Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
La pandémie révélatrice des maux du monde de la culture?
25/01/2021 à 10h41 par La redaction

 

La pandémie de Covid 2019 a totalement mis à l'arrêt le monde tandis que la succession de vagues devient presque lancinante. Le monde de l'art souffre lui aussi. Dans la plupart des pays, les scènes sont fermées, les théâtres sont portes closes depuis des mois. La liste est sans fin et au fur et à mesure du ressac, les artistes espèrent, désespèrent et glissent doucement vers le spleen quand ce n'est pas le découragement et la dépression. Est-ce que cette période ne serait pas aussi l'occasion de reintérroger le monde de la culture et de se l'approprier en attendant les jours meilleurs ?

 

La culture un business comme un autre?

 

La culture est devenu un business. Elle n'a pas échappé à la commercialisation. Les artistes ont toujours eu besoin d'argent pour vivre, mais rarement ils auront été autant dépendant du marché. Les grands donateurs et mécènes ont toujours existé, quand ce n'était tout simplement pas l'Etat qui les subventionnait pendant les monarchies et l'Église. Néanmoins, l'artiste n'était pas la proie du grand public et l'esclave de son succès et finalement, confinement ou pas, il pouvait poursuivre son art tant que son mécène le suivait. La pandémie a montré la fragilité du système culturel qui s'est écroulé comme tout autre secteur économique. Pourtant, est-ce que l'art est mort où en voie de disparition, est-ce que la culture se meurt ou alors ne serait-ce pas plutôt une libération?

 

Le monde de la culture à l'arrêt

 

La Covid-19 a montré que ce que l'on pensait impossible, ne l'était pas. L'humanité a dû s'asseoir sur ses certitudes et affronter un monde nouveau débarqué dans un claquement de doigt. Tous les scénarios catastrophes étaient peu de chose face à cette réalité. Le monde de la culture s'est arrêté. C'est évidemment un drame économique pour toutes les personnes qui travaillent de près ou de loin dans la culture. Le domaine le plus pénalisé est sans doute le spectacle vivant. Les mesures barrières ont compliqué les choses, mais la décision de fermer les salles de concert, de théâtre et les cinémas a provoqué l'ire des professionnels. On oublie volontiers les musées eux aussi pris dans la nasse. Si chacun défend son beurre, les tentatives avortées des stars pour débloquer la situation en se sont soldées par une fin de non-recevoir du public. Il faut comprendre qu'entre les hôpitaux et le manque de moyens criant et les larmes des acteurs à l'abri du besoin, la population a trouvé cela déplacé. Surtout, l'utilisation de l'art comme un bien économique qui pourrait disparaître semblait être un argument pour le moins fallacieux. Cette tentative de glissement sémantique d'un bien de consommation culturel à l'art a semble-t-il échoué. Il est évidemment regrettable de ne pas pouvoir aller écouter un concert, assister à un spectacle de danse ou admirer les toiles dans un musée, mais on peut jouer de la musique, danser, peindre, chanter, écrire, sculpter... Beau, laid, brillant ou insipide, pratiquer une activité artistique appartient à tout le monde.

 

L'art et la culture, la grande confusion

 

Finalement, on a bien compris que le talent et le génie ne sont plus les conditions existentielles d'un artiste. Imaginons un monde où tous les artistes seraient médiocres, sans créativité et sans talent. Pensez-vous que les maisons de disques, les théâtres et les opéras feraient amende honorable et fermeraient leurs portes en attendant la prochaine génération? Bien sûr que non, il faut nourrir la bête et donc avoir des artistes qui font du chiffre et peu importe le talent. Il suffit de regarder les classements des meilleures ventes, que ce soit pour les disques, les livres, le cinéma. On peut dire que ce qui fonctionne, c'est plutôt ce qui divertit. On confond volontiers le divertissement et la Culture qui a définitivement perdu son C majuscule lorsqu'elle a été associée à l'industrie, puis jetée en pâture dans le populaire. La culture populaire ou en anglais pop culture, c'est un peu ce que Mac Do est à la gastronomie. Celle-ci est très largement menacée par la pandémie, justement parce qu'elle est dépendante de la consommation.

 

 

La culture un pis-aller pour échapper à l'ennui?

 

C'est là encore un argument que l'on entend beaucoup. Que vont faire les gens ? Et bien la culture, c'est pourtant aussi simple qu'ouvrir un livre. N'importe quel livre, même un roman de gare... Ils peuvent tout fermer, il y aura toujours des livres. C'est là que vient encore s'immiscer le business avec un choix entre le libraire d'à côte ou la boutique en ligne d'un géant californien? La vérité, c'est qu'il y a de plus en plus d'offres en ligne de petites librairies indépendantes et ce qui les tue, ce n'est pas la fermeture du confinement, aussi injuste soit-elle, ni la concurrence des géants, mais tout simplement le choix des consommateurs qui n'en ont plus rien à faire des livres parce que les réseaux sociaux les divertissent suffisemment. Et si cet intermède pouvait mener à passer de spectateurs à acteurs, pour sauver la culture ? Forcément, Internet permet d'accéder aujourd'hui à tous les divertissements possibles et imaginables, mais pas en vrai. C'est amusant. Dans un monde où même les rencontres se font virtuellement, il a fallu la pandémie pour qu'on réalise que le virtuel reste du toc... C'est aussi une victoire pour l'art, non ?

Ne partez pas sans partager :

Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

groupe emploi whatsapp doingbuzz

Cliquer ici 👆



entrepreneur sur doingbuzz 3vision-group togopapel

Plus de news

Togo/ Commune Du Golfe 7 : 700 Millions Fcfa Détournés ?

14/06/2021

Togo/ Commune...

  C’est l’affaire qui secoue la toile...
Mali : Le Président Assimi Goita Reçoit Samuel Eto'O

14/06/2021

Mali :...

  Le président de la transition du...
Israël: Benjamin Netanyahu Écarté, Après 12 Ans Au Pouvoir

14/06/2021

Israël: Benjamin...

  Le gouvernement Israélien s’est séparé ce...
Libye : L'Un Des Fils Du Colonel Kadhafi Veut Devenir Président De La République

14/06/2021

Libye :...

  Après le père, le fils. L'un...
Algérie : France 24 Suspendue

14/06/2021

Algérie :...

Après twitter au Nigeria, c’est le tour...
Nécromancie : L’art De Communiquer Avec Les Morts Est-Il Réel Ou Faux ?

14/06/2021

Nécromancie :...

Vous avez probablement entendu ou été témoin...
Jamel Debbouze : Sa Sœur Et Son Beau-Frère Accusés D’agression Et D’escroquerie

14/06/2021

Jamel Debbouze...

Nawel Debbouze, la petite sœur de l’humoriste français,...
Russie : Il Tue Sa Fiancée Avec Une “Hache » Quelques Jours Avant Leur Mariage

14/06/2021

Russie :...

Un homme en Russie a tué sa...
Côte D’ivoire / Terrorisme: « L’orpaillage Clandestin Facilite L’implantation Des Groupes Extrémistes, » Fernand Dedeh

14/06/2021

Côte d’Ivoire...

Dans sa chronique adressée à son ami...
Birmanie : Le Premier Procès Contre Aung San Suu Kyi S’ouvre Ce Lundi

14/06/2021

Birmanie :...

Aung San Suu Kyi, l’ancienne cheffe birmane,...
Côte D’ivoire-Recrutement Dans L’armée/ Le Général Doumbia Dit Non À La Corruption

14/06/2021

Côte d’Ivoire-recrutement...

Dans le cadre du rajeunissement des effectifs...
Côte D’ivoire-Délestage/ Bédié Fustige La Mauvaise Gestion Du Régime Ouattara

14/06/2021

Côte d’Ivoire-délestage/...

Le Président du PDCI, Henri Konan Bédié,...
Côte D’ivoire/ Retour De Laurent Gbagbo : Touré Alpha Yaya Allume Les Opposants

14/06/2021

Côte d’Ivoire/...

Parrain de deux activités, tenues dans la...
Côte D’ivoire / Fonction Publique : Voici Les Concours Administratifs Qui Seront Lancés Le 15 Juin 2021

14/06/2021

Côte d’Ivoire...

Dans un communiqué, le ministère de la...
Sahel/Mali : Voici La Réaction Des Usa Après Le Retrait De La France

14/06/2021

Sahel/Mali :...

  La France a été claire et...
Mort De Maradona : Sept Soignants Interrogés Dans Le Cadre D’une Enquête Judiciaire

14/06/2021

Mort de...

Le parquet de Buenos Aires (Argentine) a...
Côte D’ivoire/ Législatives Partielles 2021 : Le Rhdp Perd 3 Sièges Sur 6

14/06/2021

Côte d’Ivoire/...

Les élections législatives partielles 2021 ont eu...
Zambie: Le Chef De L’etat S’effondre Lors D’un Événement Public

14/06/2021

Zambie: le...

Le dirigeant zambien Edgar Lungu a subi dimanche une crise...
Turquie : Que Retenir De La Visite Des Émissaires De Recep Erdogan En Libye

14/06/2021

Turquie :...

La délégation envoyée par le chef de...
Coopération France-Rwanda : Paris Nomme Un Nouvel Ambassadeur À Kigali

14/06/2021

Coopération France-Rwanda...

Le processus de rapprochement entre la France...

 

La pandémie de Covid 2019 a totalement mis à l'arrêt le monde tandis que la succession de vagues devient presque lancinante. Le monde de l'art souffre lui aussi. Dans la plupart des pays, les scènes sont fermées, les théâtres sont portes closes depuis des mois. La liste est sans fin et au fur et à mesure du ressac, les artistes espèrent, désespèrent et glissent doucement vers le spleen quand ce n'est pas le découragement et la dépression. Est-ce que cette période ne serait pas aussi l'occasion de reintérroger le monde de la culture et de se l'approprier en attendant les jours meilleurs ?

 

La culture un business comme un autre?

 

La culture est devenu un business. Elle n'a pas échappé à la commercialisation. Les artistes ont toujours eu besoin d'argent pour vivre, mais rarement ils auront été autant dépendant du marché. Les grands donateurs et mécènes ont toujours existé, quand ce n'était tout simplement pas l'Etat qui les subventionnait pendant les monarchies et l'Église. Néanmoins, l'artiste n'était pas la proie du grand public et l'esclave de son succès et finalement, confinement ou pas, il pouvait poursuivre son art tant que son mécène le suivait. La pandémie a montré la fragilité du système culturel qui s'est écroulé comme tout autre secteur économique. Pourtant, est-ce que l'art est mort où en voie de disparition, est-ce que la culture se meurt ou alors ne serait-ce pas plutôt une libération?

 

Le monde de la culture à l'arrêt

 

La Covid-19 a montré que ce que l'on pensait impossible, ne l'était pas. L'humanité a dû s'asseoir sur ses certitudes et affronter un monde nouveau débarqué dans un claquement de doigt. Tous les scénarios catastrophes étaient peu de chose face à cette réalité. Le monde de la culture s'est arrêté. C'est évidemment un drame économique pour toutes les personnes qui travaillent de près ou de loin dans la culture. Le domaine le plus pénalisé est sans doute le spectacle vivant. Les mesures barrières ont compliqué les choses, mais la décision de fermer les salles de concert, de théâtre et les cinémas a provoqué l'ire des professionnels. On oublie volontiers les musées eux aussi pris dans la nasse. Si chacun défend son beurre, les tentatives avortées des stars pour débloquer la situation en se sont soldées par une fin de non-recevoir du public. Il faut comprendre qu'entre les hôpitaux et le manque de moyens criant et les larmes des acteurs à l'abri du besoin, la population a trouvé cela déplacé. Surtout, l'utilisation de l'art comme un bien économique qui pourrait disparaître semblait être un argument pour le moins fallacieux. Cette tentative de glissement sémantique d'un bien de consommation culturel à l'art a semble-t-il échoué. Il est évidemment regrettable de ne pas pouvoir aller écouter un concert, assister à un spectacle de danse ou admirer les toiles dans un musée, mais on peut jouer de la musique, danser, peindre, chanter, écrire, sculpter... Beau, laid, brillant ou insipide, pratiquer une activité artistique appartient à tout le monde.

 

L'art et la culture, la grande confusion

 

Finalement, on a bien compris que le talent et le génie ne sont plus les conditions existentielles d'un artiste. Imaginons un monde où tous les artistes seraient médiocres, sans créativité et sans talent. Pensez-vous que les maisons de disques, les théâtres et les opéras feraient amende honorable et fermeraient leurs portes en attendant la prochaine génération? Bien sûr que non, il faut nourrir la bête et donc avoir des artistes qui font du chiffre et peu importe le talent. Il suffit de regarder les classements des meilleures ventes, que ce soit pour les disques, les livres, le cinéma. On peut dire que ce qui fonctionne, c'est plutôt ce qui divertit. On confond volontiers le divertissement et la Culture qui a définitivement perdu son C majuscule lorsqu'elle a été associée à l'industrie, puis jetée en pâture dans le populaire. La culture populaire ou en anglais pop culture, c'est un peu ce que Mac Do est à la gastronomie. Celle-ci est très largement menacée par la pandémie, justement parce qu'elle est dépendante de la consommation.

 

 

La culture un pis-aller pour échapper à l'ennui?

 

C'est là encore un argument que l'on entend beaucoup. Que vont faire les gens ? Et bien la culture, c'est pourtant aussi simple qu'ouvrir un livre. N'importe quel livre, même un roman de gare... Ils peuvent tout fermer, il y aura toujours des livres. C'est là que vient encore s'immiscer le business avec un choix entre le libraire d'à côte ou la boutique en ligne d'un géant californien? La vérité, c'est qu'il y a de plus en plus d'offres en ligne de petites librairies indépendantes et ce qui les tue, ce n'est pas la fermeture du confinement, aussi injuste soit-elle, ni la concurrence des géants, mais tout simplement le choix des consommateurs qui n'en ont plus rien à faire des livres parce que les réseaux sociaux les divertissent suffisemment. Et si cet intermède pouvait mener à passer de spectateurs à acteurs, pour sauver la culture ? Forcément, Internet permet d'accéder aujourd'hui à tous les divertissements possibles et imaginables, mais pas en vrai. C'est amusant. Dans un monde où même les rencontres se font virtuellement, il a fallu la pandémie pour qu'on réalise que le virtuel reste du toc... C'est aussi une victoire pour l'art, non ?

Ne partez pas sans partager :

Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

Laisser votre commentaire