme ceux organisés non seulement par la France et la Chine, mais également par la Turquie.

Les intérêts russes en Afrique sont vastes: le profit d’un accès aux matières premières locales et au marché intérieur grandissant est indéniable.

La Russie dispose de toutes les capacités nécessaires pour revenir en Afrique — intellectuelles, humaines, économiques et historiques. Il faut simplement apporter à ce mouvement un caractère organisé et stratégique. Pour que les actions de tous les acteurs russes en Afrique soient coordonnées et soumises aux tâches nationales concrètes, aux intérêts de la Russie.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur de l’article repris d’un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Ne partez pas sans partager :

Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

Laisser votre commentaire