Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
La passionnée du make-up
29/08/2020 à 14h00 par La redaction

Découvert cette structure qui propose un autre cadre pour se faire maquiller. Rassurez-vous, ce nouvel espace m’intéresse, non pas en tant qu’homme, mais plutôt en tant que blogueur car je suis un féru de la nouveauté, du progrès, du dynamisme et de la jeunesse.

 

Après avoir pris rendez-vous avec la responsable pour en savoir un peu plus sur le concept, je me suis rendu la semaine qui suivait dans les locaux de MAYA ART situés dans une galerie jouxtant la station PETROGABON. Arrivé sur les lieux que j’ai trouvé agréables et sobres, il y avait des employés qui étaient de très belles femmes qui m’accueillirent avec un « Hello » auquel j’ai courtoisement répondu.

FB_IMG_1450141930743[1]

Après ce court échange, elles me conduisirent dans la bonne humeur dans le bureau de leur patronne qui se trouvait juste à coté.

En entrant dans le bureau de la directrice, c’est deux autres belles femmes qui m’accueillirent chaleureusement. Après les présentations nous commencions à échanger sur la structure.

FB_IMG_1450139521192[1]

Pour commencer il fallait que la directrice, qui se prénomme Maya, me dise pourquoi « Make up bar » et non « salon de beauté » ou « institut de beauté ». Très clairement, elle m’explique que le concept consiste à se faire maquiller dans un espace où vous pouvez commander un rafraichissement ou une boisson alcoolisée (un verre de vin, une coupe de champagne, une bière).

L’objectif est de mettre à la disposition des femmes un espace agréable pour non seulement se maquiller mais aussi échanger les expériences en maquillage. Il faut savoir que le concept est nouveau au Gabon car il n’existe aucun autre Make up bar dans le pays.

FB_IMG_1450141025738[1]

Passionnée de maquillage, Maya suit aux Etats-Unis les cours d’une artiste gabonaise nommée Mélina qui jouit d’une expérience de quinze ans dans le métier. C’est à la suite de ces cours qu’elle s’est formée dans le domaine et a eu l’idée de créer au Gabon sa propre structure de Make up.

En ce qui concerne le maquillage en lui-même, Maya la directrice m’explique tout d’abord que « pour être belle on n’a pas besoin de maquillage, le maquillage que nous proposons permet de sublimer la femme. On fait ressortir les traits en ne chargeant pas le visage avec du make up». Comme quoi la beauté d’une femme ne ressort forcément pas avec un maquillage.

Toutefois l’objectif du make up reste tout de même celui de rendre la femme encore plus belle même si sans celui-ci elle peut l’être aussi.

FB_IMG_1450139326574[1]Le Make up Bar Maya Art propose un style assez light dans sa façon de maquiller afin de garder le coté naturel de la beauté de la femme en dépit de certaines clientes qui préfèrent un maquillage dramatique qui vise à forcer le trait avec les produits.

Hormis le maquillage qu’elle propose, les clientes ont la possibilité d’acheter les produits avec lesquels elles sont maquillées. Elles ont d’ailleurs la possibilité de commander d’autres produits de maquillage car la structure a des partenariats avec des fournisseurs.

FB_IMG_1450139183689[1]

Pour aider les femmes à se maquiller toutes seules chez elles, la structure propose aussi des cours de maquillage nommés « Make up class ». Ces cours sont payants et viennent compléter les conseils gratuits qu’elle propose à sa clientèle en vue de leur donner les techniques pour réussir un bon maquillage.

D’ailleurs lors de son ouverture, deux make up artistes américaines ont donné des cours lors du premier « make up class » au grand bonheur des différentes participantes.

FB_IMG_1450140599882[1]C’est dans une ambiance bon enfant que nous discutions depuis une vingtaine de minutes. Maya la directrice, souhaite ouvrir d’autres structures de ce genre dans d’autres villes du Gabon.

Après le tour du propriétaire dirigé par Maya herself et un selfie amical que je garde pour moi, je suis reparti enrichi d’informations sur ce nouveau concept mais aussi avec beaucoup d’espoir en la jeunesse gabonaise et africaine car ce genre d’initiative féminine n’existait pas il y a encore quelques années.

Conseil, faites-y un tour.

 

Elle aime s’habiller chic et classe. Ses passions sont la mode, le dessin et l’art. Son amour pour le make-up ou le maquillage vient d’ailleurs de là. Née le 21 août 1992 à Lomé, Anoko Miranda Christopha Sitsofé Lawson-Placca, puisque que c’est d’elle qu’il s’agit est plus connue sous le nom de Kris Miranda dans le milieu du make-up togolais et surtout sur les réseaux sociaux (FacebookInstagram et Twitter). « J’ai juste pris mes deux prénoms Miranda Christopha. J’ai inversé l’ordre et enlevé le « topha pour faire « Chris Miranda ». Ne voulant point que cela donne un air de prénom masculin, j’ai changé le « Ch » en « K ». Ce qui donne « Kris Miranda » explicite-t-elle. Maquilleuse professionnelle et artistique, Kris MakeUp est la start-up qu’elle a créée. Titulaire d’un bac scientifique et ayant fait des études supérieures en économie internationale à l’Université de Lomé – elle tient toujours à obtenir sa licence, rien, a priori ne la prédestinait à embrasser une telle carrière. Et ce n’est pas sa maman qui a du mal à comprendre son choix qui dira le contraire. Comment est-elle donc arrivée à faire de sa passion son métier ? Quelle est la particularité de Kris MakeUp ? Que pense-t-elle de l’entrepreneuriat ?

 

La passionnée du make-up
Kris Miranda
Crédit: Kris Miranda

 

L’avant Kris MakeUp

Après plusieurs stages et petits boulots dont le tout dernier de six (6) mois à Premium Esplanade, un Lounge bar, en tant que caissière, Kris Miranda s’est résolument engagée dans l’entrepreneuriat en se tournant vers sa passion de toujours : le maquillage. Toute la genèse de Kris MakeUp vient donc de cette dernière expérience professionnelle. Tombées sous son charme notamment la façon dont elle se maquillait, les serveuses du local qu’on pourrait considérer comme ses premières clientes, voulaient qu’elle leur en fasse autant. Quelques tutoriels make-up de perfectionnement visualisés sur YouTube ajoutés à ses précédentes expériences professionnelles, ses études notamment quelques cours en statistique économique ainsi que les conseils d’entrepreneurs chevronnés l’ont finalement convaincue de créer Kris MakeUp.

 

La passionnée du make-up
Models Rebi et Patricia
Crédit: Wody Yawo

 

La passionnée du make-up
Model Farida
Crédit: Jerry Orlando

 

D’abord le virtuel, le physique ensuite

Kris MakeUp a entamé les démarches pour devenir une entreprise légalement constituée d’ici fin 2017. Cela n’a pourtant pas empêché sa fondatrice de la rendre visible sur les réseaux sociaux où se trouve la majorité de sa clientèle. En procédant ainsi, Kris Miranda a voulu apporter une nouvelle touche au monde du make-up togolais. « Ici, au Togo, on est habitué à ce que certaines choses soient physiques avant de fonctionner » explique-t-elle. « Moi, poursuit-elle, je veux montrer la différence en commençant d’abord par le virtuel avant d’aller au physique ». Même si elle ne néglige pas l’ouverture d’un salon Kris Make-Up censé définir son lieu de travail, Kris Miranda préfère pour le moment se concentrer sur le rayonnement en ligne de sa boîte et aime se déplacer chez ses clients et clientes. « A l’étranger, souligne la jeune entrepreneuse, les grandes maquilleuses se déplacent beaucoup pour maquiller les clientes chez elles malgré qu’elles aient de grands salons. Il suffit de passer un appel, discuter de votre choix de make-up et ensuite on vous livre le make up chez vous tranquillement ».

 

La passionnée du make-up
Model Anita
Crédit: Jerry Orlando

 

Une clientèle variée

Kris Make-Up est avant tout un service de make-up professionnel et surtout artistique « en ligne livré chez les clients » selon les propres termes de sa fondatrice. Sa clientèle, constituée d’hommes et de femmes est aussi diverse que variée : particuliers, designers, artistes de la musique. « Je maquille (…) pour des défilés de mode, des shootings artistiques ou pour présenter une collection d’un designer, (…) les artistes (…) lors du tournage de leurs clips vidéo » indique Kris Miranda. A chaque type d’évènement son make-up à l’instar du fashion show make-up, le bridal make-up, le make-up fluorescent, le make-up nude et sophistiqué, le make-up hot et le make-up artistique.

 

La passionnée du make-up
Sandra, une cliente
Crédit: Kris Miranda

 

« Vous aurez l’impression d’être fou »

Quand je lui demande s’il est facile d’entreprendre, Kris Miranda répond que l’entreprenariat n’est pas un « monde facile ». « Vous aurez, dit-elle en riant, l’impression d’être fou ». C’est beaucoup de responsabilité car « tout repose sur votre épaule » confie-t-elle. Elle ajoute : « Vous êtes le seul à pouvoir faire réussir votre business même si vous avez une équipe qui travaille avec vous ». Elle poursuit : « Vous dormez à peine, puisqu’il faut émettre plein d’idées, gérer, s’informer des nouveautés, apprendre, planifier, surveiller votre marché et vos concurrents, (…) mettre toutes les stratégies qu’il faut chaque jour pour réussir et tout ceci constitue le sacrifice du succès de votre entreprise ». A l’en croire, le soutien de la famille, des amis et des partenaires est aussi important comme l’est également la propre confiance en soi et en ses capacités de réussir même si ce n’est chose aisée. Regrette-t-elle sa vie d’avant, faite de stages et de petits boulots notamment à MSC Togo et Nestlé-Togo ? « Honnêtement, je préfère ma vie d’entrepreneur parce que je suis mon propre chef et je sais ce que je gère. Je ne rends compte à personne » réplique-t-elle. Elle a cependant eu du mal au début à s’intégrer dans le monde de la mode à Lomé et à en vivre. « Je n’étais, analyse-t-elle, point connue. Mais aujourd’hui, j’arrive à en vivre et je rends grâce à Dieu ». Sa plus grande fierté est d’avoir réussi à se faire un nom « dans le monde du fashion à Lomé », de voir ses œuvres partagées dans la sous-région. Et quand elle parle d’œuvres, elle fait référence à ses make-up artistiques. D’où lui vient d’ailleurs l’inspiration ? « Je fais des recherches sur Internet » affirme Kris Miranda. Elle rappelle au passage qu’elle est passionnée d’art. « Ensuite, continue-t-elle, j’essaie de créer une harmonie d’images dans ma tête pendant des semaines que j’exprime sur le visage des mannequins ». Il arrive aussi que l’inspiration lui vienne de la contemplation du visage d’un mannequin. « Le reste, conclue-t-elle, c’est au mannequin de pouvoir dégager l’expression du make-up fait et au photographe de savoir comment prendre l’image ou si c’est un faiseur d’images, cela agrandit encore plus le make-up artistique comme c’est le cas du photographe Jerry Orlando».

 

La passionnée du make-up
Model Irène Crédit: King’s Studios

 

 

Courant 2018, Kris Miranda envisage l’ouverture de son salon. A moyen terme, elle entend rendre encore plus visible Kris MakeUp au Togo et dans la sous-région ouest africaine. A long terme, elle entend internationaliser sa boîte. De Kris MakeUp, à n’en pas douter, on n’a pas fini d’entendre parler.

 

La passionnée du make-up

Model Cornelia
Crédit: Wody Yawo

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Émigration clandestine : Considéré mort, il réapparaît au moment de ses funérailles !

16/11/2020

Émigration clandestine...

Cheikh Tidjane Dièye, habitant le village de...
Barack Obama explique comment il a humilié Donald Trump à la maison Blanche

16/11/2020

Barack Obama...

    L'ancien président américain Barack Obama...
Hamed Bakayoko élevé au grade de Commandeur dans l'Ordre du mérite

16/11/2020

Hamed Bakayoko...

Ministre d’Etat, ministre de la Défense et...
RFI annonce la mort du Roi Pélé (Photos)

16/11/2020

RFI annonce...

  RFI a annoncé ce 16 novembre...
Nigeria : le laboratoire Pfizer avait déjà créé des ‘‘dégâts humains’’ avec ses vaccins

16/11/2020

Nigeria : le...

Le laboratoire Pfizer dans ses recherches a...
Cameroun : La Communauté missionnaire Saint Paul organise une soirée pour Samuel Eto'o

16/11/2020

Cameroun :...

La légende du football camerounais sera célébré...
Côte d'ivoire : Une grotte mariale saccagée à M'batto

16/11/2020

Côte d’ivoire...

Les actes repréhensibles continuent de secouer la...
Kenya : des bébés en vente sur le marché noir

16/11/2020

Kenya :...

  Il s'agit d'un phénomène qui attriste...
Côte d’Ivoire : la grosse inquiétude de Beaumelle avant le match retour contre le Madagascar !

16/11/2020

Côte d’Ivoire...

Après leur victoire (2-1) contre les Barea...
Violences post-électorales/ Le Cardinal Kutwa réagit: “Le respect de la Loi est plus important que les élections”

16/11/2020

Violences post-électorales/...

C’est une déclaration qui fera encore gerber...
Présidentielle ivoirienne/ Le Pape François appelle à un “climat de confiance réciproque de dialogue”

16/11/2020

Présidentielle ivoirienne/...

A la faveur de la célébration de...
Décès de J.J Rawlings : l’ancien président Dramani Mahama empêché de signer le livre de condoléances

16/11/2020

Décès de...

Une délégation du Congrès national démocratique (NDC),...
Après les avoir accusés de putsch/ Voici ce que Hamed Bakayoko demande encore aux opposants

16/11/2020

Après les...

Le Premier Ministre Hamed Bakayoko appelle l’opposition...
Bénin : Frédéric Joël Aïvo conquiert les adeptes de Feu Sossa Guedehoungue

16/11/2020

Bénin : Frédéric...

Le Professeur Frédéric Joël Aïvo poursuit sa conquête...
USA: Donald Trump révèle pourquoi Joe Biden a remporté la présidentielle

16/11/2020

USA: Donald...

Le président Donald Trump a reconnu à...
États-Unis/présidentielle 2020 : le pasteur TB Joshua dit à Donald Trump ce qu’il doit faire après sa défaite (vidéo)

16/11/2020

États-Unis/présidentielle 2020...

Donald Trump devrait accepter sa défaite face...
Hamed Bakayoko en colère: “Des journalistes et des grands journaux sont devenus des relais de fake news des réseaux sociaux”

16/11/2020

Hamed Bakayoko...

Le régime RHDP semble ne plus apprécier...
Forbes: Michael Jackson est la célébrité décédée la mieux rémunérée pour la 8e année consécutive- (Top 13)

16/11/2020

Forbes: Michael...

Le regretté Michael Jackson est une fois...
Sénégal : Révélations choquantes d’une femme mariée : « Mon mari éjacule dès qu’il me pénètre »

16/11/2020

Sénégal :...

Au Sénégal, des révélations choquantes d’une femme...
Afrique du Sud: Sandile Shezi, 23 ans, devient le plus jeune multimillionnaire du pays

15/11/2020

Afrique du...

La persévérance, c'est la clé du succès....

Découvert cette structure qui propose un autre cadre pour se faire maquiller. Rassurez-vous, ce nouvel espace m’intéresse, non pas en tant qu’homme, mais plutôt en tant que blogueur car je suis un féru de la nouveauté, du progrès, du dynamisme et de la jeunesse.

 

Après avoir pris rendez-vous avec la responsable pour en savoir un peu plus sur le concept, je me suis rendu la semaine qui suivait dans les locaux de MAYA ART situés dans une galerie jouxtant la station PETROGABON. Arrivé sur les lieux que j’ai trouvé agréables et sobres, il y avait des employés qui étaient de très belles femmes qui m’accueillirent avec un « Hello » auquel j’ai courtoisement répondu.

FB_IMG_1450141930743[1]

Après ce court échange, elles me conduisirent dans la bonne humeur dans le bureau de leur patronne qui se trouvait juste à coté.

En entrant dans le bureau de la directrice, c’est deux autres belles femmes qui m’accueillirent chaleureusement. Après les présentations nous commencions à échanger sur la structure.

FB_IMG_1450139521192[1]

Pour commencer il fallait que la directrice, qui se prénomme Maya, me dise pourquoi « Make up bar » et non « salon de beauté » ou « institut de beauté ». Très clairement, elle m’explique que le concept consiste à se faire maquiller dans un espace où vous pouvez commander un rafraichissement ou une boisson alcoolisée (un verre de vin, une coupe de champagne, une bière).

L’objectif est de mettre à la disposition des femmes un espace agréable pour non seulement se maquiller mais aussi échanger les expériences en maquillage. Il faut savoir que le concept est nouveau au Gabon car il n’existe aucun autre Make up bar dans le pays.

FB_IMG_1450141025738[1]

Passionnée de maquillage, Maya suit aux Etats-Unis les cours d’une artiste gabonaise nommée Mélina qui jouit d’une expérience de quinze ans dans le métier. C’est à la suite de ces cours qu’elle s’est formée dans le domaine et a eu l’idée de créer au Gabon sa propre structure de Make up.

En ce qui concerne le maquillage en lui-même, Maya la directrice m’explique tout d’abord que « pour être belle on n’a pas besoin de maquillage, le maquillage que nous proposons permet de sublimer la femme. On fait ressortir les traits en ne chargeant pas le visage avec du make up». Comme quoi la beauté d’une femme ne ressort forcément pas avec un maquillage.

Toutefois l’objectif du make up reste tout de même celui de rendre la femme encore plus belle même si sans celui-ci elle peut l’être aussi.

FB_IMG_1450139326574[1]Le Make up Bar Maya Art propose un style assez light dans sa façon de maquiller afin de garder le coté naturel de la beauté de la femme en dépit de certaines clientes qui préfèrent un maquillage dramatique qui vise à forcer le trait avec les produits.

Hormis le maquillage qu’elle propose, les clientes ont la possibilité d’acheter les produits avec lesquels elles sont maquillées. Elles ont d’ailleurs la possibilité de commander d’autres produits de maquillage car la structure a des partenariats avec des fournisseurs.

FB_IMG_1450139183689[1]

Pour aider les femmes à se maquiller toutes seules chez elles, la structure propose aussi des cours de maquillage nommés « Make up class ». Ces cours sont payants et viennent compléter les conseils gratuits qu’elle propose à sa clientèle en vue de leur donner les techniques pour réussir un bon maquillage.

D’ailleurs lors de son ouverture, deux make up artistes américaines ont donné des cours lors du premier « make up class » au grand bonheur des différentes participantes.

FB_IMG_1450140599882[1]C’est dans une ambiance bon enfant que nous discutions depuis une vingtaine de minutes. Maya la directrice, souhaite ouvrir d’autres structures de ce genre dans d’autres villes du Gabon.

Après le tour du propriétaire dirigé par Maya herself et un selfie amical que je garde pour moi, je suis reparti enrichi d’informations sur ce nouveau concept mais aussi avec beaucoup d’espoir en la jeunesse gabonaise et africaine car ce genre d’initiative féminine n’existait pas il y a encore quelques années.

Conseil, faites-y un tour.

 

Elle aime s’habiller chic et classe. Ses passions sont la mode, le dessin et l’art. Son amour pour le make-up ou le maquillage vient d’ailleurs de là. Née le 21 août 1992 à Lomé, Anoko Miranda Christopha Sitsofé Lawson-Placca, puisque que c’est d’elle qu’il s’agit est plus connue sous le nom de Kris Miranda dans le milieu du make-up togolais et surtout sur les réseaux sociaux (FacebookInstagram et Twitter). « J’ai juste pris mes deux prénoms Miranda Christopha. J’ai inversé l’ordre et enlevé le « topha pour faire « Chris Miranda ». Ne voulant point que cela donne un air de prénom masculin, j’ai changé le « Ch » en « K ». Ce qui donne « Kris Miranda » explicite-t-elle. Maquilleuse professionnelle et artistique, Kris MakeUp est la start-up qu’elle a créée. Titulaire d’un bac scientifique et ayant fait des études supérieures en économie internationale à l’Université de Lomé – elle tient toujours à obtenir sa licence, rien, a priori ne la prédestinait à embrasser une telle carrière. Et ce n’est pas sa maman qui a du mal à comprendre son choix qui dira le contraire. Comment est-elle donc arrivée à faire de sa passion son métier ? Quelle est la particularité de Kris MakeUp ? Que pense-t-elle de l’entrepreneuriat ?

 

La passionnée du make-up
Kris Miranda
Crédit: Kris Miranda

 

L’avant Kris MakeUp

Après plusieurs stages et petits boulots dont le tout dernier de six (6) mois à Premium Esplanade, un Lounge bar, en tant que caissière, Kris Miranda s’est résolument engagée dans l’entrepreneuriat en se tournant vers sa passion de toujours : le maquillage. Toute la genèse de Kris MakeUp vient donc de cette dernière expérience professionnelle. Tombées sous son charme notamment la façon dont elle se maquillait, les serveuses du local qu’on pourrait considérer comme ses premières clientes, voulaient qu’elle leur en fasse autant. Quelques tutoriels make-up de perfectionnement visualisés sur YouTube ajoutés à ses précédentes expériences professionnelles, ses études notamment quelques cours en statistique économique ainsi que les conseils d’entrepreneurs chevronnés l’ont finalement convaincue de créer Kris MakeUp.

 

La passionnée du make-up
Models Rebi et Patricia
Crédit: Wody Yawo

 

La passionnée du make-up
Model Farida
Crédit: Jerry Orlando

 

D’abord le virtuel, le physique ensuite

Kris MakeUp a entamé les démarches pour devenir une entreprise légalement constituée d’ici fin 2017. Cela n’a pourtant pas empêché sa fondatrice de la rendre visible sur les réseaux sociaux où se trouve la majorité de sa clientèle. En procédant ainsi, Kris Miranda a voulu apporter une nouvelle touche au monde du make-up togolais. « Ici, au Togo, on est habitué à ce que certaines choses soient physiques avant de fonctionner » explique-t-elle. « Moi, poursuit-elle, je veux montrer la différence en commençant d’abord par le virtuel avant d’aller au physique ». Même si elle ne néglige pas l’ouverture d’un salon Kris Make-Up censé définir son lieu de travail, Kris Miranda préfère pour le moment se concentrer sur le rayonnement en ligne de sa boîte et aime se déplacer chez ses clients et clientes. « A l’étranger, souligne la jeune entrepreneuse, les grandes maquilleuses se déplacent beaucoup pour maquiller les clientes chez elles malgré qu’elles aient de grands salons. Il suffit de passer un appel, discuter de votre choix de make-up et ensuite on vous livre le make up chez vous tranquillement ».

 

La passionnée du make-up
Model Anita
Crédit: Jerry Orlando

 

Une clientèle variée

Kris Make-Up est avant tout un service de make-up professionnel et surtout artistique « en ligne livré chez les clients » selon les propres termes de sa fondatrice. Sa clientèle, constituée d’hommes et de femmes est aussi diverse que variée : particuliers, designers, artistes de la musique. « Je maquille (…) pour des défilés de mode, des shootings artistiques ou pour présenter une collection d’un designer, (…) les artistes (…) lors du tournage de leurs clips vidéo » indique Kris Miranda. A chaque type d’évènement son make-up à l’instar du fashion show make-up, le bridal make-up, le make-up fluorescent, le make-up nude et sophistiqué, le make-up hot et le make-up artistique.

 

La passionnée du make-up
Sandra, une cliente
Crédit: Kris Miranda

 

« Vous aurez l’impression d’être fou »

Quand je lui demande s’il est facile d’entreprendre, Kris Miranda répond que l’entreprenariat n’est pas un « monde facile ». « Vous aurez, dit-elle en riant, l’impression d’être fou ». C’est beaucoup de responsabilité car « tout repose sur votre épaule » confie-t-elle. Elle ajoute : « Vous êtes le seul à pouvoir faire réussir votre business même si vous avez une équipe qui travaille avec vous ». Elle poursuit : « Vous dormez à peine, puisqu’il faut émettre plein d’idées, gérer, s’informer des nouveautés, apprendre, planifier, surveiller votre marché et vos concurrents, (…) mettre toutes les stratégies qu’il faut chaque jour pour réussir et tout ceci constitue le sacrifice du succès de votre entreprise ». A l’en croire, le soutien de la famille, des amis et des partenaires est aussi important comme l’est également la propre confiance en soi et en ses capacités de réussir même si ce n’est chose aisée. Regrette-t-elle sa vie d’avant, faite de stages et de petits boulots notamment à MSC Togo et Nestlé-Togo ? « Honnêtement, je préfère ma vie d’entrepreneur parce que je suis mon propre chef et je sais ce que je gère. Je ne rends compte à personne » réplique-t-elle. Elle a cependant eu du mal au début à s’intégrer dans le monde de la mode à Lomé et à en vivre. « Je n’étais, analyse-t-elle, point connue. Mais aujourd’hui, j’arrive à en vivre et je rends grâce à Dieu ». Sa plus grande fierté est d’avoir réussi à se faire un nom « dans le monde du fashion à Lomé », de voir ses œuvres partagées dans la sous-région. Et quand elle parle d’œuvres, elle fait référence à ses make-up artistiques. D’où lui vient d’ailleurs l’inspiration ? « Je fais des recherches sur Internet » affirme Kris Miranda. Elle rappelle au passage qu’elle est passionnée d’art. « Ensuite, continue-t-elle, j’essaie de créer une harmonie d’images dans ma tête pendant des semaines que j’exprime sur le visage des mannequins ». Il arrive aussi que l’inspiration lui vienne de la contemplation du visage d’un mannequin. « Le reste, conclue-t-elle, c’est au mannequin de pouvoir dégager l’expression du make-up fait et au photographe de savoir comment prendre l’image ou si c’est un faiseur d’images, cela agrandit encore plus le make-up artistique comme c’est le cas du photographe Jerry Orlando».

 

La passionnée du make-up
Model Irène Crédit: King’s Studios

 

 

Courant 2018, Kris Miranda envisage l’ouverture de son salon. A moyen terme, elle entend rendre encore plus visible Kris MakeUp au Togo et dans la sous-région ouest africaine. A long terme, elle entend internationaliser sa boîte. De Kris MakeUp, à n’en pas douter, on n’a pas fini d’entendre parler.

 

La passionnée du make-up

Model Cornelia
Crédit: Wody Yawo

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire